Stanislav Kravchenko, Président de la Cour suprême
Je souhaite effectuer un audit de la Cour
14.06.2023 15:50

Cela fait déjà deux semaines que le nouveau président est en fonction à la Cour suprême. Il s'agit de Stanislav Kravchenko, âgé de 56 ans, qui dirigeait précédemment la Cour criminelle de cassation au sein de la Cour suprême.

Cela aurait été ainsi pendant plusieurs années si ce n'était pas pour l'histoire retentissante de l'arrestation, le soir du 15 mai, de Vsevolod Knyazev, alors président de la Cour suprême, par les agents de l'Agence nationale de lutte contre la corruption (NABU) pour un pot-de-vin de 2,7 millions de dollars. Selon l'enquête, l'argent était lié à une décision prise par la Grande Chambre de la Cour suprême dans une affaire concernant la société Ferrexpo. L'enquête cherche actuellement à déterminer le rôle éventuel d'autres juges dans cette affaire.

La réaction de la Cour suprême à cet incident a été instantanée. Le lendemain, à midi, une assemblée plénière a été convoquée et a voté la défiance envers Knyazev et la cessation de ses fonctions. Et seulement dix jours plus tard, le 26 mai, une assemblée plénière s'est tenue pour élire un nouveau chef, où Kravchenko a obtenu 108 voix sur les 148 juges présents.

Lors d'une interview accordée à Ukrinform, le nouveau président a expliqué comment il comptait surmonter la crise de confiance après "le jour noir de la Cour suprême", dans quelles conditions les décisions de la Cour seraient révisées, pour lesquelles, selon les forces de l'ordre, des pots-de-vin auraient été versés, et s'il prévoyait de coopérer avec la soi-disant "aile jeune" de la Cour, composée d'anciens chercheurs, avocats et juges de première instance.

Au cours de l'entretien, Kravchenko partage des faits sur les affaires concernant les militaires russes et insiste sur le fait que le meurtrier de Georgiy Gongadze, Pukach, n'a nulle part où s'enfuir après sa décision.

LA NOMINATION DE KNIAZEV À LA TÊTE DE LA COUR SUPRÊME EST DÉFINITIVEMENT CLOSE

- Monsieur Stanislav, depuis votre élection en tant que président de la Cour suprême le 26 mai, vous n'avez pas déménagé dans le bureau du Président au Palais de Klovska. Est-il scellé par les forces de l'ordre ? Des enquêtes sont-elles encore en cours là-bas ?

- Autant que je sache, les enquêtes sont déjà terminées là-bas. Je n'ai pas déménagé car j'ai énormément de travail dans les circonstances actuelles. Mais je devrai déménager car des élections pour le poste de président de la Cour criminelle de cassation sont prévues pour le 12 juin (auparavant occupé par S. Kravchenko - réd.).

Quant au bureau de l'ancien président de la Cour suprême, il y a une barrière morale. Je ne suis pas sûr de déménager exactement dans ce bureau. Peut-être que je trouverai un autre bureau à proximité.

- Après la découverte l'année dernière du passeport russe du vice-président de la Cour suprême de Lviv, et l'arrestation du président en fonction, Knyazev, pour corruption, la confiance envers la Cour suprême est à un niveau catastrophiquement bas. Comment comptez-vous résoudre ce problème ?

À travers l'histoire de Knyazev, nous avons vu comment l'acte d'un seul juge peut détruire la réputation et la confiance envers tous les juges

- Malheureusement, je ne peux pas vous contredire. Le dur labeur de toute l'équipe pendant cinq ans a été anéanti en un jour. Peu importe ce que je dis sur nos réalisations au cours de ces années, le coup est si fort qu'il est probablement impossible de s'y opposer. Chaque juge de la Cour suprême est personnellement responsable du niveau de confiance envers la justice. À travers cette histoire, nous avons vu comment l'acte d'un seul juge peut détruire la réputation et la confiance envers tous les juges.

