Volodymyr Yelchenko, Représentant permanent de l’Ukraine à l’ONU
Si la question de la Crimée était « fermée », l’ONU n’adopterait pas de résolution à son sujet
08.01.2019 17:27

L'actuel représentant permanent de l'Ukraine auprès des Nations Unies, Volodymyr Yelchenko, est l'un des diplomates ukrainiens les plus expérimentés et les plus influents. Pendant trois décennies, il a servi dans les services diplomatiques à Kyiv, New York, Vienne et Moscou. Au moment où la Russie a commencé son agression contre l’Ukraine, il était l’Ambassadeur de l’Ukraine en Russie. Volodymyr Yelchenko a ensuite été rappelé à Kyiv et, un an et demi plus tard, il est devenu le président de la délégation ukrainienne à l’ONU.

- Quelles sont les victoires et les échecs de l'Ukraine aux Nations Unies cette année?

- L'année a été très tendue. Et même si, au début, nous avons quitté le Conseil de sécurité des Nations Unies, la question de l’Ukraine a été examinée au Conseil encore plus souvent que lorsque nous y siégions. Cela est dû au fait que cette année les actes de provocation de la part de la Russie ont été encore plus nombreux. Et autour de la Crimée et dans la mer d'Azov, et les élections illégales dans le Donbass le 11 novembre. Bien entendu, tout cela nécessitait une réaction des membres du Conseil de sécurité. Nous avons été soutenus par nos partenaires, que nous avions sollicités à l’avance. Et, en effet, tous les pays occidentaux ont littéralement immédiatement répondu à nos questions. En conséquence, le conflit entre la Russie et l'Ukraine et tous les événements connexes ont été examinés par le Conseil, sous différentes formes, à six reprises au moins.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s'est réuni à trois reprises. En mai, sous la présidence polonaise, en octobre, à la veille des élections illégales dans le Donbass, sous la présidence bolivienne, et fin novembre, sous la présidence chinoise, après la provocation russe dans le détroit de Kertch et la saisie de nos navires et de 24 marins ukrainiens. Au début de l'année, pour l’anniversaire de l'occupation de la Crimée, une réunion spéciale a eu lieu. Le sujet de l'Ukraine a été examiné à deux reprises lors de consultations informelles du Conseil. Nous n'étions pas présents, mais nous savons que des collègues polonais ont abordé la question ukrainienne.

Un autre tournant intéressant. Je me souviens parfaitement comment, au cours des années 2015-2016, certains de nos partenaires avaient dénoncé le fait que nous attirions beaucoup d'attention sur la situation dans le Donbass et que le sujet de la Crimée semblait être un peu oublié. Cette année, l'inverse s'est produit. La Crimée était à l'ordre du jour beaucoup plus souvent que la situation dans les territoires occupés du Donbass ukrainien. Je pense que c'est une bonne tendance. La Russie cherchait exactement le contraire: faire oublier la question de la Crimée. Bon, il y a beaucoup de théories en ce moment ... Échanger la Crimée contre la Syrie, l’échanger contre le Donbass (c'est-à-dire, quitter le Donbass, mais «fermer» la question de la Crimée). Cela n’aura pas lieu. Ajoutez-y également plusieurs résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies consacrées uniquement à la question de la Crimée. Le monde entier a vu que la question de la Crimée est très loin d'être close.

- Soit dit en passant, en ce qui concerne l'Assemblée générale, la place de l'action y est-elle plus importante qu'au Conseil?

- À l'Assemblée générale, nous avons réussi à tenir deux résolutions très importantes cette année. La préparation des projets durait en effet depuis le printemps. Contrairement au Conseil de sécurité, nous sommes en mesure de prendre des décisions concrètes ici. La raison est évidente. Malheureusement, le droit de veto de la Russie au Conseil général ne nous permet pas d'approuver quoi que ce soit dans ce pays. La Russie bloque de manière chronique pratiquement toute tentative: depuis l'opération de maintien de la paix des Nations Unies dans l'est de l'Ukraine jusqu'aux événements dans la mer d’Azov.

- Quelle est l'importance des deux résolutions de l'Assemblée générale que vous avez mentionnées?

