Eurojust autorisé à conserver et stocker les preuves des crimes de guerre russes en Ukraine

Eurojust autorisé à conserver et stocker les preuves des crimes de guerre russes en Ukraine

Ukrinform
Pour aider à garantir que les auteurs des crimes commis en Ukraine répondent de leurs actes, le Conseil de l’Union européenne a adopté mercredi de nouvelles règles permettant à Eurojust de conserver, d'analyser et de stocker des éléments de preuve relatifs aux principaux crimes internationaux, tels que les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les génocides.

D’après un communiqué de presse du Conseil de l'UE, les nouvelles règles permettront à Eurojust de:

  • stocker et conserver des preuves relatives à des crimes de guerre, dont des images satellites, des photographies, des vidéos, des enregistrements audio, des profils ADN et des empreintes digitales ;
  • traiter et analyser ces preuves, en étroite collaboration avec Europol, et partager ces informations avec les autorités judiciaires nationales et internationales compétentes, y compris la Cour pénale internationale (CPI).

Il est noté que depuis le déclenchement de la guerre d’agression russe contre l'Ukraine, les nombreuses informations qui proviennent d’Ukraine laissent malheureusement penser que des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre ont été commis en Ukraine par les troupes russes et continuent de l'être.

Au début du mois de mars, tous les États membres de l'UE, avec d'autres États partenaires, ont décidé de déférer collectivement à la CPI la situation en Ukraine. Lors du Conseil « Justice et affaires intérieures » du 4 mars, les ministres ont encouragé Eurojust à exercer pleinement son rôle de coordination et à se tenir à la disposition du Procureur de la CPI.

« En plus de l'enquête ouverte par le Procureur de la Cour pénale internationale, la Procureure générale d'Ukraine a également ouvert une enquête, ainsi que les autorités de plusieurs États membres. Une équipe commune d’enquête a également été créée par les autorités judiciaires lituaniennes, polonaises et ukrainiennes, avec l'appui d'Eurojust et la participation du Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale et bientôt des autorités judiciaires de la Slovaquie, la Lettonie et l’Estonie », indique le texte du communiqué.

Il est important que les différentes autorités compétentes se coordonnent et échangent des éléments de preuve pour que les enquêtes soient efficaces. De plus, en raison des hostilités en cours, le risque existe que les éléments de preuve relatifs à des crimes de guerre ou crimes contre l’humanité ne puissent pas être stockés en toute sécurité sur le territoire de l'Ukraine, et il est dès lors approprié d'établir un système de stockage centralisé dans un lieu sûr.

Le texte correspondant devrait être signé par le Parlement Européen et le Conseil le 30 mai, et publié rapidement au journal officiel. Il entrera en vigueur le jour suivant sa publication.

kh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2022 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-