Je comprends les émotions des collègues qui ont déclaré que tout le monde devrait simplement se lever et partir. Cependant, cela paralyse le fonctionnement de l'instance de cassation et entraînera des conséquences irréparables pour la protection des droits des citoyens.

Les actions de la Cour suprême visaient à envoyer un message clair : la justice se purifiera elle-même et fera tout le nécessaire à cet effet

Actuellement, il faut prendre de nombreuses mesures importantes pour remédier à la situation.

La première mesure opérationnelle a déjà été prise le jour où l'Agence nationale de lutte contre la corruption (NABU) et le Bureau du Procureur spécial (SAP) ont publié des informations sur la "perception indue d'avantages par la direction de la Cour suprême", qui ont choqué les juges. Nous avons immédiatement convoqué une réunion extraordinaire du plénum de la Cour suprême. Le lendemain, le 16 mai, le plénum a exprimé sa défiance envers Vsevolod Knyazev et a mis fin prématurément à son mandat de président.

Les actions de la Cour suprême visaient à envoyer un message clair : la justice se purifiera elle-même et fera tout le nécessaire à cet effet. De plus, la Cour suprême ne déclare pas seulement, mais démontre également une tolérance zéro à l'égard de la corruption.

La Cour suprême ne déclare pas seulement, mais démontre également une tolérance zéro à l'égard de la corruption

La deuxième étape consiste à élire un nouveau président de la Cour. Dans une telle situation complexe, l'institution ne peut pas rester sans chef. Bien sûr, il y a eu un intérimaire pendant la "période de transition", mais ses pouvoirs sont en grande partie limités : il ne peut pas participer aux travaux du Conseil supérieur de la justice ni prendre de décisions au sein de la Grande Chambre de la Cour suprême.

- Il y a eu des informations selon lesquelles plusieurs juges de la Grande Chambre auraient été trouvés en possession de billets marqués provenant d'un pot-de-vin. Comment la Cour suprême agira-t-elle lorsque l'Agence nationale de lutte contre la corruption annoncera des soupçons supplémentaires à l'encontre des juges dans cette affaire ?

- Les réunions des juges ou du plénum ne peuvent pas suspendre les juges de leurs fonctions. C'est le pouvoir du Conseil supérieur de la justice.

Si les juges sont informés des soupçons, la procédure standard dans de tels cas sera suivie : une demande sera présentée au Conseil supérieur de la justice pour obtenir son consentement à la détention des juges, la Cour supérieure anticorruption décidera des mesures préventives, et le Conseil supérieur de la justice les suspendra de l'exercice de leurs fonctions judiciaires.

Si cela se produit, je convoquerai personnellement une réunion du plénum pour évaluer la situation.

- La décision dans l'affaire Ferrexpo, pour laquelle, selon l'enquête, Knyazev et l'avocat Goretsky auraient reçu un pot-de-vin, sera réexaminée par la Cour suprême ?

- L'un des motifs de révision des décisions judiciaires en raison de circonstances exceptionnelles est l'établissement par un jugement définitif de la culpabilité d'un juge dans la commission d'une infraction pénale ayant conduit à une décision judiciaire.

Si de telles circonstances sont établies, les décisions peuvent être réexaminées.

- Cela se produira après la décision de la Chambre d'appel de la Haute Cour anticorruption ou de la Cour de cassation criminelle composée de la Cour suprême, qui est la dernière instance pour les affaires du NABU.

- Cela dépendra du moment où le verdict deviendra définitif. Dans un cas, le verdict de la première instance devient définitif après l'expiration du délai d'appel, soit trente jours à compter du prononcé du verdict, s'il n'y a pas eu d'appel.

En cas d'appel, la décision judiciaire, si elle n'est pas annulée, devient définitive après l'adoption d'une décision par l'instance d'appel, c'est-à-dire par la Chambre d'appel de la Haute Cour anticorruption.

