Est-ce que la vie sera de retour à Blahodatne ?

Est-ce que la vie sera de retour à Blahodatne ?

Ukrinform
Les habitants du village dévasté par les tirs dans la région de Mykolaïv aspirent malgré tout à retourner dans leurs foyers

Blahodatne – est un petit village de la communauté de Pervomaïsk dans la région de Mykolaïv. Avant la guerre, environ 350 personnes y vivaient. Au début de l'invasion à grande échelle, il est devenu un point de transit pour les envahisseurs russes qui tentaient de prendre Mykolaïv, et il se trouvait dans ce qu'on appelle la « zone grise ». Chaque jour, les habitants de Blahodatne voyaient passer des colonnes de véhicules militaires se dirigeant vers le centre régional. Déjà à partir de la mi-mars 2022, les Russes ont établi un poste de contrôle sur le pont traversant le canal Ingoulets près du village et ont commencé à « visiter » les habitants locaux. À partir du 20 mars 2022, les bombardements sur Blahodatne ont commencé : les militaires ukrainiens manœuvraient et essayaient de repousser les Russes de Mykolaïv, donc les envahisseurs tiraient sur leurs positions, peu importe que des gens vivaient à proximité. À l'époque, le village abritait plus de mille personnes – trois fois plus qu'avant la guerre, car à l'époque, les habitants des villes pensaient que le village était plus sûr.

Il ne reste plus aucune bâtisse intacte à Blahodatne : environ 180 objets du logement, la crèche, l'église et la maison communale ont été détruits. Cependant, à partir de novembre 2022, après la libération de Kherson et la retraite des envahisseurs derrière le Dnipro, les habitants ont commencé à retourner dans leurs maisons détruites. Ils démontent eux-mêmes les décombres et retirent les munitions non explosées. Actuellement, 26 personnes vivent à Blahodatne. Les gens commencent à reconstruire leur avenir sur les décombres de leur ancienne vie.

Les correspondants de « Ukrinform » ont visité le village dévasté et ont appris des locaux ce que cela signifie de tout perdre et de risquer leur vie pour construire un futur à partir de zéro.

LE VILLAGE ÉTAIT EN FEU, LES CORPS ÉTAIENT DANS LES RUES

Notre voyage a commencé à Mykolaïv, où nous avons rencontré notre guide, Dmytro Yeliseyenko. Ce jeune homme est né et a vécu à Blahodatne avant le début de l'invasion à grande échelle. Il a perdu des amis, son foyer familial, et ensuite une partie de sa vue. Lorsque Blahodatne a été rouvert à la fin de novembre 2022, il a été l'un des premiers à y retourner pour aider les animaux qui y étaient restés.

Le chemin vers Blahodatne passe par le village voisin de Partyzanske. On avait l'intention d'y allouer un terrain et d'y construire des maisons temporaires pour les habitants de Blahodatne. Cependant, cette idée n'a pas satisfait la population locale. Premièrement, la parcelle proposée avait abrité une porcherie à l'époque soviétique, de sorte que le sol était très pollué. Deuxièmement, les gens sont convaincus que de cette manière, le gouvernement retirerait la reconstruction de Blahodatne de l'ordre du jour. Cependant, certains habitants de Blahodatne ont tout de même temporairement emménagé à Partyzanske – chez des parents ou des amis.

Les cultures brûlées de Mykhailo Zveryshyn à Blahodatne
Les cultures brûlées de Mykhailo Zveryshyn à Blahodatne

Nous rendons visite à l'agriculteur Mykhailo Zveryshyn, parent de Dmytro. L'homme vit dans une maison partiellement détruite de son fils. Sa propre maison, ainsi que la machinerie agricole et les récoltes rassemblées, ont brûlé à Blahodatne au début de la guerre. Par miracle, l'homme a survécu et a aidé ses voisins à évacuer sous les tirs. Les larmes montent aux yeux de Mykhailo quand il se souvient du début de la grande guerre.

