Explosion de la centrale hydroélectrique de Kakhovka : des forêts historiques et des centaines de milliers d'individus rares périssent

Explosion de la centrale hydroélectrique de Kakhovka : des forêts historiques et des centaines de milliers d'individus rares périssent

Ukrinform
Près de 50 sites du patrimoine naturel seront touchés par les inondations dans la région de Kherson

En raison de l'explosion de la centrale hydroélectrique de Kakhovka par les Russes, des zones bénéficiant de statuts internationaux de conservation de la nature ont été touchées, notamment les sites Ramsar et les éléments du réseau Émeraude. Nous risquons de perdre des forêts naturelles historiques, comme la célèbre Hileya, des espèces végétales endémiques périront, les mauvaises herbes envahiront les territoires et la faune subira des pertes. Les zones inondées et celles qui s'assèchent rapidement en raison de la baisse rapide du réservoir de Kakhovka sont menacées.

Actuellement, les scientifiques, les écologistes et les défenseurs de l'environnement n'ont pas accès à ces zones, c'est pourquoi nous ne parlons que de pertes potentielles. Ces informations sont rapportées à Ukrinform par le membre du conseil d'administration du groupe ukrainien de protection de la nature et chef du département de botanique de l'Université d'État de Kherson, Ivan Moisiyenko.

ALLONS-NOUS PERDRE LA HILEYA ?

Si l'on considère les inondations du point de vue de la préservation de la nature sauvage, près de 50 sites du patrimoine naturel seront touchés. Cela inclut la réserve de biosphère de la mer Noire, trois parcs nationaux - Nyzhnodniprovs'kyi, Biloberezhzhia Sviatoslava et Oleshkivski Pisky. De nombreux petits sites seront également touchés : réserves naturelles, monuments naturels et jardins paysagers, ainsi que le parc régional du paysage de la péninsule de Kinburn.

Péninsule de Kinburn / Photo : Anna Stryzhekyn

Comme l'a mentionné Ivan Moisiyenko, ces territoires bénéficient de nombreux statuts internationaux. En particulier, les zones de désastre comprennent les zones humides d'importance internationale (les sites Ramsar) d'une superficie de 33 000 hectares dans le delta du Dnipro. Six sites du réseau Émeraude seront également touchés. Cette région a le statut de zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO), nécessaire pour la préservation des populations d'oiseaux.

- C'est du point de vue formel. Mais du point de vue informel, il s'agit de la destruction d'un grand nombre d'individus de nombreuses espèces, y compris celles inscrites dans le Livre rouge de l'Ukraine. Les groupes de la Liste verte de l'Ukraine et les habitats protégés par la Résolution n°4 de la Convention de Berne seront également touchés. Nous parlons de centaines de sites de conservation. Je peux donner des exemples marquants pour chaque position. Par exemple, nous avons des espèces endémiques de plantes qui ne se trouvent que dans les sables du Nyzhnedniprovs'kyi. Nous constatons, selon la dynamique, que ces dunes s'enfoncent le long de la rive gauche de la zone inondable du Dnipro, ce qui entraîne l'inondation des espèces de plantes des steppes, des prairies et des forêts, explique le scientifique.

Épervière à petite tête \ Photo : Olena Sadova

Par exemple, l'épervière à petite tête - une endémique locale qui n'existe que dans les sables du Nyzhnodniprovs'kyi. Aujourd'hui, une grande partie de sa population est inondée, et il s'agit d'une xérophyte (une plante des milieux secs). Par conséquent, le professeur Moisiyenko prévoit qu'elle périra dans les zones inondées.

Il est également probable que les véritables forêts de pins - naturelles, non plantées artificiellement - soient menacées en cas d'inondation prolongée.

- Nous avons les restes de la Hileya - ces forêts naturelles légendaires visitées il y a 2400 ans par Hérodote, qui écrivait sur un grand pays forestier dans la basse vallée du Dnipro, souligne le professeur.

Selon lui, même pendant les années "normales" avec un niveau élevé des eaux souterraines, il y a une perte de bouleau dans les bosquets, et la principale raison en est l'engorgement. Et maintenant, nous parlons d'une inondation totale. Cette espèce endémique de bouleau a même un double statut - elle est répertoriée dans le Livre rouge de l'Ukraine et ses groupes font partie de la Liste verte de l'Ukraine. L'arbre pousse dans les dépressions où l'eau sera probablement retenue, donc on peut prévoir que la majeure partie de la population périra.

Les bosquets de chênes sont également menacés - ils sont aussi les restes de la légendaire Hileya.

- Les plus grands chênes géants de la région de Kherson ont un diamètre de 3 à 4 mètres, et certains d'entre eux sont situés justement dans la région forestière de Zburivka près de la rive du Dnipro. Ils se trouvent juste à la fin des roseaux, et ils poussent. Ces arbres ne résistent pas à une inondation prolongée, il y a un grand risque qu'ils soient endommagés, explique le professeur.

