La centrale hydroélectrique de Kakhovka a été explosée de l'intérieur. Quels étaient les prévisions concernant les conséquences il y a six mois

La centrale hydroélectrique de Kakhovka a été explosée de l'intérieur. Quels étaient les prévisions concernant les conséquences il y a six mois

Ukrinform
L'agence de presse Ukrinform a plusieurs fois rapporté la situation à la centrale hydroélectrique de Kakhovka qui s'est déroulée suite à l'occupation russe de la région. En avril 2022, la centrale hydroélectrique de Kakhovka a été minée.

Dans la nuit du 6 juin, les forces d'occupation russes ont fait sauter la centrale hydroélectrique de Kakhovka. Selon les informations d'Ukrhydroenergo, en raison de l'explosion de la salle des machines à l'intérieur de la centrale, Kakhovska a été entièrement détruite et ne peut pas être réparée. À 9h00 le 6 juin, le niveau de l'eau dans le réservoir de Kakhovka diminue rapidement et l'évacuation des habitants des zones potentiellement inondables a commencé.

Le 24 février, les forces russes ont occupé la centrale hydroélectrique de Kakhovka ainsi que la structure principale du canal Nord-Crimée, dont les écluses régulaient auparavant l'approvisionnement en eau du Dnipro en Crimée, avant l'occupation en 2014. En avril 2022, les occupants russes ont également miné le barrage et les équipements de la centrale hydroélectrique de Kakhovka. À la fin d'octobre, les Russes ont commencé à proférer des menaces selon lesquelles ils feraient exploser la centrale hydroélectrique de Kakhovka. Ukrinform a recueilli des données sur les conséquences potentielles de l'explosion de la centrale hydroélectrique, qui étaient prévues à l'époque (du 20 au 30 octobre).

Où se trouve la centrale hydroélectrique de Kakhovka

La centrale hydroélectrique de Kakhovka, nommée d'après P.S. Neporozhnyi, est située à 5 km de la ville de Nova Kakhovka, dans la région de Kherson. Le barrage de Kakhovka est une division autonome de la société par actions ouverte "Ukrhydroenergo", la plus grande société hydroélectrique d'Ukraine. 100% des actions de la société appartiennent à l'État. Le complexe hydroélectrique abrite des infrastructures stratégiques, notamment des ponts routiers et ferroviaires.

La centrale hydroélectrique de Kakhovka assure la régulation annuelle des débits du fleuve Dnipro pour l'alimentation en énergie électrique, l'irrigation et l'approvisionnement en eau des régions arides du sud de l'Ukraine, ainsi que la navigation de Kherson à Zaporijjia. La construction du complexe hydroélectrique de Kakhovka a entraîné une élévation du niveau d'eau du fleuve Dnipro de 16 mètres et la création du réservoir de Kakhovka d'une capacité de 18,19 km³.

À titre de référence: Dans l'histoire de l'Ukraine, une tragédie similaire s'est déjà produite. Le 18 août 1941, lors de la retraite de l'Armée rouge, le barrage de la centrale hydroélectrique de DniproHES a été dynamité.  Cela a été fait dans le but d'arrêter l'avance des troupes allemandes.

En conséquence de l'explosion du barrage, une brèche de plus de 150 mètres s'est formée, et une vague de 30 mètres de hauteur a tout emporté sur son passage. Selon différentes estimations, plusieurs dizaines de villages dans les plaines de Khortytsia ont été inondés, et des dizaines de milliers de personnes ont perdu la vie.

***

COMMENTAIRES

Le président Volodymyr Zelensky a prévenu le 20 octobre 2022 des conséquences catastrophiques si les occupants osaient faire exploser la centrale hydroélectrique de Kakhovka.

"La destruction du barrage entraînerait une catastrophe d'envergure. Par cet acte terroriste, ils pourraient supprimer, entre autres, la possibilité d'approvisionnement en eau du Dnipro vers la Crimée. En cas de ruine du barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka, le canal Nord-Crimée disparaîtrait simplement".

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision britannique Sky News, le secrétaire du Conseil de sécurité nationale, Oleksiy Danilov, a déclaré:

"Nous devrons attendre et voir, mais si jamais ils font exploser la centrale hydroélectrique de Kakhovka, l'idée d'approvisionnement en eau en Crimée disparaîtra pendant 10 à 15 ans, voire définitivement. Alors se pose la question de savoir pourquoi ils veulent la Crimée s'ils prévoient de la priver d'eau."

Danilov a rappelé que l'armée russe avait miné le barrage de Kakhovka "avec une grande quantité d'explosifs".

Le chef du Service principal du renseignement de l'armée ukrainienne, Kirill Budanov, a déclaré dans une interview à "Ukrainska Pravda" :

"Je dirai ceci : la destruction de ce barrage (barrage de Kakhovka - ndlr) entraînera certainement une catastrophe écologique, c'est un fait... Les envahisseurs russes subiront plus de pertes que de gains s'ils décident de faire exploser le barrage dans la région de Kherson. En effet, en détruisant complètement le barrage à l'aide de nombreux missiles ou d'explosifs, cela entraînera une inondation totale de la rive gauche de la région de Kherson. Ils perdront même la possibilité théorique d'alimenter en eau le canal Nord-Crimée et la Crimée, jusqu'à ce que nous ayons reconstruit le barrage, ce qui prendra énormément de temps. Cela sera irréalisable. Et ce qui est le plus intéressant, c'est qu'ils compromettront le fonctionnement de la centrale nucléaire de Zaporijjia, car cet objet lui est étroitement lié. De plus, ils nous compliqueront l'avancée pendant un certain laps de temps. Et, soit dit en passant, ce laps de temps ne sera pas très long, environ deux semaines."