La maison du fils Zveryshyn à Partyzanske
La maison du fils Zveryshyn à Partyzanske

- Au début, nous avions tout simplement peur. À Blahodatne, nous rassemblions 2 à 3 familles dans une maison et c'est ainsi que nous vivions. Nous pensions que tout se terminerait bientôt, que de telles horreurs ne pouvaient pas durer longtemps, que le monde réagirait et remettrait la Russie à sa place. Notre village n'était pas touché, les chars allaient à Mykolaïv. Ensuite, les envahisseurs ont installé un poste de contrôle sur le pont au-dessus du canal Ingoulets, et ils ne laissaient pas tout le monde passer. Ils renvoyaient ceux qu'ils considéraient comme suspects pour diverses raisons. Et ils ne laissaient sortir du village qu'avec un laissez-passer : par exemple, je pouvais me rendre chez mon fils à Partyzanske pendant 3 heures, pas plus. De plus, les Russes entraient dans le village et effrayaient les locaux.

Et quand nos troupes ont commencé à résister et à essayer de repousser les Russes, l'enfer a éclaté. Le village était littéralement en feu. Je voyais les corps des soldats tués dans les rues. Les nôtres et les Russes. J'ai vu mon ami déchiqueté par un obus. Pendant deux semaines, nous avons vécu dans le sous-sol, en attendant l'évacuation. Mais elle n'est jamais venue. Alors, après un autre bombardement brutal, je n'ai pas pu résister, j'ai pris ma femme, mes voisins – j'ai rempli une voiture complète de gens et je les ai emmenés hors du village. Nous sommes partis tels que nous étions habillés. La voiture a été prise sous le feu en chemin, mais heureusement, nous avons survécu, – raconte Mykhailo.

Cet homme était engagé dans l'agriculture pendant 50 ans. Il a parcouru le chemin depuis un simple conducteur de tracteur jusqu'au responsable de deux exploitations, « Valentina » et « Irina », qui couvrent plus de 1 500 hectares de terres près de Blahodatne. Maintenant, avec sa famille, il cultive de l'orge et du tournesol sur la terre de son fils près de Partyzanske.

- Il y avait deux moissonneuses-batteuses, toutes les deux ont été endommagées. Pour réparer celle qui était en meilleur état, nous nous sommes endettés. Il y avait 6 tracteurs MTZ, il n'en reste que deux. 200 tonnes de blé ont brûlé, ainsi que 250 tonnes de tournesol. J'ai perdu 2,5 millions de dollars de matériel ! Et maintenant, essayez de remonter la pente... Nous sommes endettés à un point terrifiant, vous ne pouvez même pas imaginer. Maintenant, mon fils et moi travaillons seulement à deux, nous n'avons pas les moyens de payer les ouvriers. Regardez, nous avons récolté les premières 50 tonnes d'orge cette année, mais nous ne pouvons pas les vendre. Nous attendons que les prix augmentent un peu pour revenir à zéro. Je ne parle même pas de profit, – poursuit le récit de l'agriculteur.

Récolte d'orge de cette année de Mykhailo Zveryshyn. Des champs de Partyzanske
Récolte d'orge de cette année de Mykhailo Zveryshyn. Des champs de Partyzanske

TRAVAILLER EST EFFRAYANT, MAIS QUITTER N'EST PAS POSSIBLE

Je demande à l'agriculteur s'il a peur de sortir dans les champs, car il n'y a pas eu de déminage là-bas. Mais comment tout laisser derrière soi ? C'est ma vie après tout ! Oui, c'est effrayant. Le service de protection civile nous a informés que ces champs près de Partyzanske n'avaient pas été déminés par les Russes, car le village n'était pas occupé. Ils nous ont proposé de parcourir les champs par nous-mêmes et de chercher des explosifs. Si nous en trouvons, il faut appeler les démineurs. C'est ce que nous avons fait. Ils réagissaient assez rapidement à nos appels, venaient et enlevaient la roquette ou ce qui était enfoui dans le sol. Mais un jour, un malheur est arrivé. Lors d'un travail dans le champ sur un tracteur, mon parent Dmytro a été blessé par une mine. Il a survécu, mais a subi de graves blessures aux yeux, raconte M. Mykhailo en désignant notre guide du regard.

