«J'exécute les ordres d'un seul État, la Fédération de Russie»

«J'exécute les ordres d'un seul État, la Fédération de Russie»

Ukrinform
Comment les conversations rendues publiques par le JIT aideront à enquêter sur le MH17 et dans l'affaire «Ukraine vs Russie»

La Russie dirigeait les combattants dans l'est de l'Ukraine. Les dirigeants de la soi-disant République populaire de Donetsk (RPD) ne sont que des marionnettes aux mains du Kremlin et ils ne font qu’exécuter les ordres directs de la Fédération de Russie. Plusieurs anciens militants ont témoigné devant le Groupe d'investigation conjoint international (JIT) créé pour enquêter sur le crash du vol MH17 et ont expliqué comment ils avaient suivi les instructions de Moscou.

L'un des témoins a déclaré que le Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie et la direction générale des renseignements (GRU) de l’État-Major des Forces Armées de la Fédération de Russie contrôlaient chaque étape de l’action des combattants de la RPD et que les dirigeants de la soi-disant RPD« se rendaient régulièrement à des consultations à Moscou.

À titre de preuve, le Groupe d’investigation conjoint a publié des conversations interceptées entre des combattants pro-russes et de hauts responsables russes. Les enregistrements parlent d'eux-mêmes, l'implication de la Russie dans le crash du MH17 est évidente. Après tout, avant la chute de l'avion, les combattants parlent constamment de livraisons d'armes par la Russie. En fait, il s'agit du financement du terrorisme. Et c'est un point très important dans le contexte de la décision de la Cour internationale de justice des Nations Unies, qui a reconnu sa compétence le 8 novembre 2019, à savoir le droit d'examiner l'affaire «Ukraine contre Russie» sur le fond. Et c’est précisément ce que la Fédération de Russie essaie d’éviter par tous les moyens. Permettez-moi de vous rappeler qu'il s'agit d'une violation par la Russie de deux conventions - la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme et la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

Alors, avec qui et de quoi parlaient les dirigeants de la soi-disant «RPD»? Que pense Bellingcat des conversations ci-dessus et quand Elliot Higgins publiera-t-il de nouvelles preuves de la participation de la Russie à la destruction du MH17? Les matériaux présentés contiennent également des documents publiés par le Groupe d’investigation conjointe.

La «RPD» SOUS LE CONTRÔLE DU FSB ET DU GRU

L’enquête sur la catastrophe du vol MH17 se poursuit et l’une des principales questions à se poser est la suivante: concernant l’équipage du Buk, qui a appuyé sur le bouton et qui a donné l’ordre? La Russie a joué un rôle important dans le processus de décision. Le 14 novembre 2019, le Groupe d'investigation international (JIT) a dévoilé les conversations téléphoniques interceptées des dirigeants de la «RPD» avec de hauts responsables russes concernant la livraison par la Russie d'un soutien militaire aux militants du Donbass.

Alexandre Boroday

Nous parlons en particulier des conversations téléphoniques de l'ancien «Premier ministre de la République populaire de Donetsk», Alexandre Boroday et de l'ancien «ministre de la Défense de la République populaire de Donetsk», Igor Girkin (Strelkov), qui figure sur la liste des personnes recherchées à l'échelle internationale en tant que personne impliquée dans le crash du Boeing MH17. Ils ont communiqué avec Sergei Aksionov, dirigeant de la Crimée annexée, nommé par la partie russe, ce qui constitue une violation du droit international, et Vladislav Surkov, haut responsable du gouvernement russe, assistant du président de la Fédération de Russie.

«J’exécute les ordres et protège les intérêts d'un seul État, la Fédération de Russie. C'est tout, en fait», a déclaré Boroday dans une conversation publiée le 3 juillet 2014.

En fait, lors d'une conférence de presse tenue le 10 juillet 2014, il a confirmé qu'il se trouvait à Moscou et attendait avec impatience l'aide de la Fédération de Russie. «J’ai mené des consultations politiques, assez réussies, à mon avis. Bien sûr, je ne divulguerai pas les noms des personnes que j’ai rencontrées. Je compte vraiment sur l'aide de la Fédération de Russie dans un proche avenir », a déclaré Boroday.

