Maria Mezentseva, présidente de la délégation ukrainienne à l'APCE
Le soutien à l'Ukraine de la part de nos collègues internationaux ne cesse de croître
19.07.2023 16:25

Les questions ukrainiennes sont devenues une partie intégrante de la session d'été de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Cela est logique, car l'agression militaire de la Fédération de Russie contre l'Ukraine nécessite une réaction unifiée de la communauté internationale, et l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe joue un rôle important dans ce contexte.

Sur le travail de la délégation ukrainienne lors de la session d'été de l'APCE, sur l'interdiction des athlètes russes et biélorusses de participer aux Jeux olympiques de 2024, sur la reconnaissance des "Wagnerivtsy" et des "Kadyrovtsy" comme formations terroristes, ainsi que sur la mise en œuvre des exigences de l'Ukraine pour rejoindre l'Union européenne, Ukrinform a parlé avec la députée ukrainienne, présidente de la délégation ukrainienne à l'APCE, Maria Mezentseva.

"JE PENSE QUE NOUS PRIVERONS LA FÉDÉRATION DE RUSSIE ET LA RÉPUBLIQUE DE BIÉLORUSSIE DE LA POSSIBILITÉ DE PARTICIPER AUX JEUX OLYMPIQUES DE 2024"

- En février de cette année, le sommet Ukraine-UE s'est tenu, où la question de la prolongation du séjour des Ukrainiens dans les États européens a été abordée. Pouvez-vous nous dire ce qui s'est concrètement passé après cette discussion ?

- Notre groupe de travail spécial a tenu de nombreuses réunions spécifiques pour discuter de diverses questions concernant le séjour des Ukrainiens à l'étranger. Par exemple, la question de l'éducation. Il est très important que les enfants ukrainiens puissent poursuivre leur éducation normalement pendant leur séjour à l'étranger.

Nous avons également discuté de la manière dont nous pouvons continuer à offrir l'itinérance gratuite aux personnes déplacées temporairement. D'ailleurs, dans la dernière résolution adoptée par l'APCE le 23 juin, il est mentionné que les 46 États doivent fournir un accès gratuit à Internet à ceux qui en ont besoin, notamment pour l'éducation des enfants et des enfants ayant des besoins spéciaux, ainsi que pour les personnes ayant le statut de personne déplacée temporairement ou de réfugié.

Il convient de noter que nous ne considérons pas les Ukrainiens comme des réfugiés. Lors de mon discours à l'APCE, j'ai souligné une fois de plus que nous introduisons un nouveau concept juridique, celui de "temporary relocated persons" - des personnes déplacées temporairement.

En outre, nous avons discuté des paiements aux personnes déplacées temporairement : sont-ils équitables, correspondent-ils au format proposé initialement par la Commission européenne.

L'APCE dispose d'un comité distinct sur les questions de migration, de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur du pays, qui prend de plus en plus de poids, car de nombreuses résolutions passent par ce comité. La délégation parlementaire ukrainienne s'efforce d'examiner tout ce qui concerne les Ukrainiens au sein de ce comité.

En même temps, je tiens à souligner qu'il y a récemment eu une évolution positive concernant le retour des Ukrainiens de l'étranger. Cela ne peut que nous réjouir. Nous attendons tous les Ukrainiens chez eux.

- Le 22 juin, l'APCE a adopté une résolution sur l'interdiction des sportifs russes et biélorusses aux Jeux olympiques de 2024. Pouvez-vous nous en dire plus sur la manière dont la délégation ukrainienne a défendu la nécessité de cette résolution ? Cela peut-il influencer la décision du Comité international olympique ?

- Notre délégation a eu de la chance. Eugenia Kravchuk (vice-présidente de la faction "Serviteur du peuple" à la Rada suprême, membre de la délégation ukrainienne à l'APCE - ndlr) et moi-même dirigeons des comités très importants. Je suis à la tête du comité de l'égalité et de la non-discrimination, et Eugenia dirige le comité de la culture, de la science, de l'éducation et des médias. Ce document a été examiné pendant la présidence de son comité. De plus, parmi les auteurs de la résolution, figurait l'ancienne ministre norvégienne des Sports, Linda Hofstad Helleland, qui s'est exprimée activement en faveur de l'interdiction des sportifs russes et biélorusses aux Jeux olympiques de 2024.