Dmytro se tient près des débris du tracteur dans lequel il a été blessé en mars 2023 pendant les semis.

Dmytro Yeliseienko
Dmytro Yeliseienko

Ensuite, Zveryshyn raconte qu'il rêve de revenir à son village natal de Blahodatne et de reconstruire sa maison. Il dit que lors d'une récente réunion avec les autorités locales, les habitants de Blahodatne ont défendu leur foyer et attendent maintenant la construction de petites annexes temporaires de 8 par 4 mètres en blocs de mousse pour une reconstruction progressive de leurs maisons.

- Si ici, à Partyzanske, le conseil rural fournit des matériaux de construction pour les réparations, à Blahodatne, il n'y a rien à réparer. Presque toutes les maisons n'ont même plus de murs. À quoi pouvons-nous accrocher cette tôle ? Ils voulaient simplement détruire notre village, le déplacer ici à la ferme porcine. Mais ici, le sol est à un mètre de fumier ! Nous n'accepterons pas cela ! Les gens étaient indignés, et on nous a promis que des annexes temporaires de 8 par 4 mètres en blocs de mousse seraient construites. Nous y vivrons et reconstruirons progressivement nos foyers, dit Mykhailo Zveryshyn.

Mykhailo Zveryshyn
Mykhailo Zveryshyn

Nous finissons notre café, offert par l'hôte, et nous nous préparons à partir pour Blahodatne. Dmytro plaisante en disant que nous prendrons un café chez lui. La plaisanterie est amère : il ne reste presque rien de la maison du garçon...

Nous étions déjà dans la voiture lorsque nous avons été approchés par une « délégation » des habitants de Partyzanske. L'inscription « Presse » sur la voiture a attiré l'attention des gens. Chacun veut être entendu, raconter son histoire terrifiante et demander de l'aide, quelle qu'elle soit. Toutes les histoires sont différentes, mais elles sont toutes marquées par la douleur commune des horreurs vécues pendant la guerre. Chacun demande : aidez-nous à reconstruire nos maisons.

TOUT SERA RECONSTRUIT, AIDEZ-NOUS SEULEMENT

Mme Viktoria est revenue à Partyzanske en avril 2023 avec son fils de 3 ans, Ivan. Elle dit que sa famille a eu de la chance car les murs de la maison endommagée sont restés intacts, donc elle peut être réparée. Selon Viktoria, des volontaires viennent au village et apportent des matériaux de construction, y compris des poutres et des tôles.

Viktoria
Viktoria

- Ils ont apporté des tôles. Mais nous ne savons pas quoi faire ensuite. Le matériau est là, mais nous n'avons pas les moyens de couvrir le toit. Car fixer une tôle coûte 200 hryvnias, et il nous faut près de 20 000 hryvnias pour notre toit. Nous sommes obligés de vivre dans une « cabane » (c'est ainsi que la femme appelle la tente que le conseil local leur a fournie pour six mois, – Ndlr) en ville, – dit Mme Viktoria.

Il fait extrêmement chaud dans la maison temporaire. Il est presque impossible d'y respirer. Selon la femme, pendant les journées ensoleillées de l'été, la température à l'intérieur atteint 37 degrés. En revanche, en avril, explique Viktoria, c'était l'inverse – il faisait très froid.

Le petit Ivan a un peu peur des étrangers et court vers la grande maison. Nous suivons le garçon. Les propriétaires ont déjà nettoyé la maison. Il ne reste que les murs de la maison.

