« Ils nous battaient tous les jours. Les Tchétchènes m'ont cassé un bras – en guise d'adieu »

« Ils nous battaient tous les jours. Les Tchétchènes m'ont cassé un bras – en guise d'adieu »

Ukrinform
Comment deux policiers d'Izium ont survécu, se sont échappés de l'occupation et sont retournés au travail

J'ai rencontré par hasard les policiers d'izioum, Emin Asadulaev et Yakov Palamarchuk, sur la place centrale, où ils sont de service lors de la visite de délégations de trois pays dans la ville. En attendant le briefing final de la délégation, qui devait avoir lieu ici même, nous avons engagé la conversation. En leur demandant comment ils travaillent dans une ville libérée et totalement dévastée, et s'ils ont peur, je ne savais pas encore ce que ces deux forces de l'ordre avaient traversé. Les récits de ces hommes courageux se poursuivent sur Ukrinform.

APRÈS LA PRISE DE LA VILLE, IL A ÉTÉ CAPTURÉ DEUX FOIS 

Yakov Palamarchuk a été enlevé pour la première fois par les combattants des soi-disant DNR et LNR dans le commissariat de police local : ils lui ont mis un sac sur la tête, l'ont emmené dans des endroits où les occupants commençaient déjà à s'installer. Là, l'agent de police a vu d'autres hommes - également avec des sacs sur la tête, ils étaient mis à genoux et cruellement battus. La même chose l'attendait.

« Ils ont commencé à me frapper. Ils ont cassé deux côtes. Je leur dis que je ne sais rien. Ils m'ont demandé mon adresse domestique, puis ils m'ont jeté dans le coffre et m'ont emmené à l'appartement. Dans le bâtiment, ils ont commencé à provoquer les voisins : disant qu'en tant que policier, je me comportais normalement ? Les voisins leur ont dit que j'étais un très bon gars, rationnel. Et ils leur ont dit : "Eh bien, on nous a dit qu'il était mauvais". À la maison, ils cherchaient des armes – pourquoi les chercher alors que la maison avait été touchée par un bombardement de mortier et que mon appartement ainsi que celui de mon voisin étaient en feu, tout a été détruit, –raconte Yakiv. – Ensuite, ils m'ont emmené avec ma petite amie chez elle, pensant que j'aurais pu cacher des armes là-bas. Ils ont retourné toute la maison. Ils m'ont mis des épaulettes de colonel de police (rires – NDLR), où les ont-ils obtenues ? Apparemment, ils voulaient créer une raison pour s'attacher. Ensuite, ils m'ont emmené derrière le garage, m'ont frappé un peu et m'ont emmené au bâtiment du poste de police. Ensuite, ils m'ont emmené dans un jardin d'enfants, j'ai vu ça à travers une fente dans le sac, et ils ont continué à me torturer là-bas. Un soldat russe a commencé à me pincer la main et la jambe avec des pinces, à arracher la peau. De grosses ecchymoses sont apparues. Un autre est venu, m'a frappé au visage - une dent est tombée ».

N'ayant obtenu aucune information, les envahisseurs ont relâché le policier. Cependant, ils ne l'ont pas laissé en paix. Comme dans d'autres territoires occupés, chaque nouvelle unité qui est venue en rotation a commencé à interroger les gens selon les mêmes listes. Du 2 au 9 mai 2022, Yakiv a été retenu en captivité par des militaires russes en service, il a été retenu dans le sous-sol d'un garage près du poste de police du district.

Yakiv Palamarchuk
Yakiv Palamarchuk

« Une petite pièce, très humide. Il y avait des sièges de voiture. Il y avait d'autres personnes aussi, mais je ne les voyais pas. J'entendais seulement comment ils étaient torturés, leurs gémissements. On me frappait tous les jours, plusieurs fois. Je ne savais plus quelle heure il était. Et le septième jour, "Ahmat", un Tchétchène, est entré, m'a frappé avec ses pieds, a essayé de me frapper à la tête. Et moi, bien que mes mains soient attachées, j'ai couvert ma tête d'une manière ou d'une autre, car le sang coulait beaucoup. Finalement, il a arrêté, – se souvient le policier. En fin de compte, ils en ont tous eu assez, comme ils l'ont dit, de s'occuper de moi. Ils disent que viens, tu vas travailler, de toute façon la "police" est nécessaire dans la ville. Pour ne pas provoquer, j'ai simplement dit que je n'étais pas prêt. Et ils étaient encore étonnés, comment cela se fait-il, tu reçois un salaire, nous te trouverons un bon poste. J'ai dit que je ne voulais pas. Eh bien, voilà mon adieu, une main cassée à cause d'eux ».

En raison de la grave blessure à l'extrémité, le policier s'est rendu à Kharkiv, également occupé, pour obtenir des soins – contrairement à Izium, il y avait des médecins et des médicaments.

