Scandale à lʼEurovision: la gagnante de la sélection nationale se produit en Russie

Scandale à lʼEurovision: la gagnante de la sélection nationale se produit en Russie

Ukrinform
Samedi dernier, lʼUkraine a élu celle qui représentera le pays lors du concours de chanson de l’Eurovision 2019 à Tel-Aviv. Cʼest MARUV, jeune chanteuse très en vogue, qui a remporté la sélection avec le plus grand nombre de voix en finale avec la chanson «Siren Song».

La chanteuse, âgée de 27 ans, est née à Pavlograd, dans la région de Dnipro. Sa chanson en anglais, «Drunk Groove», est devenue si populaire qu'elle a été vue plus de 88 millions de fois sur Youtube. MARUV présente sa performance et son image de scène comme une provocation culturelle.

Cependant, sa victoire a été rapidement mise en question par une révélation embarrassante: MARUV se produit en Russie. Ainsi, en janvier, elle a participé au festival de Sotchi et elle envisage de se rendre à la cérémonie de remise du prix «Sound Track 2018». Elle sera à lʼaffiche pour deux concerts en solo à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Selon certains médias, le propriétaire de la chanson Siren Song, avec laquelle la chanteuse voudrait conquérir le public à lʼEurovision, est la société russe Warner Music Russia.

Sur la scène de la sélection nationale pour l’Eurovision, MARUV a défini sa position:

«Chacun choisit sa manière de supporter la paix - quelqu'un prend les armes, quelqu'un utilise la musique. Se produire en concert, c’est ma façon d’apporter la paix. J'ai déjà répondu à plusieurs reprises à des questions sur mes tournées en Russie. Si cela vous intéresse, écoutez l'interview. Je tiens à vous rappeler que le concours de l’Eurovision a été créé après la Seconde Guerre mondiale afin d'unir les pays, afin de créer une fête commune. Je pense que c'est cool et sympa. Tout d’abord, c’est un concours de chant, pas une élection politique ou autre. Concernant ce dernier point de vue, vous devez vous adresser à la Verkhovna Rada».

La chanteuse a affirmé quʼelle avait choisi de représenter lʼUkraine, même si elle avait reçu des propositions de trois autres pays, notamment, la Turquie.

«J'ai beaucoup de spectateurs en Ukraine, en Russie et enTurquie. Peu importe le pays d’où tu viens et la langue que tu parles. De nombreuses personnes en Russie ont une attitude positive envers ceux qui vivent en Ukraine, écoutent la musique ukrainienne, l'admirent, les Russes ne sont pas pas tous mauvais, il ne faut pas juger toute la population sur son président», a-t-elle déclaré.

Ces propos de la chanteuse, ainsi que sa position peuvent facilement lui coûter un voyage à lʼEurovision.

Cʼest ainsi que, Victoria Sidorenko, directrice des relations publiques de UA:Souspilne et impliquée dans lʼorganisation de la sélection nationale pour lʼEurovision, a déclaré que le vainqueur de la sélection nationale pour l'Eurovision après la signature du contrat n'aurait pas le droit de faire une tournée en Russie et dans les territoires occupés.

« Le contrat signé avec Souspilne interdit es tournées en Fédération de Russie. La chanteuse a l'occasion de prendre connaissance des conditions du contrat et d’annoncer sa décision. Nous attendons», a-t-elle déclaré.

Selon Victoria Sidorenko, aucune loi ukrainienne n'interdit aux artistes qui ont fait des tournées en Russie de représenter l'Ukraine sur la scène internationale.

«Aucune loi ne l'interdit explicitement. Il y a votre vote, qui ne dénonce pas cette situation ... Permettez-moi de poser une contre-question: chers spectateurs, pourquoi avez-vous donné à MARUV le plus grand nombre de voix?», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Culture, Vyatcheslav Kyrylenko, estime que les artistes qui ont fait une tournée en Russie ou qui ne reconnaissent pas l'intégrité territoriale de l'Ukraine ne peuvent pas représenter l’Ukraine à l'Eurovision 2019.

«A propos de l'élection nationale à l'Eurovision, je peuxconfirmer l’opinion de nombreuses personnes: le représentant de l’Ukraine ne peut pas être un artiste qui se produit dans l’État agresseur, qui annonce son intention de le faire à l’avenir et ne voit rien d’inacceptable en cela. Par conséquent, la candidature de cette participante de l'Ukraine est loin d'être acquise», a-t-il écrit dans Tweeter.

Rapidement, MARUV a réagi en affirmant quʼelle serait prête à annuler les concerts en Russie afin de pouvoir représenter lʼUkraine à lʼEurovision. En même temps, a-t-elle dit, elle n'est pas d'accord avec certains paragraphes de l'accord quʼelle devra signer avec la télévision publique ukrainienne en tant que représentante de l'Eurovision de lʼUkraine.

MARUV a énuméré des affirmations en les qualifiant d'absurdes et a déclaré qu'en cas de violation de l’un des points, une amende de 2 millions de hryvnias était prévue ainsi quʼ«une indemnité pour pertes d'un montant encore indéfini».

« À la place, je ne recevrai rien de la part de la Télévision nationale ukrainienne, ni un sou de soutien financier, ni une aide pour organiser un voyage, ni de soutien promotionnel international. Même mon visa, je dois le faire moi-même», a écrit MARUV sur sa page Facebook.

Le scandale concernant les tournées russes de MARUV nʼétait pas le seul à créer des remous dans la société ukrainienne. Cette année, la sélection nationale a été décrite comme un «spectacle politique». En particulier, il sʼest avéré que l’une des candidates, chanteuse du groupe YUKO, était de nationalité russe. Deux autres candidates, deux soeurs du duo ANNA MARIA, originaires de Crimée, nʼont pas voulu admettre que la Crimée était lʼUkraine:

«Notre Crimée! La nôtre avec ma sœur, c’est notre maison, c’était, c’est et ce sera. Nous sommes nées là-bas, nous avons commencé à chanter là-bas, nous nous sommes inspirées de là-bas», ont déclaré les sœurs dans une interview avec le journaliste Roman Skrypyn.

Après cette réponse, le journaliste Roman Skripin a tenté d'obtenir une réponse claire des artistes, mais à toutes les questions les chanteuses n’ont répondu que très vaguement : «La Crimée est notre maison», «Il n'y a que deux frontières là-bas», «Nous ne dirons pas ce que vous voulez nous faire dire», « L'Ukraine a perdu la Crimée», «La Crimée est restée la Crimée».

Ironie du sort: la sélection pour lʼEurovision a eu lieu la même semaine que la triste date du 5e anniversaire du début de lʼagression russe contre lʼUkraine et de lʼoccupation de la Crimée.

Dans moins de 24 heures, nous allons savoir qui représentera lʼUkraine à lʼEurovision 2019. Cependant, il nous faudra bien plus de temps pour comprendre comment, après 5 ans de guerre, 13 000 morts et 30 000 blessés, des Ukrainiens sont prêts à élire ceux qui trahissent impunément les victimes de la guerre et les sacrifices accomplis par leur pays. La question est vraiment d’actualité avant les élections présidentielles…..

EH

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-