Olexandr Symchyshyn, maire de Khmelnytsky
Khmelnytsky ne peut guère être considéré comme une ville en arrière-plan car elle est souvent attaquée
11.06.2023 09:49

Khmelnytsky a subi le 13 mai une attaque de l'armée russe, la plus massive à ce jour, dont les conséquences se font encore sentir. D'autres communautés de la région ainsi que des partenaires internationaux et des fondations caritatives se sont immédiatement proposés pour aider à la reconstruction de la ville.

À la fin du mois de mai, une correspondante d'Ukrinform a interviewé le maire de Khmelnytsky, Olexandr Symchyshyn, qui a parlé des conséquences de l'attaque hostile et de la puissante guerre de l'information qui a suivi. Dans l'interview, le maire a également expliqué comment le conseil municipal retirait le droit d'utilisation permanente des terres à l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou, soutenait les entreprises locales et collectait des fonds pour mille drones kamikazes destinés aux forces armées ukrainiennes.

LES RÉSERVES DE MATÉRIELS ONT ÉTÉ ÉPUISÉES EN DEUX JOURS

- Olexandr Sergueïevytch, pouvez-vous nous expliquer comment se déroule la reconstruction au sein des communautés de Khmelnytsky après l'attaque hostile du 13 mai ?

- Khmelnytsky a souvent été la cible de bombardements l'année dernière et cette année également. Bien qu'on nous considère comme une ville à l'arrière-plan, ce n'est plus vraiment le cas, car nous sommes souvent attaqués par des terroristes. Le 13 mai, nous avons connu l'attaque la plus massive et la plus difficile en termes de conséquences. Nous devons remercier Dieu et nos forces de défense antiaérienne car il n'y a eu aucune perte humaine. Il y a eu 30 blessés, mais seulement trois d'entre eux ont été hospitalisés, les autres ont reçu des soins médicaux et se sont rétablis à domicile. Les trois patients hospitalisés ont été libérés quelques jours plus tard.

En ce qui concerne les dommages matériels, ils sont énormes. Nous avons bien sûr des chiffres, mais ils ne reflètent pas l'ensemble de la situation car il y a des degrés de dommages que nous n'avons même pas identifiés ni répertoriés. Par exemple, il y a des milliers de cas de fenêtres brisées dans des appartements ou des écoles.

Il y a également des milliers d'établissements répertoriés. Notamment des établissements budgétaires tels que des écoles et des jardins d'enfants, des institutions culturelles telles que des bibliothèques et des maisons de la culture, des établissements de santé, ainsi qu'un grand nombre d'entreprises touchées, en particulier une partie de la zone industrielle, des entrepôts et des locaux de production. Dans certaines entreprises, des équipements de production valant des millions et des produits finis sur les entrepôts ont été détruits. Les logements ont été les plus touchés, avec des immeubles d'habitation collectifs où les toits et les fenêtres ont été endommagés, ainsi que des maisons privées et des maisons de campagne.  Beaucoup de gens n'ont pas demandé d'aide car s'il ne leur manquait qu'une seule fenêtre, ils la remplacent eux-mêmes sans demander de vérification. Au total, il s'agit d'environ 8 500 fenêtres. Des maisons à proximité du lieu de l'attaque ont également été détruites, avec des murs solides qui se sont effondrés et des frontons effondrés.

Nous nous sommes engagés dans la reconstruction dès le premier jour. Nous avons toujours pris le stock matériel au sérieux, nous l'avons vérifié régulièrement depuis 2015 et nous l'avons considérablement renouvelé en 2022. Nous avons acheté beaucoup de tôles ondulées, de bois et de verre. Mais même cette quantité considérable n'a pratiquement duré que deux jours, les 13 et 14 mai. Nous avons utilisé plus de 4 000 feuilles de tôle ondulée, plus de 2 000 mètres carrés de verre, plus de 1 200 mètres carrés de revêtement de toiture, ainsi que des milliers de mètres carrés de panneaux OSB, de film plastique, et de matériaux de construction en bois.

APRÈS L'ATTAQUE, L'ENNEMI A ESSAYÉ DE PROVOQUER LA PANIQUE

- Vous dites que vous avez épuisé vos réserves de matériel en deux jours. Où avez-vous obtenu les ressources par la suite et y a-t-il eu des difficultés dans ce processus ?

- Les difficultés principales résidaient dans les volumes considérables et le manque de main-d'œuvre qualifiée. C'est un travail spécialisé : tout le monde ne peut pas réparer un toit, remplacer ou poser une fenêtre, seuls des travailleurs spécialisés peuvent le faire. Beaucoup de nos employés municipaux ont été mobilisés et sont en guerre, ce qui réduit le nombre de personnes disponibles dans les équipes de reconstruction. C'était le principal problème, mais d'autres communautés nous ont aidés, et je leur suis très reconnaissant pour cela. Ce sont principalement Sataniv, Stary Kostiantyniv, Slavuta, Shepetivka, Medzhybizh et Kamianets-Podilskyi, qui nous ont fourni des équipes ou ont partagé des matériaux provenant de leurs propres réserves. C'était très important, car tout devait être fait rapidement.