- L’une d’elle a été acceptée à l’Assemblée générale pour la première fois. C’est une résolution sur le problème de la militarisation de la Crimée, de la mer d’Azov et de la mer Noire. Nous l'avons initiée au printemps. Bien entendu, personne ne savait ni ne pouvait prédire les événements survenus dans le détroit de Kertch à la fin du mois de novembre. En passant, voici comment vous pouvez mesurer l'efficacité des diplomates - par leur capacité à prédire les événements. C'est précisément la raison pour laquelle nous avons soulevé cette question au printemps, car nous savions, dès le début de l’annexion par la Fédération de Russie, que cette militarisation rampante, qui se poursuit en Crimée, se concrétisera tôt ou tard. Maintenant, toute la péninsule est devenue une énorme base militaire. Il me semble qu’il ya maintenant encore plus de troupes russes qu’à l’époque soviétique. Cela concerne également les derniers systèmes de fusées et tout le reste. Le nombre d'équipements militaires en Crimée et aux alentours dépasse toutes les limites autorisées, y compris les accords limitant la présence militaire de la Russie sur le flanc sud.

- Ce document contient en réalité toute une série de nouveaux libellés sans précédent. Si vous mettez en évidence l’essentiel, en quoi est-il plus difficile que le précédent?

- Là je m'imagine un instant que cette résolution repose sur le bureau de Lavrov ou Poutine, et ils en lisent le texte. Eh bien, je pense que depuis 73 ans de l’existence de l’organisation, c’est la première résolution comportant un langage aussi infamant envers l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. Vous savez, certains les respectent, certains ont tout simplement peur de ces cinq pays. Par conséquent, de telles résolutions ne sont jamais soumises aux votes. Parce qu'on croit que les membres permanents du Conseil de sécurité sont beaucoup plus forts que tout autre pays. Ils ont les outils pour bloquer toute initiative indésirable pour eux. Et notamment de tout faire pour que cette résolution ne soit pas approuvée. Mais la Russie n’a pas réussi, malgré ses efforts démentiels. Les Russes ont mis la pression sur tout le monde, car ils se rendaient compte que le nombre de pays qui soutiendront cette résolution sera à peu près équivalent à celui de ceux qui avaient précédemment voté pour une résolution sur les droits de l'homme. Ils ont essayé de réduire radicalement ce nombre, jusqu'à ce que la résolution échoue. Le résultat a été l’inverse. La Russie n’a été soutenue que par 18 pays. C’est principalement les pays qui existent grâce à elle: Vénézuela, Cuba, Corée du Nord, Sud-Soudan. Les clients de la Russie, qui survivent grâce à la fourniture d'armes russes ou ont les problèmes de tout régime autoritaire. Parmi ce groupe, il est dommage de voir nos anciens partenaires de la CEI – l’Arménie et le Belarus.

- Il y a quelques jours à peine, la troisième d'une série de résolutions sur les violations des droits de l'homme commises par la Russie en Crimée temporairement occupée avait déjà été adoptée. Qu’apporte-t-elle de plus que les deux documents précédents?

- Cela la rend un peu unique parmi les documents de l'Assemblée générale des Nations Unies. Premièrement, elle contient les noms de personnes spécifiques qui ont été illégalement condamnées par des tribunaux russes et condamnées à d’énormes peines de prison. Il s'agit des captifs du Kremlin. La résolution en mentionne trois: Oleg Sentsov, Omar-Usain Cook et Volodymyr Balukh. Bien sûr, nous ne pouvions pas nommer tous les otages du Kremlin, car ils sont au moins soixante-dix. Mais ce passage servira à faire pression sur les autorités russes pour libérer enfin tous nos prisonniers politiques.

Il y a eu un autre moment fondamental, et surtout il s’est passé à l'abri des regards. Nous savons tous que, de temps à autre, certains éditeurs et médias internationaux tels que Google, par exemple, décrivent la Crimée comme une partie de la Russie, puis comme un territoire controversé. À chaque fois, la question se pose: comment gérer cela? Cela fait partie de l'occupation rampante. La Russie tente d’accoutumer progressivement l’opinion publique mondiale, les experts et les géographes à la conviction que la Crimée fait partie de la Russie. Cette résolution contient un paragraphe séparé obligeant tout le système des Nations Unies à appeler la Crimée «occupée temporairement» par la Russie. Cela crée de nouvelles preuves et des motifs de pression sur les ressources des médias, les ressources géographiques et même Wikipedia. Après tout, c’est sur eux que de nombreux éditeurs nationaux se basent. Maintenant, il y a lieu de demander qu'ils se conforment à la décision de l'Assemblée générale, qui insiste pour que la Crimée soit appelée telle qu'elle est en réalité, occupée par la Fédération de Russie et en aucun cas «un territoire controversé».

Et la réaction de la Russie est de tenter de convaincre que «la question de la Crimée est close». Si elle était close, les Nations Unies consacreraient-elles du temps à l'adoption de toutes ces décisions?