Ivanko
Ivanko

- Vous auriez vu à quoi ressemblait cette maison quand nous sommes revenus en avril... Nous sommes arrivés juste avant Pâques, le Jeudi Saint. Et ici, tout était mouillé, tout coulait... Il y avait des décombres de la taille d'une personne à ma hauteur ! Nous avons tout enlevé nous-mêmes... J'ai pleuré quand j'ai vu ça, j'étais bouleversée pendant trois jours ! Nous avons d'abord vécu dans une grange, puis ils nous ont donné cette maison temporaire, raconte Viktoria.

Selon la femme, elle ne voulait vraiment pas quitter le village, même lorsque de violents combats se rapprochaient. Elle s'est évacuée à Odessa avec son fils seulement le 30 mars 2022.

- Nous étions dans la cave d'un voisin. Ma grand-mère et mon oncle étaient avec nous. Mais le 30 mars, le voisin a été tué par un bombardement. C'est alors que mon oncle m'a forcé à partir. Le petit a très mal supporté les bombardements. Maintenant, c'est calme, mais il a peur des sirènes d'alerte aérienne au point d'en faire des malaises. Quand nous sommes revenus, il était le seul enfant ici, et maintenant il y en aura vingt. Vous savez, quand nous sommes revenus, c'était tellement effrayant ! Vous pensez, Mère de Dieu, si quelque chose arrive soudainement, si vous vous effondrez, personne ne le saura. Il n'y avait vraiment personne ! Les gens ont commencé à revenir en été... Nous avons même un magasin dans le village maintenant. Et il y a un poste médical. Le village reprend doucement vie. Et que nous reste-t-il ? Voyager en Europe ? Non. Notre maison est ici. La guerre se terminera, nous reconstruirons tout. Nous sommes des gens travailleurs, nous ne craignons pas les difficultés, – explique Viktoria.

La cour de Viktoria et Ivan
La cour de Viktoria et Ivan

Dans la voiture, je dis qu'il est difficile d'imaginer comment les gens osent vivre dans de telles conditions. Notre « guide » Dmytro sourit et conseille d'attendre une demi-heure : « Ce sont des fleurs. Vous verrez ce qui se passe à Blahodatne ».

TOMBES, RUINES ET MINES

À la périphérie de Blahodatne, nous voyons la tombe d'un soldat. Dmytro dit que les habitants locaux ont enterré eux-mêmes les soldats des forces armées près du village.

Nous avons enterré nos concitoyens tués directement dans le village. Sous l'abricotier, sous le pommier... Pour que les parents puissent exhumer les restes plus tard et les enterrer correctement. Et les militaires – derrière le village, – explique l'homme.

Dmytro nous a demandé de nous arrêter une minute et s'est approché de la tombe pour y déposer une pomme. Il dit que c'est une tradition. La tête baissée, l'homme a remercié le soldat tombé pour sa vie.

 L'entrepôt détruit de Mykhailo Zveryshyn à Blahodatne
L'entrepôt détruit de Mykhailo Zveryshyn à Blahodatne

Le premier bâtiment que nous avons rencontré à Blahodatne appartient à l'agriculteur Mykhailo Zveryshyn, avec qui nous venons de parler à Partyzanske. Nous entrons dans le jardin – autour de nous, des mauvaises herbes aussi hautes que des personnes, des débris de matériaux de construction et des affaires personnelles des propriétaires. Nous allons dans la cour arrière, où l'agriculteur avait des entrepôts de céréales et un hangar avec du matériel agricole. Dmytro insiste sur le fait que nous devons marcher pas à pas derrière lui, car il pourrait y avoir des explosifs non déclenchés sous les décombres. Des petits cailloux noirs crissent sous nos pieds ; en y regardant de plus près, nous comprenons que nous marchons sur les grains brûlés... En effet, tout ce que Mykhailo avait acquis pendant un demi-siècle a été détruit. Il ne reste rien de la maison, et le matériel est complètement détruit.