« Bon ou mauvais, mais ils ont fait une opération », – soupire le policier.

Plus tard, Yakiv a remarqué que des soldats russes le suivaient. Le 30 mai, le policier s'est arrangé avec des gars locaux qui aidaient les gens à s'échapper moyennant de l'argent et a réussi à échapper à sa surveillance.

« Ils m'ont emmené avec d'autres personnes jusqu'à la digue de Petchenih détruite (elle était appelée "le chemin de la vie", c'était le seul chemin par lequel les occupants laissaient passer les habitants des régions occupées sur le territoire contrôlé par l'Ukraine une fois par semaine en mai et tout au long de l'été 2022 - NDLR). J'étais là à quatre heures du matin. Je leur ai demandé de me laisser passer, mais ils criaient que non, qu'ils allaient me fusiller maintenant, quittant cet endroit. Je dis que je ne partirai nulle part. Je me suis couché dans l'herbe près du poste de contrôle. Plus tard, j'ai marché avec d'autres personnes le long de la digue », – se souvient Yakiv.  

TOUT LE MONDE DANS LE BUNKER SAVAIT QUI J'ÉTAIS, MAIS ILS NE M'ONT PAS DÉNONCÉ

Tant que la ville n'était pas complètement envahie, les policiers en civil patrouillaient encore. Emin Asadulaev se souvient que les corps des victimes étaient simplement étendus dans les rues, laissés dans les voitures détruites, les membres arrachés étaient traînés par les chiens. Les habitants se cachaient dans les abris anti-bombes et les sous-sols. « Un moment de calme, on allume le feu pour cuisiner quelque chose, puis à nouveau un avion. Lorsque les bombardements se calmaient un peu, les gens commençaient à enterrer les morts près des maisons, dans les cours, – remarque le policier. De l'autre côté du Donets, il y avait les Russes qui bombardaient la ville, en plus des frappes aériennes. Malgré la menace constante, les habitants sortaient quand même dans la rue - pour chercher de l'eau aux puits (car les communications étaient détruites), du bois de chauffage, de la nourriture. Lorsque la première colonne russe est arrivée, des BTR et un char, mes amis et moi les avons vus par hasard, nous avons couru dans les cours pour avertir les gens, car une défense territoriale était en place au poste de police. Les gars n'avaient pas de radios, seulement des armes automatiques. Il fallait se sauver. Autant que je sache, ils ont ensuite été piégés, seul un homme a survécu ».

Emin Asadulaev
Emin Asadulaev

Les Russes dans la ville ont commencé à chercher des militaires et des agents de police. Emin a enterré son pistolet et sa carte d'identité. 

« Les occupants étaient choqués, car en réalité, il n'y avait pas autant de militaires à Izium. Il y avait de petits groupes de 20, mais ils bougeaient et tiraient sur les "Katsaps" (terme péjoratif pour désigner les Russes) depuis différents endroits. Cela a créé l'impression que des forces puissantes étaient présentes ici. Lorsque les Russes sont entrés, ils ont commencé à raconter, comme s'ils pensaient que toute la population civile était partie. Mais seulement environ 10 % étaient partis à ce moment-là. Et ils ont alors allumé cela : "Ne vous inquiétez pas, tout se rétablira bientôt, nous vous libérerons. Vous vivrez bien." Mais nous avons "bien vécu" au point que nous n'avions rien à manger ni à boire », dit le policier.

Il se souvient : grâce à leurs réserves à domicile, ils ont tenu jusqu'à la mi-avril, puis la situation est devenue très difficile. 

« Ma femme était enceinte de sept mois, mais son ventre n'était pratiquement pas visible. La nourriture manquait. Je suis allé à l'hôpital, j'ai demandé s'ils pourraient accueillir les accouchements (à ce moment-là, il ne restait qu'un médecin à l'hôpital, un traumatologue, et quelques autres employés – NDLR). Il n'y avait rien en termes de médicaments ou d'analgésiques. Ils ont dit que s'il y avait des complications, ils ne pourraient rien faire », – raconte Emin. 

Mais même dans le refuge de la crèche où je me trouvais avec ma femme, les occupants venaient nous rendre visite tous les jours, cherchant des agents de police.

« Heureusement, les gens n'ont pas parlé... Tout le monde savait qui j'étais. Je me demande encore pourquoi ils ne m'ont pas dénoncé. Vous savez, il arrivait que de nouvelles personnes courent vers le refuge - au milieu de la nuit, en pyjama et en pantoufles. Cela se produisait après les attaques horribles. Ils criaient que notre maison n'existait plus, qu'il n'y avait nulle part où se cacher. La directrice de l'établissement ne voulait plus laisser entrer les gens, disant que le refuge était complet, qu'ils devraient aller dans d'autres abris. Je me disputais toujours avec elle, disant qu'ils devaient accepter tout le monde, même s'il fallait rester debout là-bas. Peut-être que c'est pourquoi les gens n'ont rien dit sur moi aux occupants », –réfléchit Emin.