Les organisations internationales ont également apporté une aide significative, notamment le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), "Rokada", l'organisation caritative "Medair", ainsi que des fondations caritatives privées. Ils nous ont rapidement fourni des tôles ondulées, du verre, et cette assistance se poursuit car nous collaborons avec eux pour aider les personnes démunies, seules ou handicapées à remplacer leurs fenêtres.

Nous avons alloué lors de la session municipale 6 millions de hryvnias (monnaie ukrainienne) pour une aide matérielle à ceux qui ont réparé eux-mêmes les dommages, les ont documentés et se sont tournés vers nous (ces fonds ont déjà été alloués lors de la session du conseil municipal du 2 juin - ndlr). Nous aidons les entreprises en les exemptant de payer la taxe foncière et les frais de location des terres pendant six mois à un an - nous nous déterminons encore sur la durée exacte.

Nous avons encore un établissement scolaire qui n'a pas repris ses activités. Les autres, plus de 30 ont été rétablis durant le week-end (13-14 mai - ndlr) et les enfants sont retournés à l'école le lundi. Deux autres ont repris leurs activités à partir du jeudi, et nous restaurerons l'école la plus gravement touchée, où les dommages s'élèvent à plus d'un million, d'ici l'été et elle reprendra son fonctionnement à partir du 1er septembre.

Dans l'ensemble, nous nous en sommes sortis, mais en réalité, la gestion des conséquences se poursuit encore.

- Après cette attaque sur la ville, les médias russes ont commencé à propager une fausse information sur une fuite de produits chimiques à Khmelnytsky, que les autorités municipales ont réfutée. Y a-t-il eu de la panique dans la ville après de telles informations, et les gens ont-ils écouté les informations officielles ?

- Ce n'était pas seulement une fausse information, mais une puissante opération psychologique, dans laquelle je suis convaincu que l'ennemi a investi d'énormes ressources, car ils l'ont diffusée non seulement sur les médias russes, mais aussi sur les canaux Telegram locaux, où il y a possibilité de commenter. J'en ai parlé lors d'une émission sur l'une des chaînes de télévision centrales, et en quelques heures, des centaines de commentaires sont apparus, dont 90% provenaient de bots évidents avec des textes identiques.

Ils ont également réalisé un travail considérable au niveau international, de nombreux articles sont apparus sur différents sites européens avec des commentaires de pseudo-experts. Cette opération avait pour objectif de semer la panique à Khmelnytsky, dans toute l'Ukraine et en Europe, où ils voulaient montrer l'Ukraine comme un partenaire peu fiable. Ils ont alimenté cette désinformation pendant environ deux semaines et continuent encore. Par exemple, la semaine dernière, l'une des parlementaires de Roumanie a déclaré quelque chose sur des nuages radioactifs.

Certains habitants de Khmelnytsky étaient inquiets, mais il n'y avait pas de panique, ni d'affluence dans les pharmacies et les stations-service. Après les frappes - car même lorsque le missile vole, il contient des substances nocives - nous effectuons toujours des mesures de contamination chimique et radioactive, car nous vivons, nous et nos enfants, dans cette ville. Mon fils cadet était à un entraînement de football après les frappes à 9h30.

C'est notre responsabilité envers les gens, et dans de tels cas, personne ne dissimule quoi que ce soit, mais prend des mesures appropriées. Les mesures ont été prises immédiatement, et nous avons également des stations en ligne de contrôle de la qualité de l'air. Tout était entièrement contrôlé par nous et les services d'urgence, et nous avons fait ces déclarations en toute confiance. J'espère que la majorité des gens nous ont entendus.

De plus, aucun média local ni même des canaux Telegram anonymes n'ont propagé ces absurdités, au contraire, ils les ont réfutées au maximum. Je pense que nous avons réussi à atténuer les conséquences de cette opération psychologique grâce à nos efforts conjoints. Cela doit servir à tous comme une leçon sur la manière dont ces manipulations peuvent semer la panique, car la panique est son alliée principale et notre ennemi.

LE GOUVERNEMENT NE S'INGÈRE PAS DANS LA VIE RELIGIEUSE, IL SE CONTENTE D'APPLIQUER LA LOI

- Avant Pâques, le processus de transition de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou à l'Église orthodoxe d'Ukraine s'est intensifié dans la ville, précédé d'un incident de violences contre un vétéran dans la cathédrale. Maintenant, cela s'est ralenti. Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

- Ce vétéran a combattu pendant un an et en subit les conséquences négatives sur sa santé. C'est un homme tout à fait honorable sur lequel personne n'a le droit de lever la main.