98 % des intervenants ont soutenu la résolution. Lors de leurs discours, ils ont souligné qu'il ne faut pas faire de concessions à la Russie et à la Biélorussie à l'heure actuelle. C'est pourquoi le document met l'accent sur le fait que les sportifs russes et biélorusses ne peuvent pas participer aux Jeux olympiques, même sous une bannière neutre.

Nous verrons ce qui se passera à Paris en 2024, mais je tiens déjà à souligner que les députés représentant le parti du président Emmanuel Macron ont informé directement celui-ci après la réunion que l'admission des sportifs russes et biélorusses serait préjudiciable à l'image de la France.

Bien sûr, cela dépend non seulement de l'État hôte des Jeux olympiques. Les représentants du Comité international olympique ont pris cette idée très au sérieux. À mon avis, c'est un signal important et en même temps une pression internationale significative, car 46 pays représentent près d'un quart de la planète. Je pense que nous priverons la Russie et la Biélorussie de la possibilité de participer aux Jeux olympiques.

UNE ACTIVITÉ INTENSE À L'APCE AVANT LE SOMMET DE VILNIUS DE L'OTAN

- En juin, l'APCE a adopté une résolution intitulée "Conséquences politiques de l'agression russe contre l'Ukraine", dans laquelle elle a soutenu l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance atlantique. Comment s'est déroulé le travail à l'APCE avant le sommet de Vilnius ?

- Le président de la délégation lituanienne à l'APCE, l'un des plus grands amis de l'Ukraine, Emanuelis Zingeris, m'a appelé la veille de la finalisation de la résolution et m'a dit : "Maria, je vais prendre un risque et inclure le soutien à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN lors du sommet de Vilnius". Je lui ai répondu que cette décision pourrait ne pas être soutenue par tous les membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, car certains collègues s'opposent encore au fait que l'APCE est principalement une "organisation des droits de l'homme".

De plus, il existe une Assemblée parlementaire de l'OTAN qui travaille, entre autres, sur la question de l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance. Cependant, nous voulions les soutenir, c'est pourquoi nous avons inclus dans le texte de la résolution que les 46 États soutiennent l'adhésion inconditionnelle et complète de l'Ukraine à l'OTAN, mais nous avons supprimé la mention du sommet de Vilnius.

Lors de l'examen de cette résolution en commission politique, certains députés ont hésité et ont discuté pendant un certain temps de légères modifications. J'étais présente lors de cette réunion, bien que je ne fasse pas partie de la commission politique. J'ai expliqué à mes collègues que pendant qu'ils hésitaient, l'Ukraine souffrait de la guerre. Ce genre de "ralentissement" ou d'hésitation des députés européens se produit de temps en temps, mais nous essayons de les secouer de toutes nos forces.

Une partie de cette agitation était l'événement organisé avec des musiciens libérés de la captivité. Ce projet s'appelle "Bring the band home" ("Ramenez le groupe à la maison"). Il a impliqué des musiciens capturés célèbres d'Azovstal. Nous avons essayé de raconter des histoires réelles de militaires ukrainiens libérés de la captivité et de leurs familles. Cet événement a été organisé en collaboration avec le groupe de coordination sur la question des prisonniers de guerre. Je pense que cet événement a été très constructif et a eu un impact énorme sur les députés de l'APCE.

Revenant à la résolution, il convient de mentionner qu'elle contient une demande à la Croix-Rouge internationale de mettre en œuvre son mandat. Nous essayons d'expliquer cela aux députés européens en mettant l'accent sur les enfants, en soulignant les enfants déportés qui ont été illégalement emmenés de l'Ukraine par la Russie. Le CICR pourrait fournir des informations à l'Ukraine sur l'emplacement des enfants ukrainiens sur le territoire de la Fédération de Russie, mais cela ne se produit pas. Il est nécessaire de résoudre cette question.