Ensuite, nous marchons à pied pour une « excursion » dans le village. Des queues d'obus dépassent encore du bitume cassé. Selon Dmytro, la plupart de ces « surprises » ont déjà été nettoyées par les habitants eux-mêmes, qui ont commencé à revenir au village à la fin de novembre de l'année dernière.

Les premiers « Robinsons » étaient deux hommes. Ils n'avaient nulle part où vivre, alors ils ont décidé de retourner dans les ruines de leurs maisons. Ils surveillaient les restes des équipements agricoles que les agriculteurs utilisaient pour cultiver les champs près du village, et les propriétaires des équipements leur apportaient de la nourriture. Au printemps 2023, environ 40 habitants sont revenus à Blahodatne.

Selon Dmytro, l'absence totale d'aide des autorités locales est le plus difficile.

- Des représentants de l'OTG sont venus, ont pris des photos devant les ruines et sont partis. Il n'y a même pas de murs dans les maisons, il est impossible de les réparer. Les tôles et les poutres qu'ils apportent dans d'autres villages ne nous aideront pas. Le village est détruit à 100%. Cela me fait vraiment mal quand je vois des reportages à la télévision sur la reconstruction de Boucha et d'Irpin. Beaucoup de gens riches vivaient là-bas, ils peuvent s'occuper d'eux-mêmes. Mais nous – non. Comprenez, je suis content qu'ils aident les gens, mais nous aussi, nous sommes des gens et nous avons aussi besoin d'aide, – dit Dmytro.

Nous passons devant l'arrêt de bus. La structure en fer ressemble maintenant à une passoire – il y a de nombreux trous de balles sur les murs et le plafond. Avant la guerre, ce point d'arrêt était utilisé pour transporter les enfants à l'école dans le village voisin. À Blahodatne lui-même, il n'y avait qu'une école primaire, partageant le bâtiment avec une garderie.

Nous décidons également de jeter un coup d'œil dans cet établissement en ruines. Sans toit, avec des murs partiellement effondrés et des débris de meubles coûteux – voilà à quoi ressemble maintenant l'endroit où les enfants étaient éduqués. Une nouvelle cloison suédoise pend toujours dans l'ancien gymnase. Il y a un énorme trou dans le mur en face. Dans la salle de musique, au milieu des ordures, se trouve un dossier avec des disques – de la musique classique et des contes sont enregistrés dessus. Nous passons ensuite à la chambre à coucher et voyons une balance de chambre sur le sol. Dmytro avertit à voix haute : « Ne montez pas dessus ! Cela pourrait être un explosif caché, les Russes ne nous ont laissé que cela ». Nous sortons du bâtiment scolaire très prudemment, car nous comprenons que notre guide ne plaisante pas cette fois.

Nous marchons dans les rues du village détruit. Malgré le fait que ce ne soit pas notre première « expédition » dans les communautés près du front, nous regardons avec horreur l'étendue des destructions, nous n'avions jamais rien vu de tel auparavant.

- Dmytro, comment les gens vivent-ils ici ? – demandé-je.

MÊME DEUX PETITES PIÈCES, JUSTE POUR SURVIVRE JUSQU'À LA MORT

Dmytro nous conduit à la maison de sa tante, Svitlana. Avec son mari Oleksandr, elle tente de remettre sa maison en état. Pendant la journée, le couple déblaie les décombres dans la maison et sur le terrain adjacent. Les retraités passent la nuit dans leur voiture. Près de la clôture, nous voyons des obus alignés – ce sont les « trouvailles » d'aujourd'hui.

Svitlana
Svitlana

- Je nettoyais les décombres près du poulailler. J'ai soulevé une porte. Et là, il y avait une petite poupée ! Mes mains et mes pieds tremblaient ! J'ai dit, Sasha, sauve-moi ! Et il me répond : tu t'es fait peur pour rien, il n'y a rien de si effrayant là-dedans, – dit-elle en montrant la poupée.