Tout le travail se déroule actuellement dans le cadre juridique, car toutes les assemblées organisées par la communauté se sont déroulées de manière légale, en respectant toutes les normes législatives, et cela a été une initiative de la communauté elle-même et des fidèles. Ensuite, des documents sont préparés et soumis à l'Office des Affaires religieuses, où ils sont soumis à un examen juridique approfondi, et l'Office apporte des modifications aux statuts. Pour tous ces passages qui ont eu lieu dans notre communauté, des modifications ont déjà été apportées aux statuts, puis le processus d'enregistrement suit, après quoi nous transférons les terrains.

Ce processus est en cours, il y a simplement moins d'événements publics en ce moment. Récemment, lors d'une session extraordinaire, nous avons transféré quatre terrains aux communautés qui se sont réenregistrées, ont changé de confession, et dans ces églises, des services religieux sont célébrés en langue ukrainienne, ils prient pour l'armée ukrainienne et les héros ukrainiens.

Ce processus a commencé chez nous l'année dernière, il y a eu plus de 10 transitions, mais cela n'a pas suscité un tel retentissement à l'échelle nationale. Ce qui s'est passé début avril est un processus irréversible, il est objectif et ne dépend pas du maire de la ville ni des députés. Les Ukrainiens ont de plus en plus pris conscience qu'ils ne devraient pas avoir de lien quelconque avec un État hostile via leur prêtre.

Les documents de propagande trouvés dans les églises après les transitions, même pour moi en tant que personne expérimentée avec une éducation historique, étaient effrayants. Je pensais que de telles choses pouvaient être lues à Moscou, mais il s'est avéré qu'on pouvait les lire à Khmelnytsky.

- Depuis l'année dernière, le conseil municipal de Khmelnytsky a commencé à révoquer le droit d'utilisation permanente des terrains des églises de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou. Est-ce qu'il y a eu des poursuites judiciaires de la part du patriarcat de Moscou contre la municipalité ?

- L'année dernière, nous avons entamé ce processus et avons révoqué le droit d'utilisation permanente pour trois terrains. Aucune action juridique n'a été entreprise concernant deux de ces terrains. L'un d'eux est devenu un square, tandis que l'autre a été transféré à un établissement scolaire dans le quartier, où il est extrêmement important de construire une nouvelle maternelle. Ils ont intenté une action en justice à son sujet. Ils ont gravement violé le processus d'utilisation de ce terrain, ont construit un bâtiment sans autorisation, ont retiré les sols fertiles sans aucune consultation, ce qui porte préjudice à l'environnement. Nous avons remporté la première instance, le tribunal a jugé nos décisions entièrement légales et nos arguments étaient solides. L'appel est en cours et j'espère que nous le remporterons.

En avril de cette année, nous avons révoqué le droit d'utilisation permanente pour 13 autres terrains. Quatre d'entre eux ont déjà été transférés à des communautés religieuses qui ont effectué le processus de changement de confession. Les autres terrains sont actuellement considérés comme des terrains d'utilisation générale. Juste la semaine dernière, nous avons envoyé des lettres aux structures affiliées à l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou qui se trouvent encore sur ces terrains, exigeant qu'ils les libèrent, car ils les utilisent illégalement. Si elles ne les libèrent pas volontairement, nous déposerons une plainte criminelle auprès des autorités chargées de l'application de la loi contre ces personnes non identifiées qui utilisent illégalement des terrains d'utilisation générale.

- En tant que maire, avez-vous été contacté personnellement par la direction de l'éparchie de Khmelnytsky de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou ? Ont-ils proposé des négociations ?

- Ils envoient de temps en temps des lettres dénonçant des décisions illégales, l'ingérence des autorités... Mais nous ne nous ingérons pas, car nous respectons la loi et défendons ses dispositions. Je me considère comme une personne croyante et j'ai une position claire en tant que croyant, en tant qu'individu, en tant que responsable politique et en tant que maire de la ville. Par conséquent, nous agissons exclusivement dans le cadre de la législation en vigueur et nous répondons à leurs lettres.

Ils (les représentants de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou - ndlr) envoient des demandes et je pense qu'ils préparent des poursuites, ils mènent une campagne d'information active et diffusent beaucoup de mensonges, ils manipulent. S'ils se considèrent comme des serviteurs sacrés, ils devraient comprendre que le mensonge est un péché grave.

Ils ont fait des approches informelles pour des rencontres, mais je ne les rencontre pas et je ne le ferai pas, car il n'y a rien à discuter avec de telles personnes.

