Oleksii Sereda, plongeur
Je ne comprends pas comment on peut permettre à un pays terroriste de participer aux Jeux olympiques
05.01.2024 14:07

La société a découvert le plongeur Oleksii Sereda il y a cinq ans. À l'époque, le sportif de treize ans a établi un record en devenant le plus jeune champion d'Europe de l'histoire de la compétition. Depuis lors, il est devenu l'un des leaders de l'équipe nationale, remportant à nouveau le championnat européen. Oleksii a ramené une médaille du championnat du monde avec Kseniia Bаilo et Sofiia Lyskun, et avec Kyrylo Boliukh, il est devenu médaillé d'argent du championnat du monde en 2023. Lors de sa première participation aux Jeux olympiques à Tokyo, Sereda s'est classé parmi les six meilleurs plongeurs du monde. Avant les Jeux de Paris, de grandes attentes reposent sur Oleksii, ce qui le contraint à rester toujours en forme.

Oleksii est originaire de Mykolaiv, où vivent toujours les parents du sportif. Pendant l'un des bombardements russes, la maison des parents du plongeur a été endommagée. Le sportif rappelle régulièrement l'impossibilité d'admettre les Russes et les Biélorusses aux compétitions, appelant à des sanctions contre les représentants des pays terroristes et diffusant des informations sur la collecte de fonds pour les besoins de la Défense ukrainienne.

Dans une interview avec Ukrinform, il a parlé de ses impressions de l'année 2023, partagé ses plans pour l'avenir et expliqué pourquoi les Russes et les Biélorusses ne devraient même pas être autorisés à participer aux compétitions sportives en statut neutre.

PAS D'ACCENT SUR LES CHAMPIONNATS MONDIAUX, CAR L'ÉVÉNEMENT PRINCIPAL EST LES JEUX OLYMPIQUES

- Comment vous souviendrez-vous de l'année 2023 ?

- La composante sportive influence trop ma vie, donc je juge principalement l'année de ce point de vue. Elle a été plutôt bonne, car avec Kyrylo Boliukh, nous avons remporté une médaille d'argent au championnat du monde. C'est une réalisation vraiment significative pour moi, dont je suis fier. Avec Kyrylo, nous avons pu prouver notre qualité lors d'un tournoi sérieux. En même temps, je ne peux pas dire que 2023 a été une bonne année, car il y a une guerre en Ukraine contre la Russie. Tout le monde a du mal à cause de cela, bien que je comprenne que les gars et les filles sur le front ont le plus de difficultés. Nous ne devrions vraiment pas nous plaindre.

- Quelle compétition vous a le plus marqué cette année ?

- Je pense que c'était le championnat du monde. Tout d'abord, nous étions au Japon, et j'aime la culture de ce pays, en particulier la nourriture et l'anime. Parfois, je regarde même des vidéos différentes sur le Japon. C'est là que se déroulait le championnat du monde. La « médaille d'argent » est ma première médaille dans un championnat du monde en discipline olympique, donc elle est particulièrement précieuse.

- Avez-vous discuté de ce résultat avec Kyrylo ? Comment avez-vous réagi à la deuxième place ?

- J'ai remarqué que les Européens sont plus émotionnels à ce sujet. Nous, au contraire, nous comportons de manière plus contenue. Après la finale, nous nous sommes félicités mutuellement et avons continué à travailler. La saison olympique nous attend. Les Jeux olympiques seront notre principal point de départ, c'est pourquoi nous ne nous sommes pas beaucoup concentrés sur les championnats du monde.

- Comment avez-vous changé physiologiquement et psychologiquement au cours de l'année ?

- Du point de vue physiologique, quelque chose change toujours, mais je ne le ressens pas maintenant, car ma période de croissance intensive est passée. Je n'ai pas remarqué de changements mentaux, car tout est stable pour nous — nous travaillons, nous nous améliorons, nous affinons nos compétences. Je pense que vous devriez poser cette question à mes entraîneurs, car ils peuvent regarder mon travail de l'extérieur.

- Dans l'ensemble, êtes-vous satisfait de vous-même cette année ?