- Nous avons la présomption d'innocence. Lors de la réunion de la Cour suprême d'Ukraine, Knyazev a déclaré qu'il avait sa propre version des événements qu'il révélerait ultérieurement. Supposons que le tribunal justifie Knyazev. Aura-t-il la possibilité de retourner travailler à la Cour suprême ?

- Il y a ici deux aspects : le droit et la morale. La question de la présidence de la Cour suprême est close définitivement pour Knyazev. La plénum lui a exprimé sa défiance et a mis fin prématurément à ses fonctions. Quant à son poste de juge, je pense qu'il y a des questions d'intégrité auxquelles des organes compétents devront répondre.

APRÈS LE CHANGEMENT DE MESURE PRÉVENTIVE, PUKACH N'A NULLE PART OÙ FUIR

- Quelle était votre motivation pour vous porter candidat à la présidence ?

- En 2021, avant la plénum qui a élu Knyazev président de la cour, le collectif de la Cour criminelle de cassation a posé la question lors d'une réunion pour que je me présente à la présidence de la Cour suprême. J'ai refusé car je voyais ma tâche dans l'organisation du travail de la Cour criminelle de cassation elle-même. Un travail considérable a été accompli et je voulais le terminer. Cela aurait été le cas si cet événement ne s'était pas produit.

Le 24 mai 2023, lors d'une réunion des juges de la Cour criminelle de cassation, le collectif a de nouveau proposé ma candidature et je ne pouvais pas, en les regardant simplement dans les yeux, dire que je ne me présenterais pas dans de telles conditions.

Après l'apparition d'informations sur ma candidature à la présidence de la Cour suprême dans certains médias et réseaux sociaux, des messages sur ma malhonnêteté en raison de l'existence d'un avis négatif du conseil sur l'intégrité publique, sur 9 ares de terrain non déclarés, et d'autres éléments ont commencé à circuler...

Il est évident que la seule existence d'un avis du conseil sur l'intégrité publique indiquant l'incompatibilité du candidat avec les critères d'intégrité et d'éthique professionnelle est déjà un facteur négatif. Mais cet avis est également un signal pour les organes compétents de l'examiner en détail. Si cette information n'est pas confirmée, il est possible de surmonter l'avis avec 11 voix des membres de la Haute commission de qualification des juges d'Ukraine.

Aujourd’hui, les activistes mentionnent l'avis négatif du conseil sur l'intégrité publique à mon sujet, mais curieusement, ils ne mentionnent pas le fait que j'ai fourni mes explications. En mai 2017 déjà, je n'étais pas d'accord avec l'avis et j'ai saisi l'occasion de faire appel. J'ai présenté les explications correspondantes au conseil sur l'intégrité publique et j'ai demandé une révision. À ce jour, je n'ai pas reçu de réponse.

De plus, lors de la réunion de la Commission supérieure de qualification des juges, j'ai pleinement donné des explications concernant l'avis du conseil sur l'intégrité publique.

En conséquence, cet avis a été surmonté par la Haute commission de qualification des juges d'Ukraine. Le Conseil supérieur de la justice a également effectué toutes les vérifications nécessaires et a recommandé ma nomination en tant que juge à la Cour suprême. En novembre 2017, le président a signé le décret de ma nomination, et le collectif m'a élu président de la Cour criminelle de cassation.

- En plus de l'avis négatif du conseil sur l'intégrité publique, on vous reproche la décision prise en tant que membre du collège des juges de la cour d'appel de Kyiv, selon laquelle le prévenu Pukach, meurtrier de Georgiy Gongadze, a vu sa mesure préventive modifiée pour une détention non liée à la garde à vue. Après cela, il s'est enfui et s'est caché jusqu'en 2009, date à laquelle il a été arrêté par les agents du Service de sécurité d'Ukraine (SBU). Y a-t-il eu une influence sur les juges dans cette affaire ? Que pouvez-vous dire à ce sujet ?