De plus, la résolution mentionne le registre international des pertes de l'Ukraine dues à l'agression militaire de la Fédération de Russie. Plus de 40 pays et tous les pays du G7 ont déjà signé le document sur sa création. Nous prévoyons que le registre sera opérationnel dès cet été à La Haye. Le bureau est prêt à travailler.

IL EST NÉCESSAIRE DE CRÉER UN REGISTRE DES PAYS ET DES ENTREPRISES QUI AIDENT LA RUSSIE À CONTOURNER LES SANCTIONS

- L'APCE a également adopté une résolution reconnaissant les "Wagner" et les "Kadyrovtsy" comme des formations terroristes. Quelles seront les conséquences pour ces structures militaires et pour la Russie en général ?

- Oui, l'APCE a reconnu la société militaire privée "Wagner" et les "Kadyrovtsy" comme des organisations terroristes, car elles sont directement liées à la Fédération de Russie et combattent aux côtés de la Russie contre l'Ukraine. Le monde doit renforcer les sanctions contre la Russie et les organisations terroristes qu'elle parraine. Cela contribuera à réduire les ressources dont dispose la Russie pour mener une guerre agressive contre l'Ukraine.

Malheureusement, nous constatons que la Russie continue d'accumuler des drones, des missiles, grâce au contournement des sanctions. C'est pourquoi nous devons parler maintenant des registres de ceux qui contournent les sanctions et de ceux qui aident la Russie à les contourner.

- Quand un tel registre pourrait-il être lancé ?

- Nous avons évoqué l'idée de créer un registre des pays et des entreprises qui non seulement contournent les sanctions, mais qui contribuent également à ce contournement. Cela signifie qu'ils se déclarent neutres, mais sont en réalité des parties tierces dans la coopération avec la Russie. Par exemple, ils achètent des produits, des composants, des technologies spécifiques et sont considérés comme les destinataires finaux, mais en réalité, ils transfèrent tout à la Russie. Ainsi, la Russie a quand même un certain accès à ce qu'elle ne devrait pas recevoir en raison des sanctions.

Dans ce contexte, il convient de mentionner la coopération de la Russie avec l'Iran. Mes collègues de l'APCE et moi avons l'intention d'examiner la question du soutien de l'Iran à l'agression russe contre l'Ukraine. Cela témoigne de la poursuite du soutien de la communauté internationale à l'État ukrainien.

Beaucoup disent que le soutien des collègues internationaux a considérablement diminué. En même temps, je peux vous assurer qu'il ne cesse d'augmenter.

LA POSSIBILITÉ D'AVOIR UNE DOUBLE NATIONALITÉ EN UKRAINE EST JUSTE

- Comment avance l'intégration européenne de l'Ukraine vers l'Union européenne ?

- Nous respectons absolument toutes les exigences de nos partenaires européens. En ce qui concerne la réforme judiciaire, le Parlement a adopté en première lecture le projet de loi n°9322 "Modifiant certaines lois de l'Ukraine concernant la clarification des dispositions relatives à la sélection compétitive des candidats à la fonction de juge de la Cour constitutionnelle de l'Ukraine". Le document prévoit notamment que la commission spéciale de sélection des juges doit comprendre trois candidats ukrainiens et trois candidats étrangers. Il reste à adopter ce document en deuxième lecture.

Nous travaillons également sur la réforme anticorruption. Nous devons rétablir la déclaration électronique, qui avait été suspendue en raison du début de la guerre à grande échelle. Le document est enregistré, il nous reste seulement à voter en séance plénière. Parallèlement, le Parlement a déjà voté sur toutes les nominations importantes dans ce domaine.

Une autre exigence importante de la Commission européenne concerne les minorités nationales. Je vais expliquer pourquoi les droits des minorités nationales sont devenus un obstacle à l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne. Cet aspect a été ajouté par la partie hongroise. Rappelons que le ministre de l'élargissement de l'UE est hongrois. Nos partenaires hongrois ont longtemps insisté sur la question du statut des minorités nationales, en particulier dans le domaine de l'éducation.