Il a précisé que les forces russes seraient contraintes de se replier directement vers la Crimée.

Selon le chef du service municipal des situations d'urgence de Nova Kakhovka, Olexander Baranichenko, au printemps 2022 déjà, même en cas de destruction du barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka, l'eau ne monterait que de maximum 12 mètres par rapport à la ligne côtière. Autrement dit, elle n'atteindrait même pas l'avenue Dnipro de Nova Kakhovka.

Ruslan Havryliuk, hydrogéologue et président du Conseil du Centre écologique national, a souligné lors d'une émission sur TSN que la destruction du barrage pourrait être une véritable catastrophe, peut-être pas aussi grave que cela est souvent dit, mais sérieuse en tout cas. Sur le barrage du réservoir de Kakhovka, il y a un barrage de 400 mètres de long et des turbines de la centrale hydroélectrique de Kakhovka sur 150 mètres de long. Si tout cela était détruit, une brèche de 550 mètres de long pourrait se former, et l'eau, qui a une différence de hauteur de 16 mètres entre le réservoir de Kakhovka et le Dnipro, pourrait se précipiter vers l'aval, dans le cours inférieur du fleuve Dnipro. Les zones riveraines de la rive gauche du Dniepr seraient les premières à en souffrir. Quant à l'inondation de Kherson et d'autres communautés, Ruslan Havryliuk souligne que la situation pourrait ne pas être aussi critique. La situation est critique en premier lieu pour l'écosystème du bas Dniepr, notamment pour le parc national "Nyzhnedniprovsky". Pour Kherson, une élévation du niveau de l'eau d'environ 5 mètres est possible, mais elle diminuera dans les 20 à 40 heures et retournera à la mer Noire.

Le directeur de l'Institut des problèmes de l'eau et de la réclamation de l'Académie nationale des sciences d'Ukraine, Mykhailo Yatsiuk, considère la probabilité de destruction de la centrale hydroélectrique de Kakhovka comme élevée. Il est extrêmement difficile de détruire le barrage lui-même, mais il suppose que des explosifs pourraient être placés aux endroits des déversoirs d'urgence ou dans la partie de la cale sèche où se trouvent les turbines hydrauliques.

Le réservoir de Kakhovka est d'une importance capitale pour le complexe économique du sud de l'Ukraine, résolvant toute une série de problèmes. Selon Mykhailo Yatsiuk, il s'agit notamment de l'objectif principal du réservoir, qui est l'irrigation du sud de l'Ukraine. "Si les systèmes d'irrigation ne fonctionnent pas, le secteur agricole en souffrira. Le réservoir ne pourra être rempli à nouveau qu'au printemps, lorsqu'il y aura un afflux d'eau", explique l'expert.

Une autre question concerne l'approvisionnement en eau potable. Toutes les localités situées sur les rives du réservoir sont liées à ce niveau d'eau. Si le niveau baisse ne serait-ce que d'un mètre, les prises d'eau potable ne fonctionneront pas et la population n'aura pas accès à l'eau potable. Le canal de Crimée du Nord est également lié au niveau d'eau du réservoir de Kakhovka. Si l'eau n'y parvient pas, ni le sud de la région de Kherson ni la Crimée annexée par la Russie ne recevront d'eau.

Selon Mykhailo Yatsiuk, une préoccupation particulière concerne la centrale nucléaire de Zaporijjia. Elle est refroidie par l'eau du réservoir de Kakhovka. Si le niveau d'eau baisse et qu'il y a une pénurie dans les bassins de refroidissement, cela soulève des questions quant à la sécurité de la centrale nucléaire et à la menace d'accidents nucléaires.

Ruslan Strylets, le ministre de la Protection de l'environnement et des ressources naturelles de l'Ukraine, a déclaré lors du téléthon "Yedini Novyny" que la destruction du barrage entraînerait une catastrophe écologique d'une grande ampleur. Ses conséquences seront ressenties dans le monde entier et dans toute l'Europe. Il est difficile de prévoir les dommages spécifiques qui seront infligés à l'environnement ; cela dépendra de l'ampleur de la destruction, des parties précises de l'ouvrage hydroélectrique qui seront détruites, et ainsi de suite.

« Premièrement, la destruction du barrage entraînera inévitablement l'inondation des villes de Kherson, Hola Prystan et Nova Kakhovka, qui se trouvent dans la vallée du fleuve Dnipro. La gravité de la vague de crue dépendra des conditions spécifiques de la situation d'urgence potentielle. Deuxièmement, nous devons prendre en compte la possible pollution de l'eau par des déchets et des substances chimiques variées, qui seront transportées jusqu'à l'estuaire Dnipro-Bugsky, puis, par la suite, vers la mer Noire. À partir de la mer Noire, l'eau contenant des polluants pourrait atteindre la mer Méditerranée, et nous ne pouvons faire que des modélisations et des prévisions quant à leurs conséquences », a expliqué le chef du ministère de l'Environnement.

«Le plus important, si les Russes agissent réellement de la sorte, c'est qu'ils pourraient priver toute la péninsule de Crimée de l'eau du Dniepr, car la baisse du niveau d'eau dans le réservoir rendrait simplement impossible l'approvisionnement en eau via le canal de Crimée du Nord vers la péninsule », a résumé le ministre.

Au sein du service de renseignement principal, on a déclaré que si le barrage était dynamité, les « dimensions de la catastrophe écologique dépasseraient largement les frontières de l'Ukraine et toucheraient l'ensemble de la région de la mer Noire ».

Préparé par Maryana Rabcheniuk, Kyiv


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-