- Il y a vingt ans, lorsque l'affaire de Pukach était en cours d'instruction, j'ai travaillé pendant la première année à la cour d'appel de Kyiv. J'étais membre du collège, mais je n'étais ni le président ni le rapporteur dans cette affaire. Le collège a réexaminé la décision concernant la mesure préventive de Pukach, qui était alors en détention provisoire.

Je tiens à souligner que Pukach était accusé non pas de meurtre, comme le prétendent les médias, mais d'avoir donné l'ordre de détruire certains documents susceptibles de prouver que des agents du ministère de l'Intérieur le surveillaient ou indiquaient cela.

Le tribunal a analysé toutes les preuves présentées et, conformément à la pratique de la CEDH, qui a plusieurs fois souligné le caractère non fondé de la détention provisoire, a modifié la mesure préventive en assignation à résidence.

Il n'y a eu aucune influence sur les juges, la décision a été prise conformément au Code de procédure pénale de 1960 en vigueur à l'époque.

Après la modification de la mesure préventive, Pukach n'a pas fui. Au contraire. Il s'est adressé au tribunal pour contester la décision d'ouverture de l'affaire pénale, et sa plainte a été accueillie. L'affaire contre lui a été classée sur la base de cette décision, qui a été confirmée en appel et en cassation.

Quelques mois plus tard, de nouvelles accusations de meurtre ont été portées contre Pukach. C'est à ce moment-là qu'il a été déclaré en fuite.

Je n'ai pas examiné cette affaire, c'est pourquoi certaines informations dans les médias sont quelque peu déformées à ce sujet.

- Comment envisagez-vous de construire un consensus avec la soi-disant « aile jeune » de la Cour suprême, des anciens chercheurs, avocats et juges de première instance devenus juges à la suite de la réforme de 2016 et de la sélection compétitive ? Il s'agit notamment d'Olena Kibenko et d'Ivan Mishchenko, qui était l'un des candidats au poste de président de la Cour suprême. Pensez-vous qu'il soit possible de mettre en œuvre leurs idées pour le développement du système judiciaire ?

- Il y a aussi suffisamment d'anciens chercheurs et d'avocats à la Cour criminelle de cassation, mais je n'ai jamais divisé les juges en « factions ».

Ivan Mishchenko et Olena Kibenko travaillent dans le domaine du droit économique, et nous n'avons pratiquement jamais eu de contacts. Cependant, récemment, Ivan Mishchenko a demandé de l'aide pour l'organisation du travail législatif dans le domaine militaire, je ne lui ai pas refusé et je continuerai à l'aider.

En ce qui concerne la collaboration entre les juges, je tiens à souligner que, conformément à la loi « Sur l'organisation judiciaire et le statut des juges », toutes les questions organisationnelles sont élaborées et adoptées lors des réunions des cours de cassation, et la Cour suprême met en œuvre la volonté exprimée lors de ces réunions.

Par conséquent, s'il y a une volonté positive de la part des équipes des cours de cassation de travailler en faveur de la Cour suprême, il n'y aura aucune opposition.

Dans l'ensemble, les juges sont des personnes très occupées et ils ne veulent pas toujours s'occuper d'autre chose que de l'examen des affaires, c'est pourquoi je pense qu'il est nécessaire de protéger et de soutenir les personnes pleines d'initiative qui cherchent à améliorer le fonctionnement de la Cour suprême.

- Questions concernant les logements des juges. Vous en avez partiellement répondu après le plénum lors duquel vous avez été élu président. Cependant, certains juges parlent de l'obtention de logements depuis déjà plusieurs années. Cette question a été soulevée lors du plénum qui a élu Knyazev comme président, et apparemment, elle a également été discutée lors de réunions de la Cour criminelle de cassation qui vous ont désigné comme candidat à la présidence. Qu'est-ce qui ne va pas avec nos juges pour qu'ils soulèvent cette question même en période de guerre, alors qu'ils gagnent un salaire de 300 000 UAH ?

