Radosław Sikorski, député du Parlement européen et ancien ministre des Affaires étrangères de Pologne
L'Ukraine est déjà perçue comme un membre de l'OTAN en termes du volume d'aide militaire qui lui est fourni
31.07.2023 17:04

Le député du Parlement européen, ancien ministre des Affaires étrangères de Pologne et ancien maréchal de la Diète polonaise, Radosław Sikorski, est récemment venu en Ukraine avec de l'aide pour les unités de l'armée ukrainienne. Il conduisait personnellement l'une des voitures qui ont ensuite été remises aux militaires ukrainiens dans l'est du pays.

Dans une interview exclusive à Ukrinform, ce célèbre homme politique européen a expliqué pourquoi il apportait lui-même de l'aide aux Forces armées ukrainiennes, comment il évalue l'aide occidentale à l'Ukraine et comment il fait face à la fatigue causée par la guerre à l'Ouest. Il a également donné ses prévisions concernant l'adhésion de l'Ukraine à l'UE et à l'OTAN, et a évalué la façon dont les relations entre Kyiv et Varsovie se présenteront après les élections parlementaires en Pologne.

LES COMMANDANTS UKRAINIENS CONNAISSENT LE MIEUX LES MOYENS DE REMPORTER CETTE GUERRE

- Monsieur le maréchal, c'est votre troisième voyage en tant que volontaire pour apporter de l'aide aux Forces armées ukrainiennes. Qu'avez-vous apporté cette fois-ci et pour quelles unités ?

- Je tiens à souligner que c'est une initiative permanente de M. Mateusz Wodziński, connu sous le nom de "Exen" sur Twitter (réseau social X - ndlr). Il a déjà amené plus de 120 voitures en Ukraine. Cette fois-ci, j'ai collecté des fonds auprès de ma famille et de mes amis. Ainsi, hier (26 juillet - ndlr.), nous avons remis six pickups et plus de 20 drones aux militaires ukrainiens. Nous sommes allés jusqu'à Kramatorsk : l'une de nos équipes était à 18 km de la ligne de front, et l'autre à Tchassiv Iar, à environ 5 km de la ligne de front. Nous avons remis les pickups à des unités spécifiques, comme la 26e brigade d'artillerie indépendante.

- Pourquoi est-il important pour vous de vous rendre personnellement à l'est de l'Ukraine, alors que vous auriez simplement pu acheter des véhicules ou remettre l'argent collecté aux bénévoles ? Je sais que vous avez même emmené votre fils lors de ce voyage.

- La dernière fois, nous étions à Kherson avec ma femme (la célèbre écrivaine et journaliste américaine Anne Applebaum - ndlr.).

D'une part, je suis un ancien correspondant de guerre (de 1986 à 1989, Sikorski était correspondant de guerre pour des publications britanniques en Afghanistan et en Angola - ndlr.), et d'autre part, je sais que les gens apprécient énormément un soutien direct. Cela élève leur moral. Je voulais aussi éviter toute forme de bureaucratie. En revanche, il sera plus facile pour les sponsors de dire que nous avons personnellement livré ces pickups à des militaires spécifiques dans des unités spécifiques. En fin de compte, deux sponsors nous ont rejoints - l'un d'Autriche et l'autre des États-Unis. Ils confirmeront également que la mission a été accomplie. J'espère que cela nous permettra de collecter encore plus de fonds pour les militaires ukrainiens

- Lors de votre voyage, vous avez eu l'occasion de parler avec les militaires ukrainiens, de connaître leurs besoins et les problèmes auxquels ils sont actuellement confrontés sur le front. Quels sont vos sentiments en revenant en Europe ? Quels messages souhaitez-vous transmettre à vos collègues politiques en Pologne et au Parlement européen ?

- Je rapporterai de bonnes nouvelles en Pologne et dans le reste de l'Europe. Notamment, les militaires ukrainiens apprécient beaucoup les obusiers polonais Krab. Nous étions dans une unité qui utilise des munitions d'artillerie de haute précision Excalibur. Les militaires ukrainiens sont très satisfaits d'avoir reçu cette nouvelle arme très efficace. Je suis ravi que le rôle de la Pologne soit hautement apprécié, et que l'équipement militaire polonais soit si performant.

À Slavyansk, nous avons visité le consulat honoraire de Lettonie. Il est très positif de voir que l'Ukraine cherche à fonctionner normalement et que les amis de l'Ukraine s'efforcent de soutenir la société ukrainienne et l'armée ukrainienne.

J'espère que l'Occident a fourni à l'Ukraine suffisamment d'armement pour lancer une contre-offensive. Cependant, si nous n'en avons pas donné suffisamment, nous ne devrions pas pousser à accélérer les opérations militaires. J'apprécie énormément le commandement militaire ukrainien et je pense qu'il connaît le mieux la situation, comprend le mieux l'adversaire et sait le mieux comment atteindre la victoire dans cette guerre.

L'UKRAINE POURRAIT DEVENIR MEMBRE DE L'UE AVANT 2030

- Selon vous, est-il possible d'accélérer certains processus concernant l'aide militaire à l'Ukraine de la part des pays de l'UE et de l'OTAN, comme la formation de pilotes ukrainiens ou la fourniture d'avions de chasse F-16 à l'armée ukrainienne ?

- J'ai volé sur F-16 lorsque, en tant que ministre de la Défense, j'ai reçu le premier exemplaire de cet avion pour l'armée polonaise (en 2006 - ndlr.). À l'époque, le pilote m'a confié les commandes de l'avion dans le cockpit biplace. Il m'a semblé que piloter cet avion était assez facile (rires). Je pense que le plus complexe dans cet avion est de maîtriser le système de combat. Cependant, je suis convaincu que les Ukrainiens apprendront très rapidement, comme pour tous les autres types d'armement, non seulement à utiliser les avions F-16, mais aussi à exploiter leurs capacités de manière créative.