La même situation se produit avec les chênes dans la région de Mykolaïv. Dans la partie ouest de la flèche de Kinburn, il y a de grands chênes, dont un qui mesure plus de 5 mètres de diamètre, situé dans la réserve naturelle de la mer Noire. Peut-être survivront-ils, mais cela dépendra de la durée de l'inondation.

La situation est tragique pour les animaux également. Par exemple, la taupe des sables, endémique des sables du Nyzhnodniprovs'ky et inscrite dans le Livre rouge d'Ukraine, vit dans la zone inondée.

Taupe des sables / Photo : Sviatoslav Havryliuk

- Et il y en a beaucoup d'autres - on pourrait parler longuement des pertes que nous pourrions subir parmi ce que nous avons essayé de préserver en créant des réserves. Maintenant, il est question de la disparition de centaines de milliers d'individus rares", souligne le professeur.

Il insiste : ce ne sont pas seulement les habitants des terres qui souffriront. On pourrait penser aux écosystèmes aquatiques, aux plantes aquatiques comme la salvinie, les characées, etc. Mais la chose est que ces plantes sont adaptées à vivre dans des conditions d'eau stagnante ou de courant très lent, comme celles présentes dans le réservoir.

- Maintenant, le courant est rapide, et ce n'est pas du tout leur biotope. Les plantes d'eau douce seront simplement emportées dans la mer, et elles ne sont pas adaptées à survivre dans une eau salée.  Donc, un grand nombre de plantes aquatiques mourront. Elles se rétabliront, bien sûr, mais quand, combien de temps cela prendra-t-il ? La population principale sera emportée par la mer et y périra. Ce sera une histoire très triste et longue, - déclare le scientifique.

AU-DESSUS DU BARRAGE, UN ÉCOSYSTÈME FORMÉ PENDANT 65 ANS DISPARAÎTRA

Une transformation significative se produira également au-dessus du barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka. Et ce sont les zones aquatiques et subaquatiques qui seront touchées en premier.

Photo : Getty Images

- Un processus de dessiccation se produira là-bas. Le réservoir de Kakhovka est une structure artificielle, mais elle a été créée il y a 65 ans, en 1958, lorsque sa cuvette a été entièrement inondée. Pendant cette période, des écosystèmes se sont formés avec leur flore et leur faune, leurs poissons, leurs mollusques, leurs oiseaux et leurs animaux. Il y a de nombreux animaux rares, tels que les castors et de nombreux oiseaux qui figurent dans le Livre rouge d'Ukraine. Et maintenant, l'eau se retire rapidement.  Beaucoup d'animaux mourront. Les roseaux et les formations végétales aquatiques périront, - explique Ivan Moisiyenko.

En ce qui concerne les espèces mobiles telles que les oiseaux, une partie de leur population survivra. Cependant, il est probable que les oisillons en souffriront, car c'est la période de nidification et ils apprennent justement à voler.

- Les oiseaux mourront probablement, mais pas aussi massivement que, par exemple, les mollusques ou les crustacés, qui ne peuvent pas se déplacer rapidement. J'ai vu des images terribles lorsque près de Mariïanivka, près de Novovoronzovka, l'eau s'est retirée d'un trou d'hivernage et le fond était simplement recouvert de poissons. Les poissons n'ont pas eu le temps de suivre l'eau. Cela signifie que même les animaux qui peuvent se déplacer rapidement et semblent ne rien craindre meurent massivement, - constate le scientifique.

Photo : Bureau du procureur général

Et sur les terres asséchées dès la première année, les mauvaises herbes arriveront, telles que l'ambroisie, par exemple. Elles sont très mobiles et adaptées à la colonisation rapide des territoires. Le scientifique affirme que les mauvaises herbes ne résistent généralement pas à la concurrence des espèces locales, mais les espèces locales reviendront dans 10, 20, 30 ou même 50 ans, alors que ces mauvaises herbes arriveront très rapidement. Selon lui, d'ici la fin de l'été, nous aurons des mauvaises herbes sur les zones asséchées du réservoir. Et cela affectera grandement les personnes allergiques.

LA SITUATION EST GRAVE, MAIS LES SCIENTIFIQUES NE PEUVENT PAS DOCUMENTER LES PERTES

Ivan Moisiyenko / Photo : ukrainer.net

Ivan Moisiyenko est convaincu que tous les processus qu'il prévoit se produiront, mais personne ne peut dire dans quelle mesure. La zone touchée est actuellement la ligne de front, elle est bombardée et minée. Les scientifiques ne peuvent pas effectuer de mesures, d'études et, surtout, documenter les pertes. Selon lui, il est actuellement impossible d'accéder même aux territoires libérés il y a un an, car ils ne sont pas encore déminés. Les scientifiques se sont rendus, par exemple, à Kamianska Sich, mais ils n'ont pu voir qu'une petite partie de celle-ci, près des routes.

- Personne ne nous laisse entrer dans la steppe, et la situation est grave, - constate le professeur.

Iryna Staroselts

Première photo : Getty Images


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-