- À la Cour criminelle de cassation, l'un des juges a soulevé la question générale de la protection sociale des juges, mais les logements n'ont pas été abordés spécifiquement.

Nous n'avons pas la possibilité de fournir des logements aux juges, je ne peux pas promettre quelque chose qui n'existe pas

Cette question a été soulevée lors d'une réunion de la Cour administrative de cassation. Un juge a posé la question de la fourniture de logements. J'ai répondu que la loi prévoit la fourniture de logements de fonction aux juges, et que les dispositions de la loi doivent être respectées. Mais il est nécessaire de tenir compte des réalités de la vie, notamment de l'état de guerre et des contraintes financières et économiques.

Nous n'avons pas la possibilité de fournir des logements aux juges, je ne peux pas promettre quelque chose qui n'existe pas.

- Avez-vous prévu des innovations dans votre fonction ?

- Tout d'abord, il est nécessaire d'examiner la situation dans son ensemble, de procéder à un audit afin de voir le tableau d'ensemble de l'activité de la Cour suprême, car jusqu'à présent, je n'ai vu que la direction du travail de la Cour criminelle de cassation.

Sans aucun doute, des innovations seront mises en place à la suite de l'audit, qui porteront sur les activités de la Cour

C'est dans ce but que j'ai nommé, à ma propre initiative, un chef de l'administration afin de commencer ce travail, car les pouvoirs du précédent chef de l'administration ont expiré en mars 2023. De plus, un premier adjoint au chef de l'administration a été nommé, poste qui n'existait pas auparavant à la Cour suprême.

J'espère que cette période d'incertitude dans l'administration de la cour, que nous avons connue pendant 3 mois, prendra enfin fin et que la cour fonctionnera aussi efficacement, voire plus efficacement, qu'auparavant.

Il est également nécessaire d'organiser des élections pour le poste de président de la Cour de cassation pénale.

Sans aucun doute, des innovations seront mises en place à la suite de l'audit, qui porteront sur les activités de la Cour. Ces innovations seront discutées avec les juges et viseront à assurer le bon fonctionnement de la Cour suprême et à rétablir la confiance dans l'institution.

- Avez-vous rencontré le président ou quelqu'un du Bureau du Président ?

- Je n'ai eu aucune réunion ni avec le président ni avec le président du Parlement, ni avec personne d'autre. Je n'ai pas pris d'initiatives, et ils non plus.

- Avez-vous eu des contacts avec l'ancienne présidente de la Cour suprême, Valentyna Danishevska ?

- Nous avons parlé au téléphone, elle est également très préoccupée par cette situation. Nous partageons une même douleur.

JE SUIS EN FAVEUR DE LA RATIFICATION DU STATUT DE ROME PAR LE PARLEMENT

- Étant donné que vous avez précédemment dirigé la Cour criminelle de cassation, je voudrais vous poser une question sur l'état des affaires judiciaires concernant les verdicts rendus aux militaires russes pour des crimes de guerre. Combien de ces affaires ont été examinées par les tribunaux ukrainiens et combien de verdicts ont été rendus ?

- Nous qualifions ces crimes plus largement de crimes de guerre, bien qu'ils soient divisés en crime d'agression, génocide, déclenchement et conduite d'une guerre agressive, violation des lois et coutumes de la guerre. Cette catégorie d'affaires est très importante, mais seules les premières affaires sont actuellement soumises à la cassation.

Selon le Bureau du Procureur général, plus de 90 000 crimes de guerre ont été enregistrés.

En ce qui concerne l'examen des affaires, jusqu'au 29 mai de cette année, les tribunaux ont reçu 1050 enquêtes criminelles concernant des crimes contre la paix, la sécurité de l'humanité et l'ordre public international.

Parmi elles, 15 affaires concernent la propagande de guerre, dont 13 ont déjà été examinées par les tribunaux.