- Sur une échelle de dix points, je me donnerais 7 points.

DON — UN INVESTISSEMENT POUR L'AVENIR DE L'UKRAINE ET DES GÉNÉRATIONS FUTURES

- Vous organisez régulièrement des collectes de fonds sur les réseaux sociaux pour soutenir nos militaires. Pourquoi est-ce important ?

- Je suis citoyenne de l'Ukraine ! Mon pays est en guerre, et je veux aider nos défenseurs. Je ne suis pas sur le front en ce moment, mais j'essaie d'être utile. J'ai des amis qui combattent, donc je sais où vont exactement les fonds collectés, que je publie. Je contribue également financièrement, comprenant que cela aidera à repousser les envahisseurs. J'essaie de contribuer autant que possible, car le don est un investissement pour l'avenir de l'Ukraine et des générations futures. Je veux que la guerre se termine le plus rapidement possible par notre victoire, afin que nous puissions ramener tous nos prisonniers.

Vous savez, auparavant, je pensais que vivre à l'étranger était cool. Ensuite, j'ai commencé à voyager, à visiter des pays européens et asiatiques, et j'ai réalisé que l'Ukraine est vraiment la meilleure. Chez nous, tout est à nous, nous vivons confortablement, chaleureusement et paisiblement. Notre équipe a vécu en Allemagne pendant quatre mois. C'est alors que j'ai réalisé que je ne me sentais pas chez moi, même si mes amis étaient là et que toutes les conditions de vie étaient réunies. Je tiens à souligner que nous sommes aimés, attendus et acceptés uniquement en Ukraine. Nous devons nous orienter vers notre propre État.

- Avez-vous visité Mykolaiv cette année ?

- Oui, j'y suis allée en été. Je vais y retourner pour quelques jours pendant les vacances du Nouvel An pour voir ma famille.

- Qu'est-ce qui a changé dans votre ville au cours des deux années de guerre à grande échelle ?

- Lors de ma visite, j'ai vu les conséquences des bombardements russes, notamment des maisons endommagées et détruites. Je pense que ma ville natale changera après notre victoire. Je peux également dire que la population de la ville augmente car les gens reviennent progressivement.

- Vous avez mentionné que la maison familiale a été endommagée lors des attaques russes. Votre père a-t-il réussi à la réparer ?

- Il l'a partiellement restaurée, mais pas complètement. Mon père a réussi à réparer le toit, donc il n'y a plus de froid à l'intérieur.

COMMENT PEUT-ON PERMETTRE À CEUX DONT LES IMPÔTS FINANCENT DES MISSILES QUI ATTAQUENT MA MAISON DE PARTICIPER AUX JEUX OLYMPIQUES

- Étant donné que la Russie a commencé une guerre contre l'Ukraine, tuant des Ukrainiens, détruisant la maison de vos parents, votre ville natale, que voulez-vous dire aux membres du Comité international olympique qui ont autorisé les Russes à participer aux Jeux Olympiques en tant qu'équipe neutre ?

- Je ne comprends vraiment pas comment on peut permettre à un pays terroriste de participer aux Jeux olympiques. Tous les athlètes russes qui font partie du CSKA (club sportif central de l'armée du ministère russe de la Défense - ndlr.) ont publié sur les réseaux sociaux des photos en uniforme militaire avec des armes. On ne peut pas fermer les yeux sur cela. Je souligne constamment cela sur mes réseaux sociaux, dans des interviews avec des journalistes étrangers. Je ne comprends sincèrement pas comment on peut autoriser des personnes dont les impôts financent des missiles qui attaquent mon pays, ma ville, ma maison, à participer aux Jeux Olympiques.

- Comment vous concentrez-vous sur l'entraînement et la compétition en sachant que la guerre fait rage ?

- Je comprends que je suis obligée de montrer de bons résultats en compétition et de faire savoir au monde entier que la guerre continue, que les Ukrainiens ont besoin d'aide. C'est pourquoi il faut parfois s'abstraire lorsque l'on doit se rassembler et se concentrer. Cela ne concerne que les compétitions et les entraînements. En d'autres occasions, je recommande de faire des dons !

