Histoire de vie : Le bonheur de deux prisonniers et de la petite Anna-Maria

Histoire de vie : Le bonheur de deux prisonniers et de la petite Anna-Maria

Ukrinform
Comment la famille d'un médecin militaire et d'un marine de Marioupol s'est réunie après leur captivité et a ramené leur fille de 6 ans d'un territoire occupé

D'après les photos des dernières semaines, on pourrait penser que cette famille - le père, la mère et leur fille - est beaucoup trop joyeuse et insouciante pour l'époque de la guerre russo-ukrainienne. Cependant, avant l'apparition de ce « bonheur enjolivé », il y a eu une longue captivité pour les militaires de Marioupol, Kateryna et Igor, et leur petite enfant a passé plus d'un an sur un territoire temporairement occupé.

Le couple a traversé des épreuves avec la destruction de Marioupol par les Russes et les lieux de détention des prisonniers. Ces Ukrainiens ont été sauvés dans la captivité russe par leur foi en la possibilité de trouver des solutions même dans les situations les plus difficiles. Et ils ont finalement reçu cet appel tant attendu et ces étreintes chaleureuses.

Ukrinform raconte l'histoire des épreuves et de la réunion de la famille.

L'ENFANT DEMANDE TOUJOURS SI ON NE VA PAS L'ABANDONNER, SI ON L'AIME ?

Maintenant âgée de 6 ans, Anna-Maria fréquente déjà une école maternelle pour accélérer sa préparation à l'école. Elle n'est revenue auprès de son père et de sa mère qu'en mai de cette année. Et depuis plus d'un mois, elle demande constamment à ses proches si on ne va pas l'abandonner, si on l'aime.

Avant l'invasion totale de la Russie, la famille vivait à Marioupol. La maman, Kateryna Skopina, était lieutenant et avait deux diplômes universitaires. Elle occupait le poste d'adjointe du commandant de l'unité militaire A1249, chargée du soutien moral et psychologique. Elle était militaire depuis 2013. Son mari, Igor Dmytrykovsky, a rejoint les forces armées un peu plus tard et servait en tant que matelot-maître dans l'unité de maintenance des armes d'artillerie de l'unité militaire A1275 - 503e bataillon de marine. Ils passaient tout leur temps libre avec leur fille.

« Jusqu'au dernier moment, nous ne croyions pas qu'il y aurait une guerre à grande échelle », se souvient Kateryna. « Même lorsque les Russes encerclaient Marioupol et amenaient des dizaines de blessés à l'hôpital en 2-3 heures. Jusqu'à la mi-mars, nous pensions encore que cela se terminerait bientôt, que nous reprendrions Donetsk ».

Les combats dans la région de la mer d'Azov ont été intensifiés un peu plus tôt. La guerre y faisait rage depuis le printemps 2014, et avant le 24 février 2022, l'ennemi a commencé à bombarder les rives occidentales de la rivière Kalmius, les plus proches de la Russie. C'est là que se trouvaient les villages de Lyapine, Shyrokine, Siedove... « Lorsque mon mari était de service de nuit, le 21 février, j'ai été appelée pour une alerte au combat », raconte Kateryna. « J'ai laissé notre enfant à la maison, en demandant à mon beau-père de venir. Tout était calme, les transports circulaient. Le matin, Igor a emmené son père et notre fille en voiture jusqu'au village, en laissant les clés. Nous avions convenu que Anna-Maria serait emmenée chez mes parents, à Lviv. Mais très vite, les parents de mon mari se sont retrouvés avec notre fille de 5 ans sous occupation ».

Il est évident que Kateryna n'a pas envie de raconter ce qui s'est passé par la suite. Je ne lui pose pas de questions. Tout ce que l'on sait, c'est qu'à la fin de l'année dernière, des documents russes ont commencé à être préparés pour la petite fille. Kateryna ne parle pas du sort de ses beaux-parents.

... En allant de l'avant. Pour ramener Anna-Maria sur le territoire ukrainien contrôlé pendant la guerre via des pays tiers, il a fallu de nombreux efforts du Bureau du Commissaire aux droits de l'homme du Parlement et du Commissaire aux droits de l'enfant auprès du Président ukrainien. Jusqu'au bout, la partie russe n'a donné aucune garantie quant au retour de la fille. Ils ont imposé une condition humiliante : pour que Anna-Maria soit remise à la frontière grise, au poste de contrôle entre la Lettonie et la Russie, elle devait reconnaître Kateryna à une distance d'environ 150 mètres. Et l'enfant - un miracle (!) - a reconnu sa mère après tous ces mois de stress interminable... Elle a immédiatement couru vers elle. Kateryna et Anna-Maria ne s'étaient pas vues depuis un an et trois mois.

...La famille est réunie depuis plus d'un mois maintenant. Cependant, Kateryna Skopina, en tant que spécialiste et en tant que mère, déclare : « Ce n'est pas aussi bien que ça en a l'air de l'extérieur. Nous avons perdu le lien psychologique que nous avions : maman-papa-enfant ».

