La campagne pour l'élection présidentielle - 2019: il s'agit bien des élections

La campagne pour l'élection présidentielle - 2019: il s'agit bien des élections

Ukrinform
Objectif №1 pour l'Ukraine - ne pas faire deux erreurs

Il ne restait que quelques jours avant le 31 mars, le jour des élections présidentielles en Ukraine. Le résultat principal sera connu dans la matinée du 1er avril, mais l’on peut déjà évaluer la campagne dans son ensemble. À bien des égards, c'était sans précédent pour l'Ukraine. Et pas seulement à cause du moment historique où ces élections ont lieu. Trop élevé est le degré de responsabilité de tous ceux qui laissent le bulletin dans l'urne, et ceux qui ne se rendent pas au bureau de vote et qui, par conséquent, affecteront toujours le résultat.

TROIS LEADERS ET INFLUENCES INPRÉVISIBLE

La campagne de 2019 a établi un record pour le nombre de candidats au plus haut poste de fonction publique en Ukraine. Ils étaient 45 a être enregistrés. Il en restait 39 après que plusieurs candidats ont rétiré leurs candidatures en profit pour des autres candidats. Quoi qu'il en soit, en raison de ce nombre de candidats, le bulletin de vote aura une longueur record de 0,8 mètre.

C'est le nombre de prétendants, où l'idée de choisir est profane, parce qu'il est impossible de le faire, en prenant en compte toute la liste. Tel est le paradoxe: plus le choix est vaste, plus le choix est petit. Nous choisissons donc maintenant le futur président sur la “petite" liste de 5 à 6 candidats.

Outre l'actuel président, Petro Poroshenko, l'acteur et producteur Vladimir Zelensky et le président du parti Batkivchchyna, Yulia Tymoshenko, se trouvent en tête des sondages pour le premier tour de la course.

Au début du mois de décembre de l’année dernière, soit un mois avant le début de la campagne officielle, Yulia Timochenko est apparue en tant que leader des préférences bien devant Volodymyr Zelensky et Petro Porochenko. En janvier, Volodymyr Zelenskyi est devenu le leader incontesté, comme le montrent les chiffres. Dans le même temps, Porochenko et Timochenko se partagent à tour de rôle les deuxième et troisième places. Au cours des deux derniers mois, ils se sont littérallement marchés sur les pieds: selon le dernier sondage conjoint de l’Institut de sociologie de Kyiv, du groupe "Rating" et du Centre Razumkov, publié une semaine avant le vote au premier tour, il n’y a que 0,2% qui séparent Yulia Tymochenko (16,6%). ) et le président actuel (16,4%) que 0,2%. Parallellement, 27,7% de ceux qui sont déterminés par le choix et ont l'intention de prendre part au vote, soutiennent Volodymyr Zelensky.

En général, les cotes des trois candidats en janvier-février, c'est-à-dire au milieu de la route, ont augmenté et ont éventuellement diminué quelque peu. Apparemment, c’est à cause de la fatigue de la société par la course à la présidence extrêmement tendue, qui a éclipsé le nombre record de scandales, dans lesquels les trois candidats ont été plus ou mojns impliqués.

Voici quatre scandales ayant fait le plus de bruit, dans l’ordre où elles influent sur la situation politique interne.

  • Le scandale causé par l'enquête du journaliste "Big-Info" sur la corruption dans "Ukroboronprom".
  • Les accusations sur la création des "pyramides" - des systèmes de motivation des électeurs, avec lesquels les principaux candidats échangent avec plus ou moins de succès.
  • La réaction des “Milices popluaires” et les critiques adressées au ministère de l'Intérieur concernant le manque de moyens de réaction contre toutes ces manifestations.
  • Le scandale avec l'abolition de la Cour constitutionnelle pour la présentation d'un groupe de députés responsables de "l'enrichissement illégal", qui a conduit à l'incertitude de tous les efforts anti-corruption de ces dernières années.

Quelques jours avant le vote, personne ne peut prédire avec certitude lequel des trois leaders ira au deuxième tour. Il semble que cette circonstance, en plus des scandales et d'un tas de compromis, ajoute de la fatigue à la société, tout le monde veut déjà une solution. Mais n'est-ce pas un signe de l'ouverture des élections, de l'efficacité et de la liberté du champ de l'information?

Certains facteurs traditionnels en Ukraine doivent également être pris en compte lorsque l’on essaie de prédire l'issue du vote en fonction de considérations sociologiques. Par exemple, on estime qu’une partie importante de l’électorat de Yulia Timochenko est concentrée dans des villages reculés, là, ou les sociologues n’arrivent jamais avec leurs sondages.

En revanche, l’enquête sociologique ne prend pas en compte le degré de mobilisation de l’électorat de l’un ou l’autre candidat. Selon certaines estimations, le siège électoral du président sortant, Petro Porochenko, aurait plus que ses concurrents réussi à faire comprendre à ses électeurs la nécessité de se rendre à leur bureau de vote le 31 mars et de voter pour un candidat qu’ils considéraient comme le garant de la stabilité du parcours ukrainien.