En ce qui concerne la justification et la négation de l'agression armée de la Fédération de Russie contre l'Ukraine, 770 affaires ont été enregistrées. Plus de la moitié, soit 582 affaires, ont déjà été examinées par les tribunaux.

Dans le cas des violations des lois et coutumes de la guerre, il y a eu 114 affaires enregistrées, et jusqu'à présent, seules 34 de ces affaires ont été examinées par les tribunaux.

Trois affaires ont été enregistrées pour la planification, la préparation, le déclenchement et la conduite d'une guerre agressive. Mais aucune décision n'a encore été prise. Cinq affaires ont été enregistrées pour le recrutement, dont trois ont déjà fait l'objet de décisions.

Il y a également une affaire en attente devant les tribunaux concernant l'écocide et le génocide, chacun.

- Il y a peu de temps, dans une interview accordée à Ukrinform, l'ancien juge de la Cour pénale internationale, Howard Morrison, a déclaré que 90 juges ukrainiens avaient effectué un stage au Royaume-Uni, au cours duquel ils ont été formés aux normes internationales de condamnation des crimes de guerre.  En fait, ce processus était supervisé par Morrison lui-même. Quel en est le résultat ?

- Il y a environ un an, nous avons rencontré Howard Morrison. Les juges se comprennent toujours plus facilement entre eux. Et je suis très reconnaissant aux organisations internationales de nous avoir soutenus et d'avoir organisé la formation des juges ukrainiens. Cependant, cela n'a pas eu lieu au Royaume-Uni, mais à Varsovie. Les juges sont revenus dans leurs tribunaux et travaillent maintenant.

Il est nécessaire d'établir des approches communes lors des enquêtes préliminaires et des procès criminels concernant les crimes de guerre

Actuellement, l'une des questions importantes est d'assurer l'uniformité de la pratique judiciaire en matière de poursuites pénales pour crimes de guerre au niveau national, tout en la conciliant avec la pratique internationale. C'est pourquoi, lors de la formation, il était important pour nous de synchroniser nos horloges pour nous assurer que nous progressons dans la bonne direction en termes d'application de la pratique internationale. L'examen des poursuites pénales pour crimes de guerre est une priorité pour nous et constitue l'un des sujets principaux de la formation. C'est un travail continu depuis le début de la guerre.

Il est également nécessaire d'établir des approches communes lors des enquêtes préliminaires et des procès criminels concernant les crimes de guerre. Pour ce faire, il faut former les procureurs, les enquêteurs et les juges selon des normes identiques, afin d'obtenir une compréhension commune des lois de procédure pénale et du droit matériel.

Tout cela est nécessaire pour que les décisions des tribunaux ukrainiens concernant les crimes de guerre soient perçues dans le monde comme étant équitables.

- Existe-t-il une coopération entre les Forces armées ukrainiennes et la Cour pénale internationale concernant les crimes de guerre russes ? En théorie, ils devraient s'occuper des affaires impliquant la hiérarchie russe, tandis que les autres devraient être jugées par les tribunaux ukrainiens...

- En mars 2023, lors de la conférence internationale "United for Justice", les priorités de la coopération des Forces armées ukrainiennes au niveau international ont été énoncées. La coopération avec la Cour pénale internationale faisait partie des points abordés. En tant que spécialiste du droit pénal, je me demande à quoi cela ressemblera. Indéniablement, nous sommes prêts à coopérer et nous ferons tout ce qui est possible dans cette direction. Cependant, il est important de comprendre ce qu'est la Cour pénale internationale, ce qu'est le Statut de Rome, que l'Ukraine, d'ailleurs, n'a toujours pas ratifié.

Et si nous plaidons en faveur d'une coopération active avec la CPI, alors se pose la question de la ratification du Statut de Rome. Je suis partisan de la ratification du Statut de Rome par le Parlement.

Alla Shershen, Kyiv

Photo d'Eugene Kotenko

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-