- Outre ces deux résolutions, quelles autres décisions importantes concernant l'Ukraine ont été adoptées cette année?

- Un nouveau point a été ajouté à l'ordre du jour de l'ONU: «La situation dans les territoires temporairement occupés de l'Ukraine». Son absence limitait auparavant, dans une certaine mesure, nos possibilités. Chaque fois que nous voulions poser une question à l'Assemblée générale, on nous demandait: «Çela concerne quel point?». Il y a aussi des points généraux, auxquels nous aurions pu relier nos questions: paix et sécurité, règlement pacifique des conflits ... Mais ils sont tous indivisibles. Il était très important pour nous d'avoir un point spécifique qui s'applique clairement aux territoires occupés de l'Ukraine - la Crimée et le Donbass. Maintenant il existe.

La Déclaration sur le Holodomor n'a pas été moins importante. Cette année, elle a déjà été faite par près de 40 collaborateurs. Le soutien a augmenté de 8 pays. C’est peut-être peu, mais néanmoins notre objectif principal n’est pas seulement de rappeler cet événement tragique, mais encore de le faire reconnaître progressivement comme un génocide du peuple ukrainien.

- En ce qui concerne les Casques bleus des Nations Unies. L'Ukraine a proposé il y a quatre ans de placer une mission de maintien de la paix dans l'est du pays. Et en septembre 2017, tout à coup, Poutine admet qu'il peut être d'accord, oui, mais pas sur la mission telle quelle, mais sur une autre mission. Pensez-vous que les Russes ont vraiment pris cette idée au sérieux?

- C’est là leur comportement typique. Détourner l'attention. Je pense qu'à ce moment-là, la diplomatie russe s'est rendu compte que le problème commençait à mûrir et qu'un certain mouvement se dessinait. Non seulement l’Ukraine soulève la question de la nécessité d’une telle opération, mais aussi d’autres pays. Les États-Unis, certains pays de l'Union européenne, ont commencé à en parler. Et le Kremlin a décidé de venir jouer. Ils ont présenté leur projet, et là c’est tout simplement non ... Des forces de l'ONU non armées qui protégeraient les observateurs de l'OSCE. Bien sûr, cela n'a pas été pris au sérieux. Par conséquent, personne n'a même sérieusement travaillé sur le projet russe. Il est mort de lui-même.

Ici, il est nécessaire de comprendre l'essentiel. Pour lancer une véritable opération de maintien de la paix, une décision du Conseil de sécurité des Nations Unies est nécessaire. Mais pour qu'il puisse commencer à examiner cette question, il faut d'abord la définir au moins grossièrement dans le format de Normandie ou celui de Minsk.

Autrement dit, nous pouvons dire qu’à New York nous attendons: tout dépend de la volonté politique. Poutine a répété à plusieurs reprises qu'il ne voyait ni sens ni opportunité à négocier avec les autorités ukrainiennes actuelles qui sont à son avis des «sous-négociateurs». Les Russes ne feront rien avant l'élection présidentielle en Ukraine. J'ai de gros doutes qu’ils fassent quelque chose après, mais attendons de voir ...

Personne ne fera de concessions à la Russie. L'Ukraine ne permettra tout simplement pas au nouveau président de le faire.

- Vous pensez que c'est impossible?

- Eh bien, je ne vois pas encore de candidat pro-russe parmi tous les candidats (et maintenant, ils sont déjà presque vingt). Je ne peux pas imaginer que l'un d'entre eux soit prêt à rendre l’Ukraine. Personne ne fera des concessions à la Russie, car aujourd'hui, le nouveau président dirigera une Ukraine déjà complètement différente. Et cette Ukraine ne lui permettra pas de le faire. Il existe peut-être de tels espoirs au Kremlin - mais ils n’ont aucune chance de se concrétiser.

- Vous avez également vécu l'effondrement de l'URSS, ici à New York. À l’époque, apparemment, personne ne pouvait le prédire. Quelque chose d'aussi imprévisible peut-il arriver avec la Russie?

- Je ne crois pas vraiment à l'effondrement de la Russie. Tout de même, ce pays devient de plus en plus totalitaire. J'ai entendu un chiffre: si vous comptez tous les militaires, la police et les forces spéciales, ils sont deux fois plus nombreux que dans l'ex-URSS. Et cela alors que la population a diminué de moitié et que le territoire de la Russie est bien plus petit que celui de l’URSS. La question se pose: pourquoi tout cela? Je pense que la réponse est très simple. Tous les régimes totalitaires ont suivi ce chemin. La constitution graduelle de la puissance militaire, puis la fermeture d'Internet, la restriction des réseaux sociaux, le pays est verrouillé et devient une énorme Corée du Nord ... C'est exactement le chemin que la Russie prend actuellement.