Donc, nous allons verifier la précision des derniers résultats des enquêtes sociologiques le lundi prochain. Jusqu'à présent, l'impact imprévisible de ceux qui n'ont pas encore décidé de leur choix représente environ 25% des électeurs.

L'analyse des deux élections présidentielles précédentes (2010, 2014) permet de dire que les résultats rééls coïncident souvent avec les résultats des sondages. L'exception est le nombre de ceux qui disent qu'ils ne voteront pas: en fait, ceux qui ne sont pas venus voter sont 20 à 25% de plus. Donc, en raison de la non-apparence, il y a des surprises possibles dans les résultats par rapport aux prévisions.

Vous pouvez vérifier votre présence et celle de votre famille et vos amis sur la liste électorale à tout moment. Mais en réalité, il est arrivé que ceux qui ne l'avaient pas fait, ont commencé à s’agiterque quelques jours avant la date limite de l'enregistrement. En conséquence, un nombre important de files d'attente ont été formées dans les autorités locales du registre national des électeurs. De même, beaucoup d’Ukrainiens ont voulu changer temporairement de lieu cette année. Il s’agit essentiellement de citoyens des territoires occupés, ce qui est assez logique, et de travailleurs migrants qui ne travaillent pas à leur lieu de résidence.

Il semble donc que maintenant, nous sommes clairement convaincus de la véracité des prédictions des sociologues concernant l'activité sans précédent des citoyens lors de ces élections présidentielles. Nous sommes vraiment devenus plus responsables, et au lieu de passer les élections dans la zone de confort, nous défendons notre droit de participer à ces élections et ceci même au dernier moment? Le dimanche prochain nous donnera une réponse à cette question. La question principale est de savoir dans quelle mesure les prévisions d'apparences faites par les sociologues coïncident avec le fait. Et il peut y avoir des surprises.

Si nous regardons le nombre d'électeurs lors du premier tour de l'élection présidentielle des années précédentes, nous constaterons que:

2004 рік – 75%;

2010 рік – 67%;

2014 рік – 60% (il n’y avait qu’un seul tour).

Il est intéressant à noter qu’en 2014, selon des études sociologiques de la Fondation pour les initiatives démocratiques d’Ilko Kutcheriv et du Centre de Razumkov, 79% des Ukrainiens se sont déclarés prêts à participer aux élections, Mais, comme on le voit, le taux de participation était de 20% inferièure.

Selon les prévisions des sociologues, l’année 2019 battrait tous les récords. Les dernières enquêtes du groupe sociologique "Rating" montrent que 84% des répondants sont prêts à se rendre aux urnes. Il convient de noter que le taux de participation est presque identique à celui de 1991, lorsque les Ukrainiens ont choisi le premier président de l'Ukraine indépendante.

Dans le même temps, l’attention est attirée sur un autre point. Cette année, l’État et le public socialement responsable ont déployé de nombreux efforts pour faire participer aux élections au maximum toutes les catégories de la population, en particulier les jeunes. Une des fondations de bienfaisance a utilisé à cette fin un analogue de la vidéo américaine.

dans laquelle, des personnes âgées s’adresser aux jeunes pour leur dire: “ Ne votez pas, nous déciderons pour vous de votre avenir”. Dans la description de la vidéo, les statistiques montrent que seulement un tiers des jeunes âgés de 18 à 24 ans ont voté aux dernières élections législatives de 2014 contre plus de 65% des personnes âgées de 50 à 59 ans. Il est possible que cette année la situation change de manière significative.

PLAN DE RUSSIE

Pratiquement tous les observateurs soulignent que la Russie, agresseur et farouche ennemi de l'indépendance de l'Ukraine, ne s'appuyait plus sur aucun “son” candidat en particulier. Le candidat du Kremlin est Monsieur le Chaos. Moscou compte sur la déstabilisation de l’Ukraine, controverse irréconciliable et désaccord dans divers groupes de la société ukrainienne. La Russie a besoin d’une occasion pour annoncer soit le manque de reconnaissance des élections, soit le fait que l’Ukraine est un État en faillite et qu’elle doit donc être contrôlée de l’extérieur. En fait, l’activité d’information en Russie s’y intéressait au cours des six derniers mois, et en particulier , lors de ces trois mois, lorsque la campagne électorale a officiellement commencé le 31 décembre 2018. À quel point ce plan pourrait être réalisé, il est préférable de juger dès le jour du vote, en fonction des résultats.

***

Pour l'Ukraine, organiser les élections présidentielles de 2019 de manière équitable et calme voudrait dire ne pas commettre deux erreurs majeures qui attendent nos ennemis de nous.

Oksana Polichtchuk, Vladyslav Obukh, Yulia Gorban, Olexandre Volynsky, Serhiy Tykhy, Kyiv.

EH

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-