Le groupe Wagner accusé d’avoir commis de nouvelles atrocités au Mali

Le groupe Wagner accusé d’avoir commis de nouvelles atrocités au Mali

Ukrinform
Les forces armées maliennes et des combattants étrangers apparemment membres du groupe Wagner, lié à la Russie, ont exécuté sommairement et fait disparaître de force plusieurs dizaines de civils dans le centre du Mali depuis décembre 2022.

 Ils ont détruit et pillé des biens appartenant à des civils et auraient torturé des détenus dans un camp militaire.

Dans son rapport, Human  Rights Watch indique que le 16 juin 2023, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a demandé au Conseil de sécurité des Nations Unies le retrait « sans délai » de la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), invoquant une « crise de confiance » entre les autorités maliennes et la force de maintien de la paix de l’ONU, forte  d’environ  15 000 membres. Le 28 juin, le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé de « mettre fin au mandat de la MINUSMA », mais de maintenir son personnel jusqu’au 31 décembre pour planifier et mettre en œuvre la cessation des opérations et le transfert des tâches.

« Le retrait imminent des forces de maintien de la paix de l’ONU rend plus crucial que jamais la protection des civils par les autorités maliennes et la prévention de nouveaux abus lors d’opérations militaires », a déclaré Carine Kaneza Nantulya, Directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. « L’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest devraient faire part de leurs préoccupations quant aux graves abus commis par les forces armées maliennes et les présumés combattants affiliés au groupe Wagner, et accroître la pression sur les autorités maliennes pour qu’elles y mettent fin et demandent des comptes aux responsables de ces abus. »

Entre le 1er mars et le 30 mai, Human Rights Watch a mené des entretiens téléphoniques avec 40 personnes qui ont eu connaissance des incidents survenus dans le centre du Mali. Il s’agissait de 20 témoins d’abus, 3 membres de familles de victimes, 2 leaders communautaires, 5 activistes de la société civile malienne, 8 représentants d’organisations internationales et 2 analystes politiques spécialistes du Sahel. Human Rights Watch a également examiné une vidéo montrant des abus commis par des soldats maliens et des membres des forces étrangères qui leur sont associées mais n'a pas été en mesure de déterminer de manière indépendante la date et le lieu de l’extrait vidéo.

Le 26 juin, Human Rights Watch a transmis deux lettres aux ministres de la Justice et de la Défense du Mali, pour leur faire part en détail de ses conclusions sur les allégations d’abus et leur poser des questions à ce sujet. Dans sa réponse, en date du 20 juillet, par l'intermédiaire du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le gouvernement a indiqué qu'il n'était au courant d'aucune violation des droits de l'homme, mais que « le Procureur de la République en charge du Pôle judiciaire spécialisé, sur instruction du Ministre de la Justice et des droits de l’Homme, a ouvert une information judiciaire pour crime de guerre et crime contre l’humanité contre X » et que « résultats des différentes enquêtes seront portés à la connaissance de l’opinion nationale et internationale en temps opportun. »

Les personnes interrogées ont déclaré que les forces armées maliennes avaient commis ces abus lors d’opérations militaires menées en réponse à la présence de groupes armés islamistes dans les villages de Ouenkoro, Séguéla, Sossobé et Thioffol, dans les régions de Mopti et de Ségou. Lors de ces opérations, à l’exception de celle de Thioffol, des témoins ont fait part de l’implication d’hommes étrangers armés, non francophones, qu’ils ont décrits comme « blancs », « Russes » ou « appartenant à Wagner ». Ces cas ne représentent qu’une fraction des abus perpétrés au Mali par les forces armées maliennes et les combattants étrangers qui leur sont associés depuis l’année passée.

« J’étais au marché quand les tirs ont commencé [et] j’ai vu trois hélicoptères militaires qui volaient à basse altitude, l’un d’eux était en train de tirer », a déclaré un homme de 28 ans qui se trouvait dans le village d’Ouenkoro le 23 mars. « Les gens ont fui dans toutes les directions. ...J’ai pris ma moto et j’ai roulé aussi vite que possible. J’ai vu deux personnes s’effondrer derrière moi, abattues par les hélicoptères. »

Le 3 février, de nombreux combattants étrangers « blancs » en uniforme ont lancé un assaut contre le village de Séguéla, qui s’est soldé par des passages à tabac, des pillages et l’arrestation de 17 hommes. Les corps de huit d’entre eux ont été retrouvés par la suite.

En décembre 2021, le gouvernement militaire du Mali a confirmé la présence d’instructeurs militaires russes au Mali dans le cadre d’un accord bilatéral avec la Russie, tout en niant la présence de combattants du groupe Wagner. Il existe néanmoins des preuves de plus en plus claires d’activités et d’abus commis au Mali par le groupe Wagner, une société de sécurité militaire privée sponsorisée par Evgueni Prigojine et lié à la Russie. Prigojine était un proche allié du président russe Vladimir Poutine jusqu’à ce que les tensions entre le ministère de la Défense russe et le groupe Wagner s’intensifient en Russie le 24 juin.

