L'UE continuera à soutenir le format Normandie

L'UE continuera à soutenir le format Normandie

85
Ukrinform
 Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union Européenne pour les questions de politique étrangère et la politique de sécurité, a affirmé que la pleine application des accords de paix dans le Donbass convenus à Minsk, était un élément clé des relations entre l’UE et la Russie.

Elle a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse lundi 16 avril au Luxembourg :

"En ce qui concerne la Russie, nous avons partagé avec les ministres des affaires étrangères une évaluation commune des défis rencontrés dans les relations entre l'UE et la Russie, et nous avons constaté une évolution du comportement russe dans de nombreux domaines différents. Le point central de ce challenge est bien sûr la situation en Ukraine, avec l'annexion illégale de la péninsule de Crimée et la déstabilisation de l'est de l'Ukraine qui se poursuivent à ce jour".

Selon elle, le comportement russe en Syrie, les activités de désinformation, les menaces hybrides, sur l’Ukraine en particulier, et la cyberactivité néfaste de Moscou, ajoutées à la dégradation des conditions pour les opposants politiques et les activistes civils en Fédération de Russie et les atteintes au droits de l’Homme et à l’Etat de droit sont les points d’achoppement dans les relations bilatérales de l’Union avec son voisin oriental.

"Dans notre discussion d'aujourd'hui avec les Etats membres, nous avons réaffirmé clairement que les cinq principes que nous avons définis ensemble il y a deux ans restent absolument valables pour nos relations avec la Russie et nous avons vu ce que nous pouvons faire différemment ou plus sous chacun de ces cinq principes. La pleine mise en œuvre des accords de Minsk reste un élément clé pour toute modification substantielle des relations UE-Russie".

Concernant l’Ukraine, la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité a réaffirmé son soutien au processus enclenché à la suite des négociations de Minsk, et particulièrement les rencontres au « Format Normandie » :

"Nous continuerons à soutenir le travail au « Format Normandie » et nous avons étudié les moyens par lesquels l'Union européenne pouvait aider davantage, en particulier l'Allemagne et la France, à œuvrer pour la pleine mise en œuvre des accords de Minsk, notamment au niveau politique, mais aussi avec des mesures concrètes dans le domaine humanitaire, le déminage, la préparation à la reconstruction du Donbass et, évidemment, une coordination forte également dans le cadre des Nations Unies", a-t-elle précisé, ajoutant que l’UE continuerait de renforcer ses relations avec ses partenaires orientaux et ses autres voisins, ainsi qu’avec les pays d’Asie centrale.

A ce sujet, Mogherini a salué le succès du récent sommet de Partenariat oriental à la fin de l’année dernière. Selon elle, ces relations croissantes avec des voisins et partenaires de l’Union n’a pas pour but de créer des tensions avec d’autres pays et de créer une concurrence négative, et la question des relation avec la Russie est également toujours d’actualité :

 "Les quatrième et cinquième sont des principes liés à l'engagement. Vous savez que nous avons entamé une politique d'engagement sélectif avec la Fédération de Russie dans les domaines où nous voyons un intérêt pour l'Union européenne, et les Etats membres ont convenu que ce principe restait très valable […] J'ai toujours dit très clairement publiquement, mais aussi dans nos rencontres avec nos interlocuteurs russes que notre amitié et notre coopération avec nos partenaires orientaux n’était jamais tournés contre personne. C’est toujours à but coopératif, et nous ne pensons jamais dans une logique de sphères d'influence," a-t-elle précisé,

La cheffe de la diplomatie européenne a cependant estimé lors de sa conférence de presse qu’il était nécessaire, après l’attaque de Salisbury, de renforcer la résilience au sein de l'Union européenne :

"Les membres du Conseil des affaires étrangères ont discuté de la manière dont l'Union européenne et les États membres pourraient faire avancer la décision du Conseil européen de renforcer cette résilience face aux risques chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires et d'accroître les capacités à faire face aux menaces hybrides, y compris dans les domaines du cyber, de la communication stratégique et du contre-espionnage".

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-