Attaque de missiles au cœur d'Odessa : la Russie détruit un patrimoine historique

Attaque de missiles au cœur d'Odessa : la Russie détruit un patrimoine historique

Ukrinform
Les conséquences des actes barbares du pays terroriste, vus par les correspondants d'Ukrinform sur les lieux des bombardements à Odessa

Dans la nuit du 23 juillet, l'armée russe a lancé une frappe de missiles sur le cœur même d'Odessa. Les dégâts ont touché la cathédrale de la Transfiguration du Sauveur, la Maison des scientifiques, cinq jardins d'enfants, quatre écoles et de nombreux immeubles résidentiels - tous situés sous la protection de l'UNESCO.

Les rues centrales de la ville se sont transformées en tapis de débris de murs et de verre. Suite à cette attaque nocturne, 22 blessés ont été hospitalisés à Odessa, dont 3 adolescents (âgés de 12 et 17 ans). Une personne a perdu la vie.

Les correspondants d'Ukrinform se sont rendus sur les lieux des bombardements et ont vu de leurs propres yeux les conséquences des actes barbares du pays agresseur.

Les envahisseurs prétendent avoir ciblé des "installations où des actes terroristes étaient préparés contre la Russie". En réalité, une fois de plus, les victimes de ce pays agresseur sont des gens ordinaires qui n'ont aucun lien avec les affaires militaires. Plus de 40 bâtiments ont été endommagés dans les rues principales de la ville : sur la rue Preobrazhenska, la rue Polska, le Polskyi Uzviz, et l'avenue Jvanetsky, etc.

- Nous nous sommes réveillés d'une manière que nous n'aurions pas souhaitée. Notre appartement a subi des dégâts d'environ 15%. Mais il y a des logements dans l'immeuble qui ont subi des dégâts beaucoup plus importants. Quant à ma voiture, comme vous pouvez le voir, il ne reste rien d'elle. L'essentiel est que ma femme et moi sommes en vie. On peut acheter une nouvelle voiture. La vie est perturbante, dit Olexiy, un habitant de l'immeuble sur le Polskyi Uzviz.

Plus bas dans la rue, nous voyons un énorme cratère. La façade du bâtiment à proximité est endommagée : des vitres brisées, des balcons et des murs détruits dans certaines des appartements. Les gens sont en état de choc, il est presque impossible de trouver quelqu'un prêt à parler de l'attaque nocturne. Chacun s'occupe de quelque chose. Certains aident à enlever les débris de verre de l'asphalte, d'autres emportent des affaires des appartements les plus dévastés, d'autres recouvrent déjà les fenêtres vides de film plastique. Il y a aussi ceux qui se tiennent simplement à côté, tenant leur tête entre leurs mains, essayant de comprendre ce qui s'est passé.

- Moralement, c'est très difficile. Hier encore, il y avait un atelier de confection de vêtements ici, et aujourd'hui, il n'y a que des ruines. Nous tenons bon... - a répondu brièvement Oksana, une employée de l'atelier.

Au 6, rue Preobrazhenska, le toit a été partiellement arraché. Les habitants du dernier étage peuvent maintenant voir le ciel à travers leur plafond.

- L'intérieur de l'appartement semble plus ou moins... Mais il n'y a plus de toit. Comment il va paraître après la première pluie est difficile à imaginer. Et je ne sais pas quoi faire avec ça. Heureusement, ma fille n'a pas vu cette horreur - elle est restée dormir chez une amie. Mais ma femme et ma belle-mère étaient terrifiées, je ne peux même pas le décrire ! raconte Andriy, le propriétaire de l'appartement endommagé.

Deux pâtés de maisons plus loin de chez Andriy se trouve la cathédrale de la Transfiguration du Sauveur. Ou du moins ce qu'il en reste. Le père Mykhail était à l'intérieur de la cathédrale au moment de l'impact, car il devait célébrer le service du matin. L'homme n'a pas été blessé. L'obus a touché la partie droite de la cathédrale, passant jusqu'au premier sous-sol. Les sauveteurs et les prêtres ont réussi à sauver un certain nombre d'icônes, dont l'icône de la Mère de Dieu Kasperovska, considérée comme la patronne d'Odessa. L'icône d'Iverska, peinte pour le 100e anniversaire d'Odessa, a également survécu.

