MH17: un nouveau «film» de propagande des Russes

MH17: un nouveau «film» de propagande des Russes

publication
Ukrinform
Comment l'armée malaisienne s'est secrètement rendue dans la pseudo République populaire de Donetsk et pour chercher des «boîtes noires»

Aux Pays-Bas, le soir du 23 octobre, un nouveau film de propagande russe sur la tragédie du MH17 sortira sur les écrans sous le titre «Appel à la justice». Cette création de 28 minutes est déjà disponible pour la visualisation sur Internet.

Les acteurs principaux du film sont: «Khmoury», c'est-à-dire Sergey Dubinsky, militaire de carrière russe, que le Groupe international d'enquête sur l'enquête sur la catastrophe du MH17 a officiellement déclaré le 19 juin 2019 comme étant l'une des quatre personnes impliquées dans l'accident du MH17; - le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, qui ne reconnaît pas les résultats de l’enquête officielle et ne croit pas à l'implication de la Russie dans la tragédie; -le colonel malaisien Mohamad Sakri, qui raconte avoir secrètement voyagé en pseudo République populaire de Donetsk pour y rechercher les «boîtes noires» de l’avion afin qu'elles ne soient pas remises à l’Ukraine et aux États-Unis.

L'événement est organisé par l'organisation Global Rights of Peaceful People. Une conférence similaire a eu lieu le 17 août 2019 à Kuala Lumpur lors de la conférence «MH17: à la recherche de la justice», au cours de laquelle les énièmes «versions alternatives» de l'enquête MH17 ont été présentées.

ALLO! ALLO! «KHMOURY» vous écoute

Les auteurs du film - la journaliste russe Yana Yerlashova et le blogueur néerlandais Max van der Werf - se positionnent comme des journalistes d'investigation indépendants. Ils ont collecté des fonds pour leur «film» de 28 minutes par le biais de Kickstarter (un site destiné au financement de projets créatifs dans le cadre d’un système de financement participatif), mais au moment où la collecte de fonds a commencé, Yana Yerlashova travaillait toujours sur RT (Russia Today). Elle a d'ailleurs fait deux documentaires prétendant que l’avion de la compagnie malaisienne aurait été abattu suite à l'attaque d’un avion de chasse ukrainien Su-25. Elle tentait de prouver l'impossible: comme si le Su-25, en réalité un char volant, pouvait parvenir miraculeusement à abattre le MH17. L’objectif principal des deux films est de remettre en question, de toutes les façons possibles, même fantastiques, les résultats de l’enquête officielle du groupe d'enquête international (JIT).

Max van der Werf et Yana Yerlashova

Max van der Werf ne reconnaît pas non plus que c’est le Buk russe qui a abattu le MH17. Il a donné à plusieurs reprises des interviews à des médias séparatistes et, se positionnant comme chercheur indépendant, a parlé de ses versions de la tragédie.

Ces deux-là ont facilement réussi à se rendre à plusieurs reprises sur les lieux de la tragédie du 17 juillet 2014, qui a causé la mort de 298 personnes. Les combattants pro-russes prennent volontiers contact avec eux. D’ailleurs dans le troisième film, Yerlashova vient de parler au téléphone avec le russe Sergei Dubinsky, surnommé «Khmoury», l'un des suspects de la tragédie du MH17. En 2014, il était le subordonné d'une autre personne impliquée dans la destruction du MH17, Igor Girkin (Strelkov), qui s’appelait lui-même «ministre de la Défense de la République populaire de Donetsk». Dubinsky dirigeait les services de renseignements militaires de la soi-disant République populaire de Donetsk. Il est considéré commel’ une des personnes impliquées dans le crash de l’avion malaisien. Une des conversations interceptées entre ces deux suspects concernant un avion abattu a été rendu publique par le Service de sécurité de l’Ukraine. Yerlashova a simplement pris contact avec lui et a appelé Dubinsky pour lui poser des questions sur l’enregistrement de 2014 et, alors qu’il est sur la liste des personnes recherchées dans l’affaire du vol MH17, il a décroché le téléphone et accepté de lui parler:

Yerlashova:

- Les enregistrements publiés par la SBU, ils prétendent que c'était le 17 juillet, les conversations. Est-ce vrai?

Dubinsky:

- Eh bien, au moins la conversation avec le batelier, pendant laquelle je dis que nous avons abattu le Su-25 et je me trouve à Stepanivka, cette conversation a eu lieu avant le 16. Le 17 dans la matinée, j’étais déjà à Donetsk.

Yerlashova:

«Comment peut-on le vérifier?»

Dubinsky:

- Eh bien, bien sûr, cela peut être confirmé par le grand SBU ukrainien, qui écoute mon téléphone.

Yerlashova:

- C'est-à-dire, la conversation qu'ils ont postée, c’est votre voix qu’on y entend, je comprends bien?

Dubinsky:

- Oui, c’est la mienne

Yerlashova:

-C’est bien votre voix, mais la conversation n'a pas eu lieu à cette date, quoi d'autre?

Dubinsky:

- Ils ont tout reconfiguré.

Le tournage a lieu en Malaisie. Après avoir achevé la conversation avec «Khmoury», Yerlashova s’adresse aux experts malaisiens, qui, bien sûr, affirment que les enregistrements faits par le SBU auraient été montés.

«Je peux voir la différence de niveau sonore et il est clair que l’ensemble des enregistrements a été traité», a déclaré l’expert malaisien Akash Rosen du service informatique OG Forensic.