Le 1er mai, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a reconnu dans un entretien accordé à une chaîne d’information italienne que le groupe Wagner « fournit des services de sécurité » au gouvernement malien. Dans une interview accordée le 26 juin au média russe RT, Lavrov a déclaré que des membres du groupe Wagner se trouvaient au Mali et « y travaillent en tant qu’instructeurs. Ce travail, bien sûr, se poursuivra ». Le 25 juin, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que le groupe Wagner était entièrement financé par le Kremlin. « Je tiens à souligner et je veux que tout le monde le sache : la maintenance de l’ensemble du groupe Wagner a été entièrement assurée par l’Etat », a déclaré Poutine lors d’une réunion avec des responsables du ministère russe de la Défense, selon les agences de presse publiques TASS et Ria Novosti. « Depuis le ministère de la Défense, avec le budget de l’État, nous avons entièrement financé ce groupe. »

Dans sa réponse du 20 juillet à Human Rights Watch, le ministre malien des Affaires étrangères a déclaré que les forces armées maliennes «conduisent les opérations militaires de façon totalement autonome», et qu'aucune autre force étrangère ou milice pro-gouvernementale « ne participe aux opérations sur le terrain».

Yvan Guichaoua, un éminent analyste politique, spécialiste des questions portant sur le Sahel, a déclaré à Human Rights Watch qu'« en exigeant le retrait de la MINUSMA, les autorités maliennes se placent dans une relation sécuritaire exclusive avec Wagner, dont la façon de mener la guerre menace les civils et dont la fiabilité est discutable, comme l’ont démontré les récents événements en Russie ».

Le 25 février, le Conseil de l’Union européenne (UE) a imposé des « mesures restrictives supplémentaires » à l’encontre du chef du groupe Wagner au Mali, affirmant que « des mercenaires de Wagner ont été impliqués dans des actes de violence et de nombreuses violations des droits de l’homme ». Ces mesures restrictives, qui comprennent des gels d’avoirs et des interdictions de voyager, s’ajoutent aux mesures que le Conseil de l’UE a adoptées en décembre 2021 à l’encontre de personnes et d’entités liées au groupe Wagner, dont ce groupe lui-même.

Le 27 juin, dans un communiqué de presse diffusé sous format audio, Prigojine a déclaré que « les forces de Wagner dans les pays africains et arabes ont travaillé exclusivement dans l’intérêt de la Fédération de Russie ».

Le 25 mai, le département du Trésor des États-Unis a imposé des sanctions à Ivan Maslov, le chef du groupe Wagner au Mali, « pour son implication dans les actions du groupe Wagner au Mali ». Le même jour, le département d’État américain a imposé des restrictions de visa à deux commandants militaires maliens, le colonel Moustaph Sangare et le major Lassine Togola, « pour leur implication dans des violations flagrantes des droits humains ». Le 27 juin, le département du Trésor des États-Unis a imposé des sanctions à Andrey Nikolayevich Ivanov, un dirigeant du groupe Wagner Group qui « a travaillé en étroite collaboration avec l’entité Africa Politology de Prigojine et de hauts responsables du gouvernement malien sur des contrats d’armement, des entreprises minières et d’autres activités du groupe Wagner au Mali », pour « avoir agi ou prétendu agir pour ou au nom, directement ou indirectement, de Prigojine  ».

Human Rights Watch a précédemment documenté de graves abus commis lors d’opérations de contre-insurrection menées par les forces de sécurité maliennes et des combattants qui leur sont associés, supposés appartenir au groupe Wagner, depuis 2022.

Des groupes armés islamistes ont également commis plusieurs abus graves, notamment des exécutions illégales, des pillages et des destructions de biens civils.

« Les soldats nous considèrent comme des djihadistes, mais les djihadistes ont menacé d’imposer un embargo sur notre village si nous ne nous conformions pas à leurs lois », a déclaré un habitant d’Ouenkoro. « Les autorités de l’État ne sont pas ici pour nous protéger. Nous n’avions pas d’autre choix que d’accepter leurs ordres [des djihadistes]. Et maintenant, les soldats nous traitent comme des terroristes. Nous sommes entre le marteau et l’enclume. »

La plupart des hommes qui, selon les informations de Human Rights Watch, ont été tués, arrêtés ou ont fait l’objet de disparitions forcées appartenaient à l’ethnie peule dont de nombreux membres pratiquent l’élevage. Les groupes armés islamistes ont concentré leurs efforts de recrutement sur les communautés peules en exploitant les griefs qu’ils entretiennent à l’égard du gouvernement et d’autres groupes ethniques.

Toutes les parties au conflit armé au Mali, y compris les membres de groupes armés étrangers, sont tenues de respecter le droit international humanitaire. Le droit applicable inclut l’article 3 commun aux conventions de Genève de 1949 et le droit international coutumier. L’article 3 commun interdit le meurtre, la torture et les mauvais traitements de personnes en détention. Les personnes qui commettent des violations graves des lois de la guerre avec une intention criminelle se rendent responsables de crimes de guerre.

« Les autorités maliennes finiront par se rendre compte que le départ des Casques bleus affectera gravement la protection des civils et la surveillance des abus commis par toutes les parties », a déclaré Carine Kaneza Nantulya. « Le gouvernement malien devrait permettre à des experts indépendants de l’Union africaine, de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et de la CEDEAO de documenter l’évolution de la situation des droits humains sur le terrain, en collaboration avec la Commission Nationale des Droits de l’Homme. »


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-