Emine Dzheparova, première vice-ministre de la politique de l'information de l'Ukraine
Rêver de la Crimée toutes les nuits, c’est une douleur folle
02.07.2019 10:00

Emine Dzheparova a déclaré qu'elle souhaitait depuis longtemps aller à Zaporizhzhia, mais compte tenu du fait que le ministère de la Politique de l'information ne compte que 40 personnes, il n'est pas toujours possible de partir dans les régions. Le premier point du programme de son voyage à Zaporizhzhia a été le Forum des organisations publiques.

«Lorsque l'État organise certaines plates-formes dans lesquelles des discussions sont menées sur des sujets complexes: comment vivre ensemble, comment construire un pays, comment améliorer les conditions de vie dans la région, cela indique un mouvement vers l'Europe. Il est important de ne pas se cacher des activistes, ils ne doivent pas courir derrière les autorités. Il devrait y avoir un dialogue entre eux, pas une distance. Ce n'est que lorsque le public participera à la réussite de tout processus dans le pays », a déclaré Dzheparova. Lors du Forum, elle a accepté d’accorder une interview au correspondant d’Ukrinform.

- Dans l'une de vos interviews, vous avez déclaré qu'il était difficile de conquérir l'espace de l'information dans les territoires occupés. La guerre dure depuis cinq ans, dans le secteur de l’information, perdons-nous ou remportons-nous des victoires?

- Je ne pense pas que nous perdions la guerre de l'information. Oui, nous avons entendu beaucoup de plaintes: la propagande russe diffuse au monde entier sa malveillance et nous sommes en train de perdre. Je ne suis pas d'accord.

Après cinq années de pressions dans de telles conditions, lorsque la machine d'État russe dans son ensemble alloue des milliards de dollars en ressources et en personnes afin d'éliminer la résistance des personnes qui reçoivent toujours des passeports ukrainiens et viennent dans les territoires ukrainiens contrôlés par le gouvernement afin de recevoir leurs documents ukrainiens, et il s’agit de milliers de personnes chaque jour, n’est-ce pas un signe que nous ne perdons pas? Nous perdrons lorsque nous serons physiquement séparés des Ukrainiens. Tant que les gens ont des passeports ukrainiens, ce sont nos citoyens. C’est la clé qui nous guide.

- Le pays agresseur tente d'influencer les esprits. Comment contrer cela?

- L'influence cognitive dans le monde est sous-estimée, car la doctrine militaire occidentale ne considère la menace informationnelle que dans le contexte des menaces cybernétiques. Le célèbre écrivain ukrainien Oksana Zabuzhko a déclaré que les guerres modernes, ce n’est pas le bombardement des villes, mais le bombardement des cerveaux. Et c'est absolument vrai, c'est ce que nous ressentons aujourd'hui en Ukraine. La Russie y investit des sommes énormes. Aucun pays au monde ne le fait.

- Comment contrecarrer?

- La question est très compliquée. Par conséquent, nous avons une tâche: préserver la liberté d'expression. Peut-être que dans un système autoritaire, ce serait plus facile: le résultat est obtenu par des interdictions. L'Ukraine a déjà l'expérience de ce qu'il faut faire et la partage. C'est une activité civile. L'État tente de surveiller et d'analyser les humeurs sociales dans différentes régions, de ressentir la demande, de communiquer et d'expliquer de manière appropriée. C'est impossible à faire en un an. C'est un changement des consciences, c'est un nouvel accord social entre les communautés, entre l'État et les organisations publiques.

- L’État dépense beaucoup d’argent pour l’industrie cinématographique, il existe un quota pour la musique ukrainienne - pourquoi le gouvernement a-t-il accordé une attention particulière à ces secteurs?

-Les films, la langue et les chants ukrainiens sont tout ce qui constitue l'identité nationale. Le gouvernement alloue aujourd'hui un financement record à l'industrie cinématographique. Cela n'est jamais arrivé auparavant. Hollywood tourne 3000 films chaque année, mais seulement 35 à 40 d’entre eux sont diffusés dans le monde entier. Nous investissons consciemment de l’argent dans ce domaine. Le budget de l’année prochaine inclut également une énorme somme d’argent pour le cinéma. Nous aurons probablement une situation où toutes les deux semaines il y aura une avant-première d’un film ukrainien et ce sera juste.

- Quel est votre film préféré?

- Mon film préféré est «La maison de la parole». Il s'agit de la maison des écrivains à Kharkiv. Il s'agit de l'intelligentsia des années 30 et 40, qu'ils ont détruite. Je pense qu'au début de 2020, nous aurons la première du film.

- Lors d’une réunion avec vous, les déplacés ont diffusé une vidéo sur la Crimée. Je vous ai observée, vous avez eu du mal à retenir vos larmes. Qu’avez-vous ressenti?

- J’ai une douleur à l'intérieur de moi. Elle est toujours là. Dès les premiers jours où j'ai quitté la Crimée. C'est une chose de savoir qu'on peut revenir et une autre chose de ne pas savoir s'il y aura une telle opportunité. Rêver de la Crimée toutes les nuits, c’est une douleur folle. Presque toute ma famille est là-bas et je ne peux pas lui rendre visite pour les vacances. Ma sœur s’est mariée il y a deux ans, mais je n’ai pas pu aller à son mariage, la sœur de ma grand-mère est décédée il y a quelques mois, mais je n’ai pas pu me rendre à son enterrement. J'essaie de sublimer la question de la Crimée et du Donbass en dette professionnelle.

Un jour, ma fille aînée, âgée de cinq ans, m’a demandé: «Retournerons-nous en Crimée?». J’ai dit, bien sûr. Elle a demandé: «Et que dois-je faire pour cela?» Cette question m'a partiellement paralysée. L’histoire des Tatars de Crimée est un cas exceptionnel pour montrer qu’il ne suffit pas d’attendre le droit de revenir dans sa patrie, mais il faut se battre pour. Lorsque nous nous adaptons à cette lutte à l’intérieur de nous, cela mène au but ultime.

- Qu'est-ce que vous avez répondu à votre fille?

- Ma fille m'a proposé différentes recettes. La première recette: « Allons faire un cadeau à Poutine et il nous rendra la Crimée». J'ai dit que ça ne marcherait pas. Elle a dit: «Et si nous prenons une arme - et que nous allons l'effrayer, il nous rendra la Crimée ?» J’ai dit que cela ne fonctionnera pas non plus. L'enfant a demandé - que faire avec lui alors? J'ai dit: il faut attendre. Ma fille a maintenant 9 ans. Elle s'intéresse beaucoup aux processus politiques. Je lui raconte d'abord ce que j'ai fait aujourd'hui pour accélérer le processus du retour de la Crimée. L’auditeur en chef de mon activité est ma fille, qui a déjà 9 ans, elle s’appelle Iman.

- Vous avez eu beaucoup de réunions avec les habitants de Zaporizhzhia. À votre avis, sommes-nous correctement informés ou devons-nous travailler dans cette direction?

- Lors de la communication avec les habitants de Zaporizhzhia, j’ai estimé qu’il fallait continuer. Il est nécessaire de créer des plates-formes dans lesquelles les représentants de l'État, y compris les autorités locales, et des personnalités publiques seront représentés, afin de simplement se parler. Tout est une question de relation, et dans les relations nous avons un seul instrument - la langue, c'est-à-dire le dialogue, la communication. Nous avons besoin de nous parler.

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-