Oleksandr se vante qu'il peut tenir à nouveau un obus dans ses mains « pour la presse ». Pour une bonne photo. Mais s'il explose, il n'en sait rien. Donc, à l'unanimité, nous refusons cette activité téméraire.

- Nous déblayons nous-mêmes les décombres. Que pouvons-nous attendre ? Cela fait huit mois que le village est libéré, et personne ne fait rien nulle part. Ils ne déminent pas ! Le chef du village nous a dit qu'il faudrait 5 à 6 ans pour déminer notre village, et d'ici là, rien ne sera fait ici. On nous a promis une reconstruction aux normes européennes, mais tout s'est arrêté. Nous aimerions qu'ils construisent au moins deux petites pièces ici ! Nous sommes des retraités, nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes. Juste deux petites pièces. C'est tout ce dont nous avons besoin pour vivre jusqu'à la mort ! À Partyzanske, ils fournissent au moins les matériaux de construction. Mais là-bas, c'est plus facile, là-bas, vous pouvez au moins construire un toit. Et nous n'avons rien à couvrir. Tout a brûlé chez nous. Il ne reste ni assiettes ni cuillères. C'est un village agricole ! Nous ne le laisserons pas être détruit. On nous a temporairement proposé d'aller à Partyzanske. Mais nous ne voulons pas y aller. Nous avons fait une demande de reconstruction du logement. Nous avons rempli un acte pour les biens détruits. Maintenant, une commission doit évaluer les dégâts subis par la maison. Mais quand cette commission viendra-t-elle ? Beaucoup de maisons dans le village n'ont même pas de documents, donc elles ne seront probablement pas compensées, – dit Svitlana.

Ils ont quitté le village avec leur mari au début d'avril 2022. La femme souffre d'asthme, et quand les réserves de médicaments ont été épuisées, elle a été obligée de partir.

- Les Russes se tenaient sous le pont à la périphérie. C'était terrible ici. Les bombardements commençaient à six heures du matin, c'était comme « bonjour ». À minuit, c'était comme « bonne nuit ». Je me levais à 4 heures du matin, traillant les vaches pour pouvoir finir avant les tirs. Presque tout le temps, nous étions dans le sous-sol, nous étions huit personnes. Et avec nous, il y avait un neveu, âgé de 10 ans. Une fois, un soldat ukrainien est venu vers nous et nous a dit de nous cacher parce que les Russes étaient entrés dans le village. Nous nous sommes cachés et sommes restés silencieux. Nous avons entendu un char approcher, puis les portes de la cave se sont ouvertes et les Russes ont jeté une brique. « Attrapez la grenade ! » Quand nous avons commencé à crier : Laissez, il y a des enfants ici ! Alors un Russe est descendu dans la cave et nous a demandé s'il y avait des militaires parmi nous. Ensuite, ils nous ont tous sortis dans la rue et l'interrogatoire a commencé. Ils nous ont demandé où se cachaient les « nationalistes ». N'ayant rien appris, ils nous ont relâchés et nous sommes retournés dans la cave. Ensuite, il y a eu un bombardement toute la nuit, nous étions assis avec des icônes et priions. Quand nous sommes sortis dans la cour le matin, il n'y avait plus de maisons, – se souvient une femme des dernières nuits dans le village.

Dans cette cave, les Russes ont lancé une grenade et ont interrogé Svitlana et Oleksandr
Dans cette cave, les Russes ont lancé une grenade et ont interrogé Svitlana et Oleksandr

Svitlana et Oleksandr sont revenus à Blahodatne en avril 2023. De la mairie, ils ont reçu un seul lit pliant pour deux. Le couple plaisante en disant qu'ils doivent probablement dormir tour à tour maintenant.