- Les dégâts sont énormes. La moitié de la cathédrale n'a plus de toit. Les piliers centraux et les fondations sont endommagés, toutes les fenêtres sont brisées, les sculptures sont tombées. Après l'impact, un incendie s'est déclaré dans le magasin de la cathédrale, déclare le diacre Andriy Palchuk aux journalistes.

Actuellement, les prêtres et les habitans d'Odessa prient pour la paix du ciel près du bâtiment endommagé de la cathédrale.

Selon le conseil municipal d'Odessa, 22 personnes ont été hospitalisées pour obtenir de l'aide à la suite des bombardements. Sept d'entre elles sont toujours hospitalisées, tandis que les autres patients continuent de recevoir un traitement ambulatoire.

- La plupart des blessures sont dues aux éclats de verre. Un patient a été opéré pour retirer un morceau de métal de son corps. Sept personnes restent hospitalisées à la suite de l'agression russe, dont un jeune homme né en 2006 dans un état grave avec une blessure pénétrante à la poitrine, explique le bureau municipal.

Nous avons parlé à une femme, madame Yevheniya, qui a été blessée par des éclats de verre à la main, alors qu'elle essayait d'aider ses voisins coincés dans l'ascenseur pendant le bombardement.

- Je n'ai pas eu le temps de descendre à l'abri. Après les premières explosions, une onde de choc a suivi et les lumières se sont éteintes. Des gens sont restés bloqués dans l'ascenseur. J'ai couru chercher la clé pour ouvrir les portes de l'ascenseur, mais il était coincé entre les étages. Et à ce moment-là, une deuxième explosion s'est produite, des éclats de verre m'ont blessée. Heureusement, je suis en vie. Ça aurait pu être pire, a raconté Yevheniya, une résidente de l'immeuble sur l'Uzvoz Militaire.

En plus des habitations, quatre écoles et cinq jardins d'enfants ont été touchés. Au moins 25 monuments d'architecture ont également été endommagés. Parmi eux, des bâtiments datant des XIXe et XXe siècles : la maison Chyzhevych, la maison Papudova, la maison Zabludovsky, la maison Gagarin, la maison Janush, la maison Russell del Turco, la maison Masa, et bien d'autres.

Le bâtiment des scientifiques (Palais du comte Tolstoï) a subi des dégâts considérables.

Les fenêtres ont été brisées, les murs partiellement détruits, le plafond effondré et les meubles cassés. Avant la guerre, c'était l'un des endroits les plus appréciés pour les séances photos des jeunes mariés, et divers événements culturels y étaient également organisés.

La construction du bâtiment remonte à 1832, conçue par l'architecte F.K. Boffo. Le complexe architectural comprend deux bâtiments - la résidence du comte Tolstoï (avec 12 pièces) et un bâtiment supplémentaire construit entre 1896 et 1899 pour abriter une galerie de tableaux. Pendant l'époque soviétique, des scènes du téléfilm "D'Artagnan et les Trois Mousquetaires", montrant des pièces du Louvre, ont été tournées dans l'intérieur du bâtiment.

Le crime des envahisseurs russes a réuni les habitants d'Odessa : malgré leur état émotionnel difficile, les gens se rendent aux cathédrales de la Transfiguration du Sauveur et aux autres lieux de destruction pour déblayer les décombres, aider les pompiers et les travailleurs municipaux. De plus, l'attaque barbare de la Russie a finalement détruit le mythe selon lequel "Poutine aime Odessa et la protège", propagé autrefois par les propagandistes ennemis. Les nationalistes russes veulent tuer tous les Ukrainiens, quel que soit leur lieu de résidence. Et le patrimoine culturel n'a aucune valeur pour les ennemis.

Hanna Bodrova

Photos: Nina Liashonok, Igor Tkachenko, Kostyantyn Liberov


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-