- L’année 2019 est une année d'élections. Les programmes électoraux comportent des questions de politique étrangère. En particulier, des promesses sont souvent faites pour la réalisation rapide de la paix. Les diplomates ukrainiens ici à l'ONU travaillent chaque jour pour cette réalisation. Votre point de vue est donc intéressant. Est-ce que de telles promesses sont réalistes?

- Je ne le pense pas Nous devons nous préparer à ... Je ne dirai pas combien d'années, personne ne le sait. Moi non plus, je ne peux pas dire - cinq, dix ou plus. Mais nous ne devons pas penser aux années, mais à ce qu’il faut faire pour accélérer le processus. Il y a trois choses simples à faire.

La première consiste à renforcer la coalition internationale qui soutient l'Ukraine. Elle existe déjà, mais elle doit être constamment soutenue.

La seconde est la poursuite et le renforcement des sanctions. C’est la seule chose qui puisse influer sur les changements de la politique russe.

Donc, la première est la coalition, la seconde les sanctions et troisièmement, notre tâche consiste à renforcer notre capacité de défense.

- Certain observateurs, dans leurs commentaires sur le régime sans visa et sur l’autocéphalie de l’Église orthodoxe ukrainienne, affirment que Poutine a déjà perdu l’Ukraine. Êtes-vous d’accord ?

- Je répète toujours la thèse, bien que ce ne soit pas moi qui l’aie inventée, selon laquelle depuis 5 ans Poutine a fait plus pour l'indépendance de l'Ukraine que tous les précédents présidents ukrainiens. C'est vrai. Déjà 5 ans se sont écoulés et c’est beaucoup. Et il y aura encore d’autres années, hélas, parce que cela ne se terminera pas à la sixième ou même à la septième année. Si vous prenez la génération née après 1991 et qui a grandi dans une Ukraine indépendante, et ajoutez un demi-million de personnes qui ont été sur le front... Ces personnes ne pardonneront jamais à la Russie ce qu'elle a fait avec l'Ukraine.

- En conclusion, parlez-nous de vos projets pour 2019. Que voudriez-vous réaliser?

- J'espère voir des progrès sur la question de la mission de maintien de la paix en Ukraine. Bien sûr, l'approbation de cette décision prendra du temps, puis il faudra encore au moins six mois ou un an pour voir au moins certaines conséquences et le déploiement déjà concret de certains contingents. Quoi qu'il en soit, si ce processus commence, il sera en soi positif. Parce qu'en présence de soldats de la paix de l'ONU, il n'y aura plus de bombardements ni de provocations continuels chaque jour, les gens cesseront de mourir. Et ce sera en soi un résultat sérieux et positif.

Deuxièmement, il serait néanmoins souhaitable que les gens croient davantage à la validité et à l’importance des décisions prises à l’ONU. Malgré toutes les critiques envers cette organisation, le droit de veto de la Russie et le fait que nous ne pouvons pas prendre de décision au Conseil de sécurité des Nations Unies, nous en avons besoin. Et le fait qu'il existe, et que tout le monde vient ici et veut prendre des décisions, indique que cette organisation peut donner des résultats. Et oui, ce n’est pas rapide malheureusement, car tout d’abord, les diplomates doivent y travailler, mais nous voudrions que les gens fassent preuve de plus de patience et comprennent que tout cela n’est pas facile.

L'année prochaine, nous allons intégrer jusqu'à cinq nouveaux organismes des Nations Unies. Il s’agit du Conseil économique et social de l'ECOSOC, du Comité des conférences des Nations Unies, La Commission des Nations unies pour le droit commercial international (CNUDCI), de la Commission du développement social, du Conseil d'administration du Fonds des Nations Unies pour la population et du PNUD. Tous ces organismes sont de nature socio-économique, non politique, mais peuvent nous apporter de nombreux avantages.

La direction prioritaire dans laquelle nous allons avancer est la réintégration et la reconstruction du Donbass. Peut-être que cette question n’est pas pour demain, mais il faut aussi réfléchir à l’avenir. Rétablir la paix dans le Donbass ou récupérer la Crimée est une chose, et une tout autre chose est de décider que faire par la suite. Pour cela, nous devons nous préparer dès aujourd'hui et le travail dans les organes susmentionnés nous aidera à mener à bien cette tâche.

Georgiy Tychiy, New-York.

Lire aussi : Volodymyr Yelchenko explique pourquoi la Russie bloque la mission de maintien de la paix de l’ONU dans le Donbass

EH

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-