- Nous ne pouvons même pas obtenir d'aide humanitaire, on dirait que nous demandons l'aumône. Ils disent de s'inscrire via Facebook. Mais je suis retraitée, je ne comprends pas comment faire ça ! Ne peut-on pas simplement appeler et demander où et quand aller ? Tout a brûlé chez nous, il ne reste ni tasses ni cuillères, et nous ne pouvons pas en acheter. Sasha a une pension de 2 500 hryvnias, et moi je n'en reçois pas du tout car je n'ai pas suffisamment d'années de cotisation. Nous n'avons jamais demandé quoi que ce ne soit à personne de notre vie et nous ne comptions que sur nous-mêmes. Mais maintenant nous ne savons pas à quoi nous attendre, – se plaint la femme.

Pendant que nous discutons, notre guide Dmytro répand de la nourriture sèche pour animaux près des maisons. Parce que si personne ne prend soin des humains, que dire des animaux à quatre pattes ?

Nous disons au revoir à la famille de Dmytro et continuons vers sa maison. Le garçon a encore apporté une cage avec lui – il ne perd pas espoir de retrouver son chat qu'il n'a pas pu emmener le jour où il a quitté le village.

- Parlez de nous pour ne pas nous oublier. Ils nous ont laissés à notre sort. Aidez-nous, – entendons-nous les paroles de Svitlana.

MONTAGNE DE DÉBRIS ET UN ÉPOUVANTAIL COMME IMITATION DE LA VIE

En route vers la maison de Dmytro, nous tournons dans une autre cour. Ici est enterré le voisin du garçon, Viktor. La tombe est couverte de tôle et une croix faite maison y est installée. Le défunt n'avait pas de parents, donc personne ne s'occupe de l'exhumation des restes en vue d'un enterrement civil. Dmytro dépose aussi une pomme sur sa tombe.

La cour de l'oncle Vitya, qui a péri près du sous-sol
La cour de l'oncle Vitya, qui a péri près du sous-sol

- Il se cachait ici avec d'autres voisins. Les soldats ukrainiens sont venus à eux pour les aider à évacuer. Oncle Vitya les aidait à transporter une vieille grand-mère à la voiture, et quand il est revenu pour son grand-père, une munition a explosé près de lui. C'est là qu'il est mort. C'est à cet endroit qu'ils l'ont enterré. C'était un bon oncle, – raconte Dmytro avec tristesse.

Tombe de l'oncle Vitya
Tombe de l'oncle Vitya

À travers la cour de la maison du défunt – la maison de Dmytro. Il ne reste qu'un tas de débris de sa maison. Dans le jardin, nous voyons aussi une « exposition » d'obus. Dmytro raconte : celui-ci est d'une « Grad », et celui-là est d'un système de roquettes multiples de 80 mm.

Près de l'entrée du sous-sol, le garçon a placé un épouvantail fait maison, disant que c'est une imitation de vie.

- Je suis revenu au village parmi les premiers. J'étais là, je voyais les ruines de la maison où je suis né et j'ai grandi. Mais tout semblait être dans un rêve. Heureusement, il y avait une caméra sur mon casque, alors j'ai regardé la vidéo plus tard et j'ai pleinement compris ce que j'ai vu. J'ai vu beaucoup de tristesse chez les autres, mais quand c'est chez toi, tu ne peux pas le transmettre en mots, – dit Dmytro.

Les perspectives de reconstruction de sa propre maison sont également incertaines pour lui. La maison appartenait à son père décédé, mais les documents n'ont pas été transférés à temps.

- Je ne sais pas si ma mère et moi pouvons compter sur quelque chose, – dit Dmytro avec tristesse.

POUR LA RECONSTRUCTION, IL FAUDRA AU MOINS CINQ ANS

Choqués par ce que nous avons vu et entendu, nous avons contacté Maksym Korovaiev, le chef de l'administration militaire de la communauté de Pervomaïske, dont fait partie Blahodatne. Nous avons demandé à cet officiel d'expliquer si les villageois sont réellement invités à déménager sur le site des anciennes porcheries, s'il y a des opérations de déminage dans le village et ce qui attend vraiment Blahodatne – une destruction finale ou une reconstruction aux normes européennes ?