Actuellement, plus de 100 écoles en Ukraine enseignent aux enfants dans leur langue maternelle, qui est le hongrois. Parallèlement, ils doivent également étudier la langue d'État, car cela conditionne l'accès à l'enseignement supérieur et à l'emploi en Ukraine.

Une autre barrière liée aux minorités nationales est l'impossibilité d'avoir une double nationalité en Ukraine. Je pense qu'une proposition de loi sur la double nationalité sera enregistrée au Parlement, car c'est juste. Ces citoyens existent, il faut les "légaliser". Nous nous dirigeons vers l'UE, où il est tout à fait autorisé d'avoir plus d'un passeport.

La vice-Première ministre chargée de l'intégration européenne et euro-atlantique, Olga Stefanishyna, et le ministère de la Culture et de la Politique de l'information travaillent activement sur cette question.

Au sein de mon comité de l'APCE sur l'égalité et la non-discrimination, une résolution spécifique sera élaborée. Elle porte sur "La situation des minorités nationales en Ukraine". Des auditions conjointes avec la Commission de Venise sur ce document auront lieu lors de la session d'octobre de l'APCE.

- Quels sont les projets de loi sur l'intégration européenne en cours de préparation au Parlement ? Quand seront-ils examinés en séance plénière ?

- La Commission de la Verkhovna Rada sur l'intégration de l'Ukraine à l'UE a beaucoup de travail. Nous nous réunissons chaque semaine en ligne pour des réunions de commission. Nous avons généralement entre 30 et 40 projets de loi à l'ordre du jour. Chacun doit être analysé pour s'assurer de sa conformité à toutes les directives et réglementations nécessaires. Il est très difficile de mettre en évidence des initiatives spécifiques, mais le travail est en cours.

En même temps, en plus de l'adoption de projets de loi sur l'intégration européenne, il est important de poursuivre une coopération internationale responsable, tant au niveau régional que supérieur.

- Dans le contexte de l'importance de poursuivre une coopération internationale active, parlez-nous des relations de l'Ukraine avec les pays d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie.

- En ce qui concerne l'Afrique, avant le début de la guerre russo-ukrainienne à grande échelle, la diplomatie avec les pays africains était généralement réalisée par le biais de la voie étudiante. Environ 88 000 étudiants de cette région étudiaient en Ukraine. Maintenant, avec le départ des étudiants étrangers en raison de la guerre, ce canal de coopération s'est considérablement réduit, bien qu'il ne se soit pas complètement fermé.

En ce qui concerne la période actuelle, récemment, une grande délégation de pays africains est enfin venue en Ukraine. Ils ont rencontré le Président de l'Ukraine, des membres du gouvernement, des députés, pour discuter des questions de guerre et de coopération.

Récemment également, le Président de l'Ukraine et le ministère des Affaires étrangères ont ouvert des concours supplémentaires pour les postes d'ambassadeurs dans les pays d'Afrique et d'Amérique latine. Nous attendons avec impatience les résultats. Les pays sont difficiles à travailler, mais je pense que la nomination d'ambassadeurs facilitera les efforts de communication. Nous avons besoin d'un lien permanent avec ces pays. Par exemple, l'Éthiopie ne voulait pas accepter nos conteneurs de céréales. Cela a pris du temps pour résoudre cette question, car il y avait des communications directes entre le Bureau du Président de l'Ukraine et les dirigeants de l'Éthiopie. Mais si nous avions un représentant permanent là-bas, tous les problèmes auraient été résolus beaucoup plus rapidement.

Le chef de l'État ukrainien a fixé des objectifs clairs aux représentants du ministère des Affaires étrangères et à la diplomatie parlementaire concernant la poursuite de la coopération avec les pays mentionnés. Nous travaillons dans cette direction.

- Selon vous, quelles sont les méthodes les plus efficaces pour établir des relations et une coopération avec ces pays ?

- Bien sûr, en tant qu'autorité, nous comprenons qu'il est important de parler de la guerre dans un contexte totalement différent. Dans le cas de l'Afrique, cela peut être fait en fournissant de la nourriture, en aidant dans l'agro-industrie, en partageant des technologies, en formant des étudiants.

Maryna Chykarenko, Kyiv

Photo par Kyrylo Chubotine

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-