Je comprends que l'Ukraine peut être frustrée par le niveau des livraisons d'armements. Cependant, premièrement, ce niveau est plus élevé que ce que nous espérions avant le début de la guerre. Deuxièmement, nous avons une difficulté objective, à savoir que pendant 30 ans, l'Occident a récolté les fruits de la vie paisible et a non seulement cessé de produire des armes et des munitions, mais a également fermé ses lignes de production. Et troisièmement, l'Ukraine a progressivement reçu de grandes quantités de divers équipements militaires. Il est très difficile de mettre en place des chaînes logistiques pour chaque type de véhicule blindé, de char ou de système de lancement. L'Europe et les États-Unis accélèrent maintenant, en signant des contrats avec des entreprises de l'industrie de la défense, mais cela prend malheureusement du temps.

- Comment évaluez-vous les résultats du sommet de l'OTAN à Vilnius en juillet dans le contexte de l'Ukraine : la bouteille est-elle à moitié pleine ou à moitié vide ?

- Les sociétés des pays occidentaux ne veulent pas entrer en guerre directe avec la Russie, elles n'iront donc pas dans cette direction. Cependant, l'Ukraine reçoit même plus d'armements que les pays de l'Alliance, selon les documents de l'organisation qui les obligeraient à fournir à leur allié en cas d'agression contre lui. Le traité de Washington n'oblige pas les pays membres à entrer en guerre, mais seulement à y réagir. Par conséquent, cette réaction existe. Ainsi, d'une certaine manière, l'Ukraine est déjà perçue comme membre de l'OTAN. Cependant, formellement, cela se produira après la fin de la guerre.

- Cela peut prendre un certain temps...

- Malheureusement, les guerres coloniales durent généralement assez longtemps. Il faut donc s'attendre à des événements imprévus, qui, sans aucun doute, se produiront.

- Que voulez-vous dire par là ?

-Soit quelqu'un devrait éliminer l'initiateur de cette guerre, ou du moins l'écarter du pouvoir. Soit les militaires russes voudraient arrêter de mourir pour rien, c'est-à-dire faire ce qui a été fait en 1917 (révolution bolchevique - ndlr.).

- Cela pourrait également être une continuation des actions de la PMC "Wagner" ...

- Cet événement a montré à quel point la politique russe est dans un mauvais état, à quel point le territoire de la Russie elle-même est vulnérable, et à quel point les divisions parmi les forces de sécurité russes sont profondes.

- À l'automne de cette année, l'Ukraine recevra une évaluation de la Commission européenne concernant ses progrès en tant que candidat à l'adhésion à l'UE. Comment évaluez-vous les chances d'obtenir le "feu vert" pour entamer des négociations d'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne ?

-Les chances sont de plus de 50 %. Il faut se rappeler que dans ce cas, l'Ukraine mènera des négociations sur 35 chapitres que Kyiv devra accepter. Nous sommes tous impressionnés par le courage et la détermination de l'Ukraine. Mais nous savons tous aussi que ces dernières décennies, malheureusement, l'Ukraine s'est forgée une image de pays corrompu, et maintenant, elle doit faire preuve d'une double force pour montrer qu'elle lutte contre cette gangrène.

-Pouvez-vous prédire en combien d'années l'Ukraine pourrait devenir membre de l'UE ?

- Je pense que d'ici la fin de cette décennie.

EN CE QUI CONCERNE LE SOUTIEN OCCIDENTAL À L'UKRAINE, JE COMPTE ÉGALEMENT SUR... PUTIN

-Dans l'espace public de nombreux pays de l'UE, y compris la Pologne, on peut entendre des propos sur la lassitude de la guerre...

- Ces propos m'irritent énormément. Les seuls qui ont le droit d'être fatigués de la guerre sont les Ukrainiens, en particulier les militaires ukrainiens. Dans les pays où il y a la paix, nous avons seulement le droit de ressentir de la gratitude envers eux, car ce sont eux qui risquent leur vie et la perdent parfois. Nous, au maximum, pouvons avoir de l'essence un peu plus chère ou de l'électricité.

- Mais dans les pays européens, il y a toujours un tel phénomène...Voyez-vous une menace à cet égard pour la poursuite de l'aide occidentale à l'Ukraine ?

- Je mène également des négociations à Washington, et là, notamment parmi les électeurs du Parti républicain, il y a moins d'enthousiasme sur cette question. Bien sûr, malheureusement, il y a toujours des hommes politiques d'affaires qui en profitent. Cependant, c'est aussi la tâche des hommes politiques ukrainiens de convaincre en faveur du soutien continu. Je compte également sur Poutine, car il fait toujours quelque chose d'aussi horrible, comme, par exemple, les récentes attaques de missiles sur Odessa, pour rappeler à tous à quel point la victoire de l'Ukraine dans cette guerre est importante.

-Monsieur le maréchal, des élections parlementaires auront lieu en Pologne prochainement. Comment les résultats de ces élections pourraient-ils influencer les relations entre l'Ukraine et la Pologne ?

- Je suis le chef du groupe chargé de la politique internationale du plus grand parti d'opposition, la Plateforme civique. Je peux donc vous assurer que la politique de soutien à l'Ukraine restera tout aussi active. Sur cette question, il n'y a pas de différence entre le gouvernement et l'opposition. En revanche, en cas de notre victoire, la Pologne cessera de se quereller avec les institutions européennes et des alliés importants tels que l'Allemagne. Ainsi, la Pologne sera plus influente et efficace dans ses actions, y compris dans les questions concernant l'Ukraine.

Yuriy Banakhevytch

Photo: Facebook/Radeksikorski, PAP

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-