Et Alexandre Boroday a été entendu. Le système de missile antiaérien russe Buk a été livré sur le territoire de l’État souverain de l’Ukraine sous contrôle russe. Le 17 juillet 2014, un Boeing 777 de Malaisie a été abattu dans le ciel au-dessus du Donbass occupé. À bord du MH17, il y avait 283 passagers et 15 membres d'équipage, tous morts dans cette tragédie. Après la catastrophe, le système de défense aérienne Buk a été transporté en dehors du territoire ukrainien.

En mai 2018, les Pays-Bas et l'Australie ont officiellement accusé la Russie d'être impliquée dans le crash du vol MH17.

Toutes les actions de la «RPD» étaient étroitement contrôlées par les services spéciaux russes. Plusieurs ex-combattants pro-russes qui ont accepté de coopérer personnellement en ont informé le Groupe d'investigation conjoint. L'un d'entre eux a confirmé que les dirigeants de la «RDP» se rendaient régulièrement à Moscou pour consulter leurs contacts au FSB et au GRU. Ceci est également confirmé par les appels téléphoniques interceptés. En particulier, le 18 juillet 2014, un homme armé portant l'indicatif d'appel «Cherif» a eu une conversation téléphonique avec un autre homme armé portant l'indicatif téléphonique «Mongol». Entre les deux hommes il y a d’abord eu une escarmouche verbale. Après avoir clarifié la relation, ils ont partagé des informations sur l’identité de leur contact à Moscou et leurs «commandes».

- Et nous sommes aujourd'hui ... directement ... depuis une semaine ... tout est [inaudible] à Moscou, et en retour, nous recevons des commandes (...)

- Et j'ai aussi reçu des commandes de Moscou. La même chose.

-Mais vous, vous, vous avez le FSB? Hein?

- Oui.

- Nous avons le GRU. C’est toute la différence.

- Je le sais très bien.

En août 2014, après la tragédie du MH17, le soi-disant ministre de la Défense, Igor Girkin (Strelkov), soupçonné d'être impliqué dans le crash du Boeing et figurant désormais sur la liste des personnes recherchées, a quitté la «RPD». Il a informé son ancien «Premier ministre de la RPD», Alexander Boroday, de sa décision lorsqu'il l’a appelé. Cette conversation a eu lieu dans la nuit du 13 août 2014, aujourd’hui, elle a été rendue publique.

Boroday: Bonjour?! Où es tu

Girkin: Je retourne au quartier général.

Boroday: Tu retournes au quartier général?

Girkin: Oui. C’est tout. Le concept change. Je veux dire, nous ne sommes plus de riches éleveurs, mais des pauvres estropiés… peu importe… des mendiants.

Boroday: (...) Alors, allons au quartier général?

Girkin: Oui, oui, oui. Retournes au quartier général. (...) Allez!

Boroday: Tout va bien. Puis Ok oui. C’est tout. Nous allons au quartier général. Ouais ...

Girkin: Ouais ... Oui.

Igor Girkin

Par la suite, ces deux Russes ont quitté le Donbass pour Moscou. Dans une interview accordée à The Insider en 2017, Girkin (Strelkov) a expliqué qu'il était rentré en Russie à cause du nouveau chef de la «RPD» Alexander Zakharchenko, qui a ensuite été tué.

«Ils ont demandé que je transfère le commandement à Zakharchenko. J’ai évalué les talents militaires de Zakharchenko à zéro et je ne me suis pas trompé. Une personne ayant le grade de sergent de police, qui n’a même pas fait son service militaire si je comprends bien, ne pouvait pas diriger des opérations militaires et il ne donnait pas l’impression d’avoir un grain de talent. [Question: Pourquoi, à votre avis, a-t-il été choisi?] Eh bien, je ne sais pas, il est allé avec Surkov rencontrer Boroday, donc, apparemment, le choix est tombé, c’est-à-dire celui du haut commandement officiel. Et pourquoi et comment cela s'est passé… Surkov prend toujours de la merde », a déclaré Girkin (Strelkov).

Qui donnait des ordres à Boroday et Girkin (Strelkov)? Pourquoi Zakharchenko a-t-il été nommé au poste de commandement? Il n’ya pas de réponses à ces questions, du moins officiellement.