Cependant, il était bien conscient que le jour où les envahisseurs l'identifieraient finirait par arriver, et que la vie de sa femme et de son futur enfant serait également menacée. Il s'est mis d'accord avec deux autres agents de police pour sortir de l'occupation ensemble.

« J'ai emmené ma femme, ma sœur, mes neveux, mes parents, ma grand-mère. Mes collègues ont également rassemblé leur famille. Le père de l'un des agents était en fauteuil roulant. Nous savions que nous pourrions ne pas y arriver, mais nous devions essayer. Nous avons traversé le pont piétonnier détruit en direction de la forêt. Aux barrages, ils nous ont arrêtés, ont vérifié nos documents et nous ont laissés passer. Mais au poste de contrôle près de Spivakivka, les occupants se sont opposés. Il y avait toute une batterie là-bas : des obusiers, des chars, des canons. Nous avions des personnes âgées avec nous, de petits enfants, je leur disais : "Tout le monde, pleurez, suppliez". Les envahisseurs sont allés consulter leur commandant, sont revenus et ont dit qu'ils allaient nous vérifier en détail. Nous leur avons donné tout l'équipement que nous avions : téléphones, tablettes, montres intelligentes, ordinateur portable. Ils n'ont rien trouvé. J'ai pris mon diplôme avec moi, ils ont vu que j'avais terminé l'université des affaires intérieures. Ils ont dit : "Oh, une belle spécialité. Rejoignez-nous". Je leur ai dit : "Non, je l'ai terminée, mais je n'ai pas travaillé, je n'ai pas voulu, ce n'est pas pour moi". En fin de compte, ils ont pris tous nos gadgets, nous les avons persuadés de nous rendre nos cartes SIM », – raconte le policier.

Tous ensemble, nous avons continué notre chemin. À Prydonetsk, ils ont rencontré un homme et une femme dans la rue, qui, en voyant les enfants et une personne en fauteuil roulant, ont appelé des connaissances. Ainsi, des volontaires sont venus chercher les habitants d'Izium et les ont emmenés à Spivakivka. Ils ont été hébergés là pour la nuit. En tout, les agents de police et leurs proches ont parcouru près de 20 kilomètres à pied. Depuis le village, ils ont été évacués discrètement, sans "couloirs verts" officiels des occupants. À cause des tirs russes, des volontaires et des personnes qu'ils essayaient de sauver étaient périodiquement tués. Les agents de police et leurs proches ont eu la chance d'atteindre Dnipro.

« D'abord à Petrovsk, en passant par le pont suspendu, puis là-bas, des bus nous attendaient", – indique Emin.

NOUS AVONS PASSÉ UNE VÉRIFICATION SPÉCIALE DE LA SBU ET UN TEST AU POLYGRAPHE

Après tout ce qu'ils ont vécu, les policiers voulaient avant tout retourner au travail : ils devaient subvenir aux besoins de leur famille. Ils ont passé une vérification spéciale minutieuse par le SBU (Service de sécurité de l'Ukraine) et des experts en polygraphie. Des témoignages sur leurs activités et leur comportement pendant l'occupation ont été recueillis. Aucune réclamation n'a été formulée à l'encontre d'Emin et de Yakov. Ce dernier porte toujours son bras dans un bandage. Sur la page Facebook de la police de la région d'Iizioum, sous les publications avec des photos de l'agent de police, on peut voir des commentaires de remerciements : les gens sont heureux de le voir de nouveau en service et se souviennent de son aide aux habitants en mars-avril 2022.

Les deux policiers sont fermement convaincus que leur place est ici, dans leur Izium natal.

« Mon appartement a été détruit. Je vis dans la maison de ma mère (elle est décédée à l'automne de l'année dernière), qui est également endommagée, sans fenêtres. J'ai fait quelques réparations, j'ai fixé certaines choses, mais je ne me précipite pas pour tout réparer car la situation n'est pas encore stable. C'est triste que les gens se soient habitués à vivre dans de telles conditions, de nombreux bâtiments sont détruits... Mais je ne quitterai pas la ville. Je suis né ici, j'ai grandi ici, je suis revenu ici travailler après avoir terminé mes études à l'université », – conclut Yakov. 

Je demande encore à Emin comment va sa femme et son enfant.

« Tout s'est bien terminé, j'ai un fils », – dit le policier avec un sourire.

Les gars, merci pour votre fidélité au serment et pour votre service quotidien !

Yulia Bairachna, Kharkiv–izioum

Photo de l'auteur et de Sergiy Kozlov


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-