Actuellement, la famille est en réadaptation ensemble. Un psychologue travaille avec Anna-Maria, âgée de 6 ans, en impliquant ses parents. « Je pense qu'après tout ce que le spécialiste va entendre, il aura aussi besoin d'une aide psychologique », déclare Kateryna. « Parce que tout le monde ne rencontre pas cela : les histoires de deux prisonniers de guerre et d'un enfant qui a été séparé de ses parents sur un territoire temporairement occupé pendant un an ».

COMMENT LE COUPLE EST TOMBE EN CAPTIVITÉ

Le lieutenant Kateryna Skopina a été libérée après près de 9 mois de captivité russe le 6 décembre 2022. À cette occasion, 60 défenseurs ont été renvoyés en Ukraine, parmi lesquels figuraient deux femmes.

La veille, les prisonniers étaient transportés depuis Taganrog dans une direction inconnue. Personne ne pouvait voir les routes, mais à partir des sons, il était finalement clair qu'ils approchaient de l'aéroport. Taganrog est très proche de la frontière ukrainienne, mais c'était l'itinéraire choisi. Et cela signifiait qu'il y avait soit un tribunal russe à venir, soit un échange. Lorsqu'ils ont été transférés de l'avion à un bus, personne n'a non plus indiqué la destination. Après une nuit de repos, lorsque le groupe a arrêté le lendemain, on pouvait entendre des ordres à la radio, puis les convoyeurs armés ont quitté le bus. Puis un homme est entré avec des mots qui ne laissaient aucun doute : « Relevez la tête, bienvenue sur la terre natale ! Gloire à l'Ukraine ! »

La mère a été la première personne que Kateryna a appelée après son retour. Bien que le numéro s'affichait comme inconnu, elle a entendu à l'autre bout du fil : « Katya, c'est toi ? » C'est alors que la femme a appris que sa fille Anna-Maria n'était pas à Lviv. C'est à partir de ce moment que la recherche ininterrompue et les tentatives de ramener son mari et sa fille ont commencé. Après le Nouvel An, le 27 janvier, elle a vu une vidéo avec Igor sur l'un des canaux Telegram. « Il nous envoyait ses salutations, disait qu'il nous aimait, moi et notre fille, qu'il nous manquait beaucoup, et il disait que tout allait « bien » pour lui. Mais je pouvais voir : son état était terrible. À la fois moralement et physiquement », se souvient-elle.

Après deux mois de traitement et de réadaptation, en mars, le lieutenant Kateryna Skopina est retournée au service. Elle évite de mentionner délibérément les horreurs de sa captivité russe afin de pouvoir ramener le plus rapidement possible tous les prisonniers de guerre ukrainiens. Cependant, elle en a suffisamment raconté pour se faire une idée de la captivité hostile.

Le 16 mars de l'année dernière, une bombe est tombée sur le service de réanimation de l'hôpital militaire de Marioupol. Ceux qui ont survécu - 18 membres du personnel gravement blessés - ont été évacués vers l'usine d'Ilyich et autant vers « Azovstal ». Ils ont même réussi à emmener des équipements, des médicaments et des fournitures logistiques. Une salle d'opération a été mise en place sur le nouveau site. Les conditions étaient plus que difficiles, il manquait de médicaments. Les médecins dormaient par intervalles de 30 à 40 minutes. 

« Au début du mois d'avril, nous nous sommes retrouvés encerclés. Si cela ne s'était pas produit, nous aurions peut-être réussi à évacuer les blessés, à nous rendre à Zaporijjia ou quelque part à proximité », se souvient Kateryna.

Il y a eu trois tentatives de percée, mais les Russes ont immédiatement commencé à « éteindre » les colonnes de blessés avec tout ce qu'ils avaient : artillerie, aviation. Sur un drap blanc, ils ont écrit en peinture verte le chiffre « 300 » - le nombre de blessés - mais pour les Russes, cela n'avait aucune importance.

.. Et puis les occupants sont arrivés. L'ennemi ne respecte aucune règle en ce qui concerne les prisonniers. Selon Kateryna Skopina, ils ont d'abord emmené les soldats en bonne santé. Les blessés graves et couchés sont partis ensuite. Les femmes soldats ont été envoyées en captivité en dernier.

EN CAPTIVITÉ, IL EST ESSENTIEL DE NE PAS ACCEPTER CE QUE L'ON VOUS IMPOSE

À Marioupol, les prisonniers ont d'abord été placés dans deux hangars et ils devaient dormir par terre. Dans l'un des bâtiments, il y avait environ 700 personnes, et dans l'autre, près d'un demi-millier.

« Je me suis allongée avec les blessés », se souvient Kateryna. « C'est alors que j'ai réalisé que certains des prisonniers ne se souciaient que d'eux-mêmes. J'ai pensé que nous ne survivrions certainement pas à la captivité de cette manière ». À Olenivka (où des dizaines de prisonniers, défenseurs d'Azovstal, ont été lâchement tués plus tard. Le crime n'a toujours pas été enquêté. Les représentants de l'ONU n'ont pas été autorisés par l'ennemi à s'y rendre - réd.), il y avait 82 femmes militaires prisonnières au total. On nous a placées, nous étions 11, dans une cellule pour deux personnes. Je n'ai pas retrouvé l'une de mes subordonnées, j'ai demandé des nouvelles d'elle. On m'a répondu de ne pas m'en soucier, car elles ont été envoyées quelque part ensemble. C'était horrible, comment ils nous ont retenues là-bas, je ne sais pas si c'était une colonie ou une prison. Aucune indication du respect de la Convention de Genève concernant le traitement des prisonniers de guerre ».

La nourriture était mauvaise, voire très mauvaise. À Taganrog, où les prisonniers de Marioupol ont été envoyés après Olenivka, ils étaient nourris avec une soupe à base d'épluchures de pommes de terre, de carottes et d'oignons. On leur donnait quelque chose de plus ou moins mangeable, apparemment, dans la région de Valouïki de l'oblast de Belgorod (qui, soit dit en passant, est une terre historique de l'Ukraine de Sloboda), mais les portions étaient minuscules.

Un autre problème est le simple fait de se laver. Les Russes ne comprennent pas que, au XXIe siècle, tout le monde ne veut pas se laver dans une douche commune avec de l'eau froide, en se lavant les cheveux avec du savon ménager qui transforme les cheveux en « fils ». Mais même dans de telles conditions, les femmes ukrainiennes font de leur mieux pour prendre soin d'elles-mêmes. Même avec des cheveux longs, Kateryna Skopina n'a pas attrapé de poux, qui infestent souvent les prisonniers dans les lieux de détention russes.

Il est très important, en captivité, de ne pas se laisser aller à dire tout ce que l'ennemi veut entendre pour une simple cigarette. Par exemple, parler de l'Ukraine. Pour éviter les mauvais traitements et les humiliations, certains acceptaient et inventaient n'importe quoi. Pour un militaire, cela est inacceptable, estime le lieutenant Skopina.

« J'ai protégé les filles parce qu'elles étaient toutes très effrayées. Même si j'étais moi-même effrayée », dit-elle. « Quand ils m'ont emmenée dans une cellule à Taganrog la nuit, l'une des femmes m'a indiqué « calme » et m'a dit d'apprendre... l'hymne russe, car ils demanderaient le matin. J'ai refusé, je n'ai pas besoin de leur hymne. Elle m'a alors montré : « Tu es folle ? Apprends-le, sinon il y aura des conséquences...». Cependant, cela n'a pas poussé Kateryna à perdre sa dignité d'officier en criant des insultes contre la patrie, les Ukrainiens ou le président (une remarque expressive, n'est-ce pas ? - réd.)... « Je suis une officière. Comment pouvez-vous imaginer que je vais crier cela et que tout le monde crierait avec moi ? »

...Après le retour de captivité, chaque prisonnier est interrogé et soumis à un détecteur de mensonges pour vérifier s'il a été enrôlé de force pendant sa détention. Kateryna n'a rien à se reprocher. Il y a d'autres femmes officiers qui n'ont rien à se reprocher non plus. Elles ne sont pas nombreuses, mais elles existent.

LE RETOUR DE SON MARI A ÉTÉ SALUÉ PAR TOUT LE TROLLEYBUS

Lorsqu'elle était captive, jusqu'au 12 avril, Kateryna a essayé de rester en contact avec son mari. Ils ont même réussi à voyager ensemble en bus de Marioupol à Olenivka. Mais à Taganrog, elle a appris qu'ils emmenaient aussi son mari. Mais l'espoir qu'il serait également échangé ne s'est pas concrétisé. Igor a été emmené quelque part en Russie.

Igor Dmytrykovsky a finalement été libéré le 26 avril. Kateryna a reçu un appel heureux d'un numéro inconnu alors qu'elle était dans le trolleybus. Au début, la voix a demandé : « Kateryna Yevgenyevna, où êtes-vous ? » Elle a commencé à expliquer qu'elle serait bientôt au travail. Et en réponse : « Tu ne me reconnais pas ?...» Kateryna a fondu en larmes et a activé le haut-parleur de son téléphone pour partager sa joie. Les passagers, des étrangers, se sont levés pour la féliciter et la saluer pour le retour de son bien-aimé...

Le lendemain, Kateryna a apporté un gâteau à Igor pour le féliciter pour son retour et pour célébrer leurs deux anniversaires qu'il a passés en captivité. « Je suis psychologue, donc j'ai interrogé mon mari pour savoir s'il était prêt à se rencontrer », dit-elle. « Nous avons bien sûr discuté. Mais j'ai réalisé que dans les premiers jours après une telle expérience, lorsque les émotions surgissent et que les examens médicaux commencent, une personne n'est pas encore prête à redevenir ce qu'elle était auparavant. C'est pourquoi mon conseil en tant que psychologue pour tous ceux qui se retrouvent dans une situation similaire est de se rencontrer environ une semaine après le retour pour normaliser les relations plus rapidement ».

...La famille - Kateryna, Igor, Anna-Maria - est en train de reconstruire les « ponts personnels » que la Russie a essayé de détruire de manière inhumaine. Ils seront certainement heureux à nouveau.

Valentyna Samchenko, Kyiv

 Photos fournies par la famille et de la page Facebook de Dmytro Loubinets


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-