LES ENTREPRISES ÉTRANGÈRES NE PRÉVOIENT PAS DE QUITTER KHMELNYTSKY

- Comment réagit le secteur des affaires étrangères aux investissements étrangers face aux bombardements du centre régional ? Est-ce une raison de délocaliser ses activités ? Et comment fonctionne généralement le secteur des affaires locales dans les conditions d'une guerre à grande échelle ?

- Il n'y a pas de conséquences négatives. La période la plus difficile pour les entreprises a été le printemps 2022. Les mois de novembre et décembre sont également devenus très difficiles avec les bombardements massifs de l'infrastructure énergétique et les coupures constantes. Cependant, les entreprises ukrainiennes sont uniques et capables de survivre dans toutes les conditions. Nous ne connaissons pas d'exode de capitaux étrangers ni de signes indiquant une volonté de partir. Nous menons souvent diverses négociations. Les entreprises étrangères ne s'installent pas parce qu'elles ont quand même des inquiétudes et des réserves, mais elles sont intéressées. Nous sommes une ville prometteuse qui s'est développée et transformée pendant de nombreuses années, offrant un climat favorable aux affaires.

Je remercie les entreprises de travailler dans des conditions aussi difficiles. Le budget n'a aucune conséquence négative, nous le respectons et nous voyons même la perspective d'un dépassement à la fin du premier semestre. Cela nous permettra d'aider davantage l'armée et de maintenir les conditions de vie de la communauté à un niveau satisfaisant, compte tenu des conditions de l'état de guerre. Bien que le secteur des affaires soit objectivement confronté à des difficultés. À la suite du dernier bombardement, plus de 40 entreprises de la communauté ont été touchées, et les pertes se chiffrent en millions.

- J'ai lu que la communauté de Khmelnytsky a un programme de soutien aux cultures de niche. Cette initiative est-elle financée par le budget de la ville ?

- Nous avons de nombreux programmes efficaces de soutien aux entreprises au sein de la ville, et Khmelnytsky a remporté à juste titre les classements de l' "Indice de compétitivité des villes d'Ukraine" en 2020 et 2021, qui évalue la convivialité du climat des affaires et l'efficacité des relations entre le gouvernement et les entreprises. Cela est dû, entre autres, à l'action de nombreux de nos programmes, tels que le remboursement des prêts, la participation à des expositions internationales et nationales, la formation de clusters.

Lorsque nous sommes devenus une communauté, nous avons obtenu la coopération du secteur agricole. Nous avons développé une série de programmes pour lui et pour les exploitations agricoles moyennes. L'année dernière, nous avons commencé à rembourser les propriétaires de gros bétail bovin pour chaque animal. Nous avons maintenant lancé un programme de remboursement de 5 000 UAH par hectare pour la culture de cultures de niche. Nous avons une partie de ce type d'entreprise et nous espérons qu'elle se développera, que de nouvelles initiatives commerciales apparaîtront spécifiquement dans les régions rurales. Nous venons de lancer ce programme la semaine dernière et nous attendons maintenant les demandes.

De plus, nous mettons en place de nombreux programmes initiaux pour les entreprises agricoles et orientées vers l'exportation. L'Ukraine est candidate à l'adhésion à l'UE, et nous croyons tous que nous pouvons devenir une partie intégrante de l'économie européenne, ce qui augmentera encore nos opportunités d'exportation.

- Dans le cadre de l'action "Bohdan Khmelnitskyi à cheval et les gars dans les forces armées", plus de 4 millions UAH ont été collectés à Khmelnitsky pour l'achat de six camions de transport pour les militaires. À l'approche de la Journée des Héros, une collecte nationale a été lancée pour acquérir 1000 drones kamikazes. Dans quelle mesure les habitants de Khmelnitsky participent-ils activement à ces collectes, étant donné que les dons sont actuellement moins fréquents ?

- Indéniablement, il y a une diminution de l'aide en ce moment, et c'est une situation tout à fait normale. Nous cherchons d'autres moyens pour mobiliser des ressources non budgétaires. Nous apportons beaucoup d'aide aux unités militaires à partir du budget. Récemment, la fondation caritative m'a informé que des fonds ont déjà été collectés pour plus de 300 drones kamikazes, des pièces de rechange sont commandées et leur assemblage est en cours. La collecte se poursuit et j'espère sincèrement que nous réussirons à la concrétiser.

Ces drones kamikazes ont déjà fait leurs preuves de manière qualitative à Bahmut en termes d'effectifs et de matériel. Si nous parvenons à fabriquer plus de 300 drones en ce moment, je pense que la présence de l'ennemi et de son armement diminuera. Et nous continuerons de collecter, car nous nous préparons à une guerre de longue durée. Nous avons simplement l'obligation de vaincre, car si cela ne se produit pas, il n'y aura plus d'Ukrainiens sur cette terre.

Iryna Chyrytsya

Photos de la mairie de Khmelnytsky

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-