- Vous êtes l'une des leaders de l'équipe nationale d'Ukraine, comment décririez-vous l'atmosphère dans l'équipe ?

- Une atmosphère extrêmement amicale ! Nous nous soutenons tous mutuellement, faisons des blagues, nous motivons les uns les autres, donc travailler est facile ! En ces temps, nous essayons d'être unis. Depuis le début de l'invasion à grande échelle, nous avons tous une approche plus responsable de notre travail, car nous comprenons que nous avons la possibilité de transmettre des informations importantes sur l'Ukraine au monde entier.

- Sur quoi travaillez-vous actuellement pendant les entraînements ?

- Je travaille sur la synchronisation et l'individuel, sur des sauts difficiles. Il s'agit non seulement de l'eau, mais aussi de la salle. Seule une approche globale permet de s'améliorer.

- Allez-vous seulement affiner votre programme maintenant, ou y aura-t-il des modifications ?

- Oui, j'ai déjà sauté tout ce dont j'avais besoin. Maintenant, il est nécessaire de stabiliser mon programme.

- Combien d'heures par semaine vous entraînez-vous ?

- Nous avons 10 séances d'entraînement par semaine, chacune durant 3 heures. Même pendant les jours fériés, nous nous entraînons. Nous devons constamment travailler sur nous-mêmes. Le seul jour de repos est le dimanche. Nous avons une grande équipe de coachs, de masseurs, de chorégraphes — tous travaillent avec nous pour obtenir des résultats. En résumé, on peut dire que nous avons toutes les conditions pour atteindre nos objectifs !

NOTRE ÉQUIPE N'A PAS D'HÉRITAGE « SOVIÉTIQUE »

- L'équipe ukrainienne de plongeon est essentiellement une nouvelle génération d'athlètes ukrainiens. Vous n'avez pas connu l'école soviétique glorifiée, vous ne connaissez que l'Ukraine indépendante. Comment envisagez-vous le développement du sport dans le pays ?

- Notre sport a un avenir prometteur. Nous avons des athlètes et des entraîneurs ambitieux, un président de la fédération, Ihor Lysov, qui, à mon avis, a organisé correctement notre travail et a créé toutes les conditions pour notre développement. C'est cette symbiose de facteurs, associée à une excellente piscine, qui me pousse à penser ainsi. Notre tâche est de populariser notre sport autant que possible. Les enfants de notre école de plongée sont motivés, et cela réjouit. Ils ont le désir de travailler et d'atteindre des résultats. Je n'exclus pas que quelqu'un de notre équipe deviendra également entraîneur à l'avenir. Lorsque vous vous entraînez, vous analysez le processus et pouvez-vous améliorer dans cet aspect.

Nous n'avons vraiment pas d'héritage « soviétique ». Même dans le sport, c'est une démocratie. Chacun de nous communique avec l'entraîneur qui nous écoute attentivement. Ils nous entendent, et c'est très important et agréable. Et nous n'avons pas de dictature : personne ne nous opprime moralement. En passant, avant, lorsque les Russes participaient à des compétitions, je voyais cette « glorieuse » école. Tout le monde marche avec un visage de pierre, les entraîneurs crient sur leurs protégés, se permettent même de frapper leurs plongeurs avec une pantoufle. 

- Quels sont vos objectifs et vos plans pour l'année 2024 ?

- Cette nouvelle année comportera trois compétitions pour nous : le championnat du monde, les Jeux olympiques et le championnat d'Europe. Nous aimerions remporter des médailles à chacun de ces tournois.

- À votre avis, comment sera la nouvelle année pour les Ukrainiens ?

- J'espère qu'elle sera victorieuse pour l'Ukraine ! Nous voulons gagner, et ensuite nous nous occuperons de tout : nous nous aiderons mutuellement, car nous savons certainement comment le faire !

Vitalii Tkachuk, Kyiv

Photo : service de presse de la fédération de plongeon, WA, European Games-2023

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-