Pour l’équilibre, ils donnent l’avis d’un autre expert, cette fois, allemand.

«J’ai trouvé 9 manipulations. Il y a beaucoup de montage ici », déclare Norman Ritter.

Au cours d’une conversation avec Yerlashova, «Khmoury» a également assuré qu’il n’était pas impliqué dans la tragédie, mais que c’était le soi-disant «premier ministre» qui lui avait appris le crash de l’avion. Il dit également que deux «boîtes noires» lui ont été rapportées du lieu de la tragédie et qu'il les a remises indemnes à Alexandre Boroday, «premier ministre de la République populaire de Donetsk».

LA CHASSE AUX BOITES NOIRES

La Malaisie, afin d'obtenir les «boîtes noires», a secrètement envoyé ses représentants sur le territoire de la soi-disant République populaire de Donetsk. Les Malaisiens ont été chaleureusement accueillis et le 22 juillet 2014, à Donetsk, devant les caméras, le soi-disant «Premier ministre de la République populaire de Donetsk», Alexander Boroday, a remis les «boîtes noires» du Boeing malaisien au représentant spécial de la Malaisie, le colonel Mohamad Sakri, qui figure également dans le film et qui y parle de ce jour-là.

«C'était une bénédiction de la part de Boroday pour la Malaisie. Ils n'ont posé aucune condition, ils ont simplement offert la possibilité de récupérer les «boîtes noires», dit Sakri.

Il a également déclaré que le SMM de l'OSCE avait demandé les enregistreurs de bord et qu'après qu’il avait refusé, lors de son séjour à Kharkiv des représentants du FBI se sont adressés à lui pour demander de récupérer les «boîtes noires».

Dans le film, Sakri se vante de la manière dont lui et une équipe de 11 personnes ont réussi à mener une opération secrète et à être les premiers à prendre possession des enregistreurs de bord.

Mais ils n’avaient pas le droit de le faire sans l’autorisation de l’Ukraine, car c’était en fait une violation directe de la souveraineté de l’Ukraine et du droit international.

Il s'est rendu sur les lieux de la tragédie sous la direction directe du Premier ministre de l'époque, Najib Razak, qui a été arrêté en Malaisie l'année dernière pour corruption. Nous parlons de la disparition de milliards de dollars du fonds de l’État, de blanchiment d’argent et d’abus de pouvoir.

LE RÔLE DE LA MALAISIE DANS L’ENQUÊTE

L’équipe d’enquête internationale conjointe est composée de cinq pays: l’Ukraine, les Pays-Bas, l’Australie, la Belgique et la Malaisie. Après la divulgation des noms des quatre personnes impliquées dans le crash, le Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamada, a choqué tout le monde par ses déclarations, affirmant qu'il doutait de l'objectivité de l'enquête menée par les Pays-Bas sur la tragédie et ne considérait pas que les preuves de la responsabilité de la Russie dans la catastrophe étaient convaincantes.

Bien sûr, il dit la même chose dans le film lors d’une rencontre avec la journaliste russe Yana Yerlashova.

«Ils ont décidé d'avance que la responsabilité incombait à la Russie. Nous ne pouvons accepter cette position », a déclaré le Premier ministre malaisien.

Aux Pays-Bas, Max van der Werf a tenté d'organiser un entretien avec le président de l'équipe d'enquête internationale, Fred Westerbeck, mais sa demande a été refusée.

Yerlashova note que la Malaisie n'a pas immédiatement rejoint le groupe d'enquête United.

À son tour, le Premier ministre du pays est scandalisé que cela soit injuste, disent-ils, «l'avion malaisien, les citoyens malaisiens ont également voyagé à bord, ils sont également morts. Il est donc naturel que la Malaisie soit le premier pays à participer à l'enquête », a déclaré Mohamad.

Au total, 44 Malaisiens sont morts dans le crash de l’avion. Et ne pas autoriser la Malaisie, en particulier compte tenu de la propriété de l'avion, serait fantasmagorique, car une question se poserait immédiatement concernant l'objectivité de l'enquête. Par conséquent, personne n'a ignoré la Malaisie. Le 7 août 2014, le Groupe international conjoint d'enquête sur les enquêtes en cas de catastrophe a été formé pour le MH17 (JIT). Ce groupe comprenait des représentants de l'Ukraine, des Pays-Bas, de la Belgique et de l'Australie. Des représentants de la Malaisie ont été inclus le 4 décembre 2014, car le pays lui-même ne souhaitait pas le faire plus tôt, alors que des représentants avaient étéinvités de tous les États dont les citoyens étaient morts à la suite de la catastrophe. Par la suite, la Malaisie a quand même décidé de se joindre au Groupe international conjoint d'enquête déjà constitué. Il convient de noter que les «boîtes noires» ont été transmises à l’enquête internationale et soumises à une enquête menée par des experts.

Cependant, malgré les déclarations du Premier ministre malaisien, toutes les conclusions et résultats rendus publics ont été appuyés et reconnus par toutes les parties impliquées dans l'enquête, y compris la Malaisie.

Ils sont également reconnus par les proches des victimes du vol MH17. Ces derniers sont scandalisés par les déclarations constantes du Premier ministre malaisien, qui doute que la Russie soit à l'origine de cette tragédie.

Ils estiment que le film «Appel à la justice» est une vraie gifle. Les proches des personnes mortes dans l’accident du vol MH17 ont qualifié ce film de faux et donc n’iront pas le voir.

Iryna Drabok, La Haye

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-