Sans le MAP, mais avec un ensemble actualisé d'objectifs de partenariat Ukraine-OTAN : ce que cela veut dire?

Sans le MAP, mais avec un ensemble actualisé d'objectifs de partenariat Ukraine-OTAN : ce que cela veut dire?

Ukrinform
Au début de 2021, l'Ukraine a appliqué 292 normes et documents de l'OTAN. En général, le rythme est bon, mais les experts soulignent la nécessité d’accélérer

L'Ukraine sera le premier pays partenaire de l'OTAN à recevoir un ensemble mis à jour d'objectifs de partenariat avec l'Alliance, selon le service de presse du ministère de la Défense de l'Ukraine. « Le processus de planification et d'examen des forces est l'un des outils les plus efficaces pour rapprocher l'Ukraine des normes de l'OTAN, renforcer les capacités institutionnelles du ministère de la Défense, développer les capacités des forces armées ukrainiennes et parvenir à l'interopérabilité », a déclaré le vice-ministre de la Défense, Anatoliy Petrenko. Il est à noter que l'ensemble mis à jour des objectifs de partenariat pour l'Ukraine contient des tâches et des activités jusqu'en 2025. Il décrit également les forces et les moyens avec lesquels l'Ukraine se prépare à participer au Partenariat pour la paix (PPP), aux opérations et aux missions de l'Alliance. Les objectifs du partenariat sont soutenus par d'autres tâches de réforme du secteur de la défense et de la sécurité, en particulier les projets et mesures de réforme de la défense.

Cette nouvelle a été perçue différemment en Ukraine. Certains pensent que l'OTAN a ainsi décidé de « faire passer la pilule », affirmant que l'Ukraine n'a pas reçu le MAP, n'est pas invitée au sommet du 14 juin, cependant, « le processus ne s'arrête pas ». D'autres, en revanche, y voient une étape importante dans le développement et le renforcement de nos capacités de défense. En fait, comme le disent les experts militaires, il n'y a rien d'extraordinaire et de mauvais non plus.

Ensemble d'objectifs de partenariat Ukraine-OTAN : qu'est-ce que cela signifie ?

L’ex-chef d'état-major adjoint pour l'intégration euro-atlantique, capitaine de vaisseau (en réserve) Andriy Ryjenko dit que l'OTAN a simplement rappelé à nouveau que si l'Ukraine veut rejoindre le système de sécurité collective, elle doit continuer à mener des réformes. Il s'agit notamment de la mise en œuvre des normes de l'Alliance de l'Atlantique Nord. « Qu'est-ce que l'ensemble mis à jour d’objectifs de partenariat ? C’est un document de planification qui contient les tâches pour les 4-5 prochaines années. Il s'agit d'une procédure de routine qui est constamment mise à jour. Le cycle précédent de participation de l'Ukraine au processus de planification et d'examen (PARP) s'est achevé en 2020. Un nouveau cycle commence », commente M. Ryjenko.

Андрей Рыженко

Andriy Ryjenko

Le PARP est un mécanisme clé de l'Alliance pour réaliser l'interopérabilité des forces armées des Partenaires avec les forces armées des Alliés, ainsi que pour réformer le secteur de la sécurité et de la défense conformément aux normes euro-atlantiques. « La conclusion faite par les experts militaires de l'OTAN sur un niveau suffisant d'interopérabilité des forces armées est prise comme base pour la décision du Conseil de l'Atlantique Nord d'accorder un MAP à un pays candidat », a-t-il déclaré.

« Il convient de noter que l'ensemble mis à jour d’objectifs de partenariat s'applique non seulement à l'Ukraine mais également à d'autres pays avec lesquels l'OTAN coopère. Pourtant, l'Ukraine sera probablement le premier pays de ce type. Actuellement, tout cet algorithme est en cours d'élaboration. Il n'y a pas de décision finale. Pour autant que je sache, la discussion est prévue pour l'automne », ajoute l'ex-ministre de la Défense, Andriy Zagorodniuk.

Selon Olena Tregoub, secrétaire générale de la Commission indépendante anti-corruption sur la défense (NAKO en ukrainien), l’ensemble d'objectifs de partenariat peut être considéré comme un mouvement vers le MAP mais au-delà du statut formel d'un pays candidat dans le cadre du MAP. 

« Les objectifs du partenariat sont d'atteindre les normes de l'OTAN d'ici la fin de 2025 à tous les niveaux du secteur de la défense (stratégique, opérationnel et tactique). Il faut souligner que la réalisation des objectifs est fixée non seulement devant le ministère de la Défense de l'Ukraine, mais également devant toutes les structures de force », a dit Mme Tregoub.

Dans le même temps, poursuit-elle, l'OTAN continue de souligner que les précédents programmes de partenariat n'ont pas été pleinement mis en œuvre par l'Ukraine. Il s’agit des forces et des moyens dont l'Ukraine a besoin pour se préparer à participer au programme du Partenariat pour la paix, aux opérations et aux missions de l'Alliance. « Lors de la réunion du groupe de travail sur le projet de l’ensemble, nos partenaires internationaux ont souligné l'importance de poursuivre les réformes de la défense, en particulier, le développement d'un système de contrôle civil démocratique efficace, la subordination des composantes militaires du secteur de la défense au ministère civil, la réforme du système de gestion des forces armées ukrainiennes, la réalisation de l'interopérabilité avec les pays de l'OTAN », a souligné la secrétaire générale de la NAKO.

À son tour, Marianna Fakhourdinova, analyste du centre « Nouvelle Europe », note que l'Ukraine a mis en œuvre 292 normes et documents de l'OTAN au début de 2021, soit 19%, ce qui correspond généralement au niveau des pays qui ont récemment rejoint l'Alliance. « Nous avons décidé de comparer le nombre de normes atteintes en Ukraine et dans les États membres de l'OTAN. Ainsi, en termes de pourcentage, l'Ukraine a mis en œuvre 19 % des accords de normalisation de l'OTAN. Et nous avons remarqué que ce chiffre est très proche des normes qui ont été mises en œuvre par les Alliés qui ont rejoint l'OTAN au cours des 10 dernières années. Par exemple, il représente 29% en Albanie, 22% au Monténégro. La Macédoine du Nord, qui est devenue membre de l'OTAN l'année dernière, n'a même pas atteint le niveau de 1% », pointe Mme Fakhourdinova.

L'analyste cite également des exemples de pays avec un niveau élevé de mise en œuvre des normes, à savoir : l'Allemagne a atteint 91%, la Grande-Bretagne, la France et la Norvège – environ 80%. « Ce sont les États membres qui ont été à l'origine de l'Alliance ou qui l'ont rejointe dans les premières années… Mais, encore une fois, nous constatons qu'aucun pays n'a atteint 100 % de mise en œuvre des normes », note-t-elle.

Selon l'experte, l'Ukraine affiche « de très bons progrès », bien qu'elle soit un partenaire de l'Alliance et non son État membre. « Le dernier ