Histoire de deux révolutions : la lutte pour la dignité en photos

Histoire de deux révolutions : la lutte pour la dignité en photos

Ukrinform
Aujourd'hui, en Ukraine, on célèbre la Journée de la Dignité et de la Liberté en l'honneur du début de deux révolutions, le 21 novembre : la Révolution orange (2004) et la Révolution de la Dignité (2013). 

Ces événements ont été décisifs dans l'histoire de l'Ukraine indépendante et ont témoigné de la volonté des Ukrainiens de s'unir dans la lutte pour leur avenir européen et libre.

À la fin de l'année 2004, les citoyens se sont indignés face aux vastes falsifications lors des élections présidentielles qui avaient proclamé Viktor Yanukovych vainqueur. Les partisans du candidat de l'opposition, Viktor Yushchenko, ont organisé des manifestations de désaccord.

Un rassemblement massif de partisans du leader de l'opposition Viktor Yushchenko sur la place du Festival au centre de Zaporijia, le 26 novembre 2004. / Photo : Borys Dvorniy
Un rassemblement massif de partisans du leader de l'opposition Viktor Yushchenko sur la place du Festival au centre de Zaporijia, le 26 novembre 2004. / Photo : Borys Dvorniy
70 mille habitants de Kharkiv, partisans du candidat à la présidence Viktor Yushchenko, ont rejoint le mouvement de protestation national en descendant dans les rues de la ville le 23 novembre 2004. / Photo : Andriy Avdoshyn
70 mille habitants de Kharkiv, partisans du candidat à la présidence Viktor Yushchenko, ont rejoint le mouvement de protestation national en descendant dans les rues de la ville le 23 novembre 2004. / Photo : Andriy Avdoshyn
Les partisans de Viktor Yushchenko devant la Verkhovna Rada à Kyiv, le 27 novembre 2004. / Photo : Volodymyr Tarasov
Les partisans de Viktor Yushchenko devant la Verkhovna Rada à Kyiv, le 27 novembre 2004. / Photo : Volodymyr Tarasov

Le mouvement de protestation a duré un mois et a touché les plus grandes villes d'Ukraine, le centre étant la place de l'Indépendance à Kyiv. Ces rassemblements populaires ont montré au monde que les Ukrainiens n'étaient pas prêts à accepter leur situation et le mode de vie qui prévalait depuis plus d'une décennie. En conséquence, un second tour des élections présidentielles a eu lieu, remporté par Yushchenko.

Sur la place de l'Indépendance et les rues avoisinantes, des centaines de milliers de citoyens de différentes régions d'Ukraine se sont rassemblés le 23 novembre 2004. / Photo : Volodymyr Samokhotskiy
Sur la place de l'Indépendance et les rues avoisinantes, des centaines de milliers de citoyens de différentes régions d'Ukraine se sont rassemblés le 23 novembre 2004. / Photo : Volodymyr Samokhotskiy
Un grand rassemblement en soutien à Viktor Yushchenko au centre de la capitale, le 22 novembre 2004. / Photo : Volodymyr Falin
Un grand rassemblement en soutien à Viktor Yushchenko au centre de la capitale, le 22 novembre 2004. / Photo : Volodymyr Falin

Neuf ans après la victoire de la Révolution orange, sous la présidence de Yanukovych, le pouvoir a tenté de réorienter le développement de l'Ukraine vers l'Europe. Cette fois-ci, ce sont des centaines d'étudiants et de journalistes qui ont été les premiers à ne pas se taire. En quelques jours, des milliers de partisans de l'intégration européenne les ont rejoints. Les gens exigeaient des élections présidentielles et parlementaires anticipées, et ont appelé les pays occidentaux à imposer des sanctions personnelles contre Yanukovych et ses représentants.

Une participante à la manifestation de protestation des Ukrainiens indignés par la décision du gouvernement ukrainien de suspendre la préparation de l'accord d'association avec l'Union européenne tient le drapeau national, Kyiv, le 22 novembre 2013. / Photo : Oleksandr Kosmach
Une participante à la manifestation de protestation des Ukrainiens indignés par la décision du gouvernement ukrainien de suspendre la préparation de l'accord d'association avec l'Union européenne tient le drapeau national, Kyiv, le 22 novembre 2013. / Photo : Oleksandr Kosmach

Des étudiants d'universités ukrainiennes lors d'un rassemblement en faveur de la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE près du monument de Taras Shevchenko, Kyiv, le 28 novembre 2013. / Photo : Oleg Petrasyuk

Rassemblement en soutien à la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE, Kyiv, le 28 novembre 2013. / Photo : Oleg Petrasyuk
Rassemblement en soutien à la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE, Kyiv, le 28 novembre 2013. / Photo : Oleg Petrasyuk
Participants à un rassemblement en soutien à la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne, Kyiv, le 28 novembre 2013. / Photo : Oleg Petrasyuk
Participants à un rassemblement en soutien à la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne, Kyiv, le 28 novembre 2013. / Photo : Oleg Petrasyuk

Dans la nuit du 29 au 30 novembre, sur la place de l'Indépendance, l'unité spéciale « Berkut » a violemment dispersé les manifestants. Les policiers de l'époque ont frappé les activistes désarmés avec des matraques, et de nombreux étudiants ont été blessés. Cela a choqué non seulement les Ukrainiens, mais aussi la communauté mondiale, devenant un moment décisif dans les manifestations ukrainiennes de la fin de 2013. Leur accent s'est déplacé de la perspective pro-européenne vers une opposition au gouvernement. De plus, les protestations sont devenues plus massives.

Le 8 décembre, à Kyiv, s'est déroulé le soi-disant « Marche d'un million ». Selon différentes estimations, entre 500 000 et 1 million de personnes se sont rassemblées sur la place de l'Indépendance. Le Maidan était bondé.

Euromaidan a commencé à devenir une entité autonome au centre de la capitale : avec des points de contrôle, des barricades, des groupes d'autodéfense civile appelés « sotni », et une cuisine de campagne.

Participants à un rassemblement populaire en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine au centre de la capitale, le 8 décembre 2013. / Photo : Oleg Petrasyuk
Participants à un rassemblement populaire en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine au centre de la capitale, le 8 décembre 2013. / Photo : Oleg Petrasyuk

Les activistes se sont rassemblés sur les places centrales de différentes villes ukrainiennes pour exprimer ouvertement leur désaccord et soutenir les manifestants à Kyiv.

Participants à une manifestation contre la dispersion des manifestants à Kyiv, Louhansk, le 1er décembre 2013. / Photo : Oleksiy Kovaliov
Participants à une manifestation contre la dispersion des manifestants à Kyiv, Louhansk, le 1er décembre 2013. / Photo : Oleksiy Kovaliov
Partisans de l'intégration européenne de l'Ukraine lors d'une manifestation sur la place Lénine, Mykolaïv, le 2 décembre 2013. / Photo : Oleksandr Kremko
Partisans de l'intégration européenne de l'Ukraine lors d'une manifestation sur la place Lénine, Mykolaïv, le 2 décembre 2013. / Photo : Oleksandr Kremko
Participants à une manifestation en faveur du cours pro-européen de l'Ukraine près du monument de Duque de Richelieu, Odesa, le 3 décembre 2013. / Photo : Oleksandr Kosmach
Participants à une manifestation en faveur du cours pro-européen de l'Ukraine près du monument de Duque de Richelieu, Odesa, le 3 décembre 2013. / Photo : Oleksandr Kosmach
Participants à un rassemblement populaire sur l'intégration européenne de l'Ukraine, Oujhorod, le 5 décembre 2013. / Photo : Sergiy Gudak
Participants à un rassemblement populaire sur l'intégration européenne de l'Ukraine, Oujhorod, le 5 décembre 2013. / Photo : Sergiy Gudak
Un jeune homme au visage peint aux couleurs du drapeau ukrainien près du monument de Taras Shevchenko, où les partisans de l'intégration européenne de l'Ukraine se sont réunis, Lviv, le 5 décembre 2013. / Photo : Aliona Nikolaievych
Un jeune homme au visage peint aux couleurs du drapeau ukrainien près du monument de Taras Shevchenko, où les partisans de l'intégration européenne de l'Ukraine se sont réunis, Lviv, le 5 décembre 2013. / Photo : Aliona Nikolaievych
Participants à une manifestation en faveur de l'intégration européenne, Zaporijia, le 6 décembre 2013. / Photo : Dmytro Smolyenko
Participants à une manifestation en faveur de l'intégration européenne, Zaporijia, le 6 décembre 2013. / Photo : Dmytro Smolyenko

Par exemple, les organisateurs de l'action à Donetsk, malgré les provocations, ont formé un cercle de patriotes partageant les mêmes idées, collectant des produits et des fonds pour les manifestants dans la capitale. Le Maidan de Donetsk a été rejoint par de nombreux écrivains locaux, des artistes venus d'autres régions d'Ukraine, et des représentations de la Nativité y étaient organisées.

Drapeaux de l'Ukraine et de l'UE lors d'une action en soutien à l'intégration européenne à Donetsk, le 27 novembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Drapeaux de l'Ukraine et de l'UE lors d'une action en soutien à l'intégration européenne à Donetsk, le 27 novembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Participants à une manifestation en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine, Donetsk, le 28 novembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Participants à une manifestation en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine, Donetsk, le 28 novembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia

Participants à une manifestation en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine près du monument de Taras Shevchenko, Donetsk, le 29 novembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Participants à une manifestation en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine près du monument de Taras Shevchenko, Donetsk, le 29 novembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Participants à une action en soutien aux manifestants à Kyiv près du monument de Taras Shevchenko, Donetsk, le 1er décembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Participants à une action en soutien aux manifestants à Kyiv près du monument de Taras Shevchenko, Donetsk, le 1er décembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Un policier près des participants à une action de protestation contre la dispersion d'une manifestation pacifique à Kyiv, Donetsk, le 2 décembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia
Un policier près des participants à une action de protestation contre la dispersion d'une manifestation pacifique à Kyiv, Donetsk, le 2 décembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia

Partisans de l'intégration européenne lors d'une action en soutien au rassemblement populaire sur la place de l'Indépendance dans la capitale, Donetsk, le 8 décembre 2013. / Photo : Yuli Zozulia

Activistes marchant du monument de Shevchenko au théâtre de marionnettes sur l'avenue Illich, Donetsk, le 5 janvier 2014. / Photo : Yuli Zozulia
Activistes marchant du monument de Shevchenko au théâtre de marionnettes sur l'avenue Illich, Donetsk, le 5 janvier 2014. / Photo : Yuli Zozulia

Le leader du groupe de rock « Haydamaky » Olexandr Yarmola lors d'une performance lors d'une manifestation en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine, Donetsk, le 12 janvier 2014. / Photo : Yuli Zozulia
Le leader du groupe de rock « Haydamaky » Olexandr Yarmola lors d'une performance lors d'une manifestation en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine, Donetsk, le 12 janvier 2014. / Photo : Yuli Zozulia
Activistes avec des casseroles sur la tête, Donetsk, le 19 janvier 2014. / Photo : Yuli Zozulia
Activistes avec des casseroles sur la tête, Donetsk, le 19 janvier 2014. / Photo : Yuli Zozulia

Lorsque Viktor Yanukovych n'a pas signé l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne, et que les forces de l'ordre ont violemment battu des dizaines de personnes au centre de la capitale, dont de nombreux étudiants, la Crimée n'a pas pu rester silencieuse malgré la pression du pouvoir et la puissante propagande russe. Ainsi, à Simferopol, des représentants d'organisations civiques et des étudiants ont organisé un rassemblement contre la répression pacifique du mouvement en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine à Kyiv. Il s'est tenu à proximité d'un rassemblement pro-gouvernemental, dont certains participants, selon des témoins oculaires, ont rejoint les rangs des activistes pro-européens.

Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Rassemblement d'étudiants en soutien aux manifestations dans la capitale, Simferopol, Crimée, 4 décembre 2013. / Photo : Arvidas Shemetas
Rassemblement d'étudiants en soutien aux manifestations dans la capitale, Simferopol, Crimée, 4 décembre 2013. / Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas

Les activistes criméens arboraient des drapeaux ukrainiens, tatars de Crimée et européens devant le bâtiment du Conseil des ministres de l'autonomie à Simferopol et devant la Verkhovna Rada de Crimée.

Les organisations civiques de Crimée ont marqué la Journée internationale des droits de l'homme par un rassemblement sur la place centrale de Simferopol. Plus d'un millier de personnes ont défilé dans les rues de la ville avec des pancartes jusqu'aux murs de la Verkhovna Rada de Crimée, Simferopol, République Autonome de Crimée, le 10 décembre 2013. / Photo : Arvidas Shemetas
Les organisations civiques de Crimée ont marqué la Journée internationale des droits de l'homme par un rassemblement sur la place centrale de Simferopol. Plus d'un millier de personnes ont défilé dans les rues de la ville avec des pancartes jusqu'aux murs de la Verkhovna Rada de Crimée, Simferopol, République Autonome de Crimée, le 10 décembre 2013. / Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas

Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas
Photo : Arvidas Shemetas

Tant les marches massives à Kyiv que les manifestations moins nombreuses dans différentes villes d'Ukraine pendant les deux révolutions montraient l'unité et le désir des Ukrainiens de changement, de vivre dans une Europe libre, loin du pouvoir marionnettiste dirigé par la Fédération de Russie. 

Pour cela, les gens sont montés sur les barricades, ont fait face avec leurs corps à la pression des « Berkut », évitant leurs grenades assourdissantes, balles en caoutchouc et canons à eau. Du côté des activistes, on trouvait des « cocktails Molotov », des feux d'artifice, et des pavés. 

Les journées les plus tragiques de la Révolution de la dignité ont été les 18-20 février, lorsque les affrontements au centre de Kyiv ont viré à la bataille sanglante. La Maison des syndicats a été incendiée, et des tireurs embusqués ont tué plus de 70 manifestants de l'Euromaidan lors de tirs précis. Au total, plus de 100 personnes sont décédées en quatre jours sur le Maidan, devenant les Héros de la Centaine céleste.

Les forces de l'ordre assaillent les barricades érigées par les participants au rassemblement en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine dans la rue Instytutska, Kyiv, le 11 décembre 2013. / Photo : Vadim Hryga
Les forces de l'ordre assaillent les barricades érigées par les participants au rassemblement en faveur de l'intégration européenne de l'Ukraine dans la rue Instytutska, Kyiv, le 11 décembre 2013. / Photo : Vadim Hryga
Manifestants lors des affrontements au parc Mariinsky, Kyiv, le 18 février 2014. / Photo : Pavlo Bahmut
Manifestants lors des affrontements au parc Mariinsky, Kyiv, le 18 février 2014. / Photo : Pavlo Bahmut
Rassemblement de manifestants lors des affrontements avec les forces de l'ordre rue Hrushevskoho, Kyiv, 22 janvier 2014. / Photo : Oleksandr Kosmach
Rassemblement de manifestants lors des affrontements avec les forces de l'ordre rue Hrushevskoho, Kyiv, 22 janvier 2014. / Photo : Oleksandr Kosmach
Des femmes portent un manifestant blessé lors des affrontements dans la rue Instytutska, Kyiv, le 18 février 2014. / Photo : Pavlo Bahmut
Des femmes portent un manifestant blessé lors des affrontements dans la rue Instytutska, Kyiv, le 18 février 2014. / Photo : Pavlo Bahmut
Les corps des manifestants tués par des tirs lors des affrontements avec les forces de l'ordre reposent sur la place de l'Indépendance, Kyiv, 20 février 2014. / Photo : Olena Khudyakova
Les corps des manifestants tués par des tirs lors des affrontements avec les forces de l'ordre reposent sur la place de l'Indépendance, Kyiv, 20 février 2014. / Photo : Olena Khudyakova
Une jeune fille porte des fleurs vers un mémorial improvisé en l'honneur des activistes décédés de l'Euromaidan dans la rue Instytutska, Kyiv, le 5 mars 2014. / Photo : Oleg Petrasyuk
Une jeune fille porte des fleurs vers un mémorial improvisé en l'honneur des activistes décédés de l'Euromaidan dans la rue Instytutska, Kyiv, le 5 mars 2014. / Photo : Oleg Petrasyuk

La lutte continue. La liberté a un prix élevé, que l'Ukraine paie pleinement aujourd'hui en défendant son indépendance dans la guerre contre la Russie.


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-