D’après des témoignages, on sait de manière fiable que l'influence de la Russie sur la soi-disant «RPD» est très grande. Les combattants ont bénéficié non seulement d'un soutien militaire, mais également de communications spéciales avec leurs dirigeants.

TÉLÉPHONES PROTÉGÉS

Après que le SBU a commencé à dévoiler les conversations des militants, le FSB a décidé de fournir des téléphones qui ne pourraient pas être mis sur écoute. Ils étaient utilisés par les personnalités clés de la pseudo République populaire de Donetsk. C’est Sergei Dubinsky, surnommé «Khmoury», le colonel du GRU de l'état-major des forces armées de la Fédération de Russie, à la tête du «GRU de la RPD», qui a dévoilé les noms des personnes chanceuses ayant des engins des communications spéciales. C'est lui qui est considéré comme l'organisateur de l'utilisation au combat de l'installation Buk.

Sergei Dubinsky

L’assistant du président de la Fédération de Russie, Vladislav Surkov, celui qui lors d’une conversation avec Boroday, lui a promis de fournir une aide de Moscou, a également utilisé un téléphone spécial. Dans une autre conversation, ils parlent de la nomination du Russe Vladimir Antyufeev au poste de premier vice-président du «Conseil des ministres» de la «RPD» (cette institution examine des questions relatives à la sécurité de l'État, aux tribunaux, à la justice et aux affaires intérieures). En fait, il a reçu ce poste grâce à l’ordre de Vladislav Surkov.

Par conséquent, il est évident que c’est en Russie que se prennent les décisions sur qui et quand prendra quel poste. Toutes les nominations devaient être approuvées par Moscou.

L'ampleur du contrôle russe joue un rôle important dans l'enquête sur la tragédie du MH17 et la recherche des personnes responsables de la destruction de l'avion. Le Groupe d’investigation conjoint sur le crash du MH17 (JIT) a déclaré que l'influence de la Fédération de Russie s'étendait aux questions administratives, financières et militaires de la «RPD». Par conséquent, les enquêteurs collectent à présent des informations sur les donneurs d'ordre, à la suite desquels l'avion du vol МН17 a été abattu. Ils recherchent de nouveaux témoins qui pourraient aider à identifier les participants à certaines des conversations publiées.

FINANCEMENT DU TERRORISME

L'un des hauts responsables de la soi-disant «RPD» a déclaré aux enquêteurs que la quasi-totalité du budget de la «République populaire de Donetsk » provenait de la Fédération de Russie. En fait, dans l’une des conversations publiées, Boroday se plaint à un certain Nikolai de manquer d’argent. En réponse, celui-ci lui promet que l'argent viendra de Moscou.

Elliot Higgins, fondateur du groupe international de journalisme d'investigation Bellingcat, considère que ces informations sont très importantes. À son avis, cela offre de nouvelles possibilités dans l'analyse d'informations provenant de sources ouvertes pour la recherche de la vérité.

Elliot Higgins

Les conversations interceptées sont également très importantes pour l’affaire «Ukraine contre Russie» devant la Cour internationale de justice des Nations Unies, qui devrait être examinée sur le fond en 2022.

Les notes publiées confirment que les dirigeants de la soi-disant «RPD» ont reçu des armes et de l'argent de la Fédération de Russie. En d’autres termes, la Russie a violé la convention sur la lutte contre le financement du terrorisme. La vice-ministre des Affaires étrangères, Olena Zerkal, a souligné que l’étau autour de la Russie se resserrait et qu'il lui serait de plus en plus difficile d'éviter les responsabilités.

Olena Zerkal

Le Groupe d'investigation conjoint international demande aux témoins de ne pas avoir peur de témoigner. L’appel publié contient un certain nombre de questions auxquelles l’enquête cherche des réponses. Les mesures de sécurité sont également détaillées. En particulier, il s’agit de savoir comment contacter correctement les représentants du Groupe d'investigation conjoint international (JIT). Il est également indiqué que les témoignages peuvent être faits à l’étranger, qu’un changement de résidence est possible, que l’identité d’une personne peut être cachée ou protégée. Un programme de protection des témoins peut également s'appliquer.

Iryna Drabok, la Haye

eh

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-