ONU n’a repéré aucune trace d'un programme secret d'armes biologiques en Ukraine

ONU n’a repéré aucune trace d'un programme secret d'armes biologiques en Ukraine

Ukrinform
Dans un contexte de nouvelles allégations par Moscou concernant un programme secret d'armes biologiques en Ukraine, un haut responsable du Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies a affirmé vendredi que l'ONU n'était au courant d'aucun programme de ce type.

Ce message avait déjà été adressé au Conseil de sécurité les 11 et 18 mars par la Haut-Représentante aux affaires de désarmement, Izumi Nakamitsu.

« Cela reste le cas aujourd'hui », a déclaré vendredi Thomas Markram, qui est l’adjoint de Mme Nakamitsu.

La Russie, les États-Unis et l'Ukraine sont tous des États parties à la Convention de 1972 sur les armes biologiques interdisant la mise au point, la production, l'acquisition, le transfert, le stockage et l'utilisation d'armes biologiques et à toxines.

« J'encourage donc tous les États parties ayant des préoccupations en matière de respect à utiliser les procédures disponibles en vertu de la Convention », a déclaré M. Markram. Le Bureau des affaires de désarmement est prêt à appuyer toutes les procédures prévues par la Convention que les États parties pourraient décider d'utiliser.

À son tour, l'Ambassadeur adjoint des États-Unis, Richard M. Mills, a déploré que le haut responsable du désarmement des Nations Unies ait été invité à se joindre à la « conversation vraiment farfelue » d'aujourd'hui. Il a reproché à la Russie d'utiliser à nouveau le Conseil comme plate-forme pour répandre des théories de désinformation et de complot sur l'Ukraine alors qu'elle poursuit son assaut brutal et inhumain contre le peuple ukrainien.

« La Russie avilit à plusieurs reprises le Conseil par ces réunions absurdes », a-t-il déclaré. Les allégations sans fin de programmes d'armes chimiques et biologiques en Ukraine sont catégoriquement fausses et « ridicules ». En faisant des affirmations « fantaisistes » sur les billets de banque empoisonnés, les traitements secrets des prisonniers psychiatriques et les accords de non-divulgation, « c'est comme si les points de discussion de la délégation russe provenaient d'un mauvais roman d'espionnage », a-t-il déclaré.

Ils suivent une tendance bien établie, a-t-il dit, dans lequel les autorités russes accusent les autres des violations mêmes qu'elles ont perpétrées ou ont l'intention de perpétrer. Il a mis en garde contre le fait d'accorder du crédit à ces affirmations « étranges ».

Ce qu'il ne faut pas oublier, a-t-il dit, c'est que la Russie a une longue et bien documentée histoire d'utilisation d'armes chimiques, y compris dans les tentatives d'assassinat et l'empoisonnement des ennemis du Président russe Vladimir Poutine, dont le chef de l'opposition Alexeï Navalny.

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2022 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-