L’Ukraine figure au deuxième rang des pays européens les plus dangereux pour les journalistes

L’Ukraine figure au deuxième rang des pays européens les plus dangereux pour les journalistes

Ukrinform
Alors que le nombre de journalistes tués dans l’exercice de leur métier est de nouveau à la hausse en 2022, Reporters sans frontières (RSF) dévoile les chiffres des journalistes décédés ces vingt dernières années. Deux décennies particulièrement meurtrières pour celles et ceux qui sont au service du droit d’informer.

Selon le recensement effectué par RSF, notamment dans ses bilans annuels, au total, 1 668 journalistes ont été tués lors des deux dernières décennies (2003-2022). Sur cette période, chaque année, en moyenne, 80 journalistes ont succombé dans l’exercice de leur profession. Et si l’on remonte à l'année 2000, le nombre atteint un total accablant de 1 787 victimes.

En 2012 et 2013, des sommets ont été atteints avec respectivement 144 et 142 homicides de journalistes, notamment du fait du conflit en Syrie. Ces années lourdement endeuillées ont été suivies d’une accalmie progressive, puis de chiffres historiquement bas à partir de 2019.

Malheureusement, le nombre de morts en 2022 est le plus important de ces quatre dernières années, avec 58 journalistes tués en 2022 (dernier chiffre du Baromètre RSF, au 28 décembre 2022) dans l’exercice de leurs fonctions – une augmentation de 13,7 % par rapport à 2021 où l’on dénombrait 51 victimes.

Dans les deux dernières décennies, 80 % des victimes se concentrent dans 15 pays. Avec un total de 578 tués en 20 ans, les deux pays où le nombre de tués a été le plus élevé, l’Irak et la Syrie, rassemblent, à eux seuls, plus d’un tiers des reporters tués, devant l’Afghanistan, le Yémen et la Palestine. Avec la Somalie, le continent africain n'est pas épargné.

Au palmarès glaçant des meurtres, la Russie reste le pays européen avec le plus grand nombre de journalistes tués ces vingt dernières années. Depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, les atteintes – y compris mortelles – à la liberté de la presse y ont été systématiques, comme l’a souvent dénoncé RSF, avec notamment la liquidation emblématique d’Anna Politkovskaïa le 7 octobre 2006.

La guerre en Ukraine qui a éclaté le 24 février 2022 explique que le pays occupe la seconde place en Europe. Huit journalistes ont été tués dans le pays depuis l’invasion russe. Mais douze journalistes y avaient été tués au cours des 19 années précédentes.

La France figure au quatrième rang des pays européens du fait de la tuerie de Charlie Hebdo à Paris en 2015.

Au cours de la dernière décennie, les reporters ont couru les plus grands dangers dans les zones où les affrontements armés ont fait rage. Sur 686 homicides perpétrés depuis 2014, 335 ont eu lieu en zone de combats (Syrie, Afghanistan,Yémen, etc.), avec des années particulièrement meurtrières : 94 tués en 2012, 92 en 2013, 64 en 2014, 52 en 2015 et 53 en 2016. 

eh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-