Selon les propos de Korovay, les opérations de déminage du village ont débuté à la fin de novembre 2022.

- Les calculs des sapeurs et le déminage humanitaire sont en cours. L'aide du peuple norvégien, notamment « HALO Trust », notre administration locale et régionale des services d'urgence, ainsi que des unités d'autres régions, travaillent toutes et déminent. Au début, les routes ont été déminées, puis, après les demandes des habitants, les objets du secteur résidentiel et les parcelles de terrain ont été déminés. Si des gens trouvent un projectile dans leur jardin ou dans un champ, ils déposent une demande de déminage. Une brigade se rend sur place, récupère ou neutralise les explosifs sur place, – a déclaré le chef de l'administration militaire de Pervomaïsk.

Jusqu'à présent, 26 personnes sont déjà revenues au village, et selon l'officiel, environ 50 autres prévoient de revenir d'ici l'hiver.

- Aujourd'hui, en tant qu'administration militaire, nous avons obtenu le soutien de l'AVA (Administration militaire de l'Ukraine) et nous faisons tout notre possible pour accélérer le déminage de Blahodatne, construire des abris temporaires de 8 sur 4 mètres pour les gens d'ici l'hiver et les aménager avec des poêles à briques. Nous fournirons aux gens des vêtements chauds, des lits ou des canapés-lits, des matelas et des couvertures, – a déclaré Korovay.

En ce qui concerne la proposition de construire des maisons temporaires pour les habitants de Blahodatne sur le territoire des anciennes fermes à Partyzanske, le chef de l'administration a expliqué que le sol de la parcelle allouée pour les maisons est en cours de vérification.

- Aucun fonctionnaire, aucun responsable de quelque niveau que ce soit, ne prendra sur lui de telles obligations et ne construira, pour ainsi dire, des maisons sur un cimetière. C'est pourquoi nous effectuons maintenant des relevés topographiques, géologiques. Nos partenaires travaillent sur ce projet. Bien sûr, nous allons prélever des échantillons de sol. Si cela ne répond pas aux exigences et s'il y a même un risque minimal pour la vie et la santé des gens, alors bien sûr, personne ne forcera personne à déménager, – a souligné Korovay.

L'officiel a également ajouté que la principale raison pour laquelle les gens ne veulent pas déménager à Partyzanske est que la plupart d'entre eux sont des agriculteurs et louent des terres agricoles à Blahodatne.

- C'est pourquoi je comprends parfaitement pourquoi ils ont cette perspective et pourquoi ils critiquent l'administration militaire, – a observé Maksym Korovay.

Quant à la disparition du village, il assure que cela n'arrivera pas. Selon lui, le projet de reconstruction du village est en cours de discussion avec l'administration militaire régionale et des organisations caritatives internationales.

- Ma tâche principale est de sauvegarder les 11 localités de la circonscription. Je n'ai aucun plan de destruction du village, car je viens de là-bas. Bien sûr, nous ne pourrons pas conserver Blahodatne dans l'état où il était avant la guerre. Mais nous voulons ramener autant de gens que possible, ainsi que les entreprises locales et les agriculteurs. Cependant, cela prendra du temps. Au minimum, cela prendra 5 ans, – a déclaré l'officiel.

En conclusion, notons que la plupart des habitants de Blahodatne sont des retraités. Et le « minimum de 5 ans » pourrait simplement ne pas être disponible pour eux. En même temps, nous comprenons que la ligne de front est actuellement assez proche de Blahodatne et qu'il est trop tôt pour parler d'une reconstruction complète.

Ganna Bodrova, Odessa

Photos de Nina Liashonok

Le matériel a été rédigé avec le soutien de l'ONG « Institut d'information de masse », qui met en œuvre le projet « Soutenir les citoyens actifs sous pression en Ukraine » avec le soutien financier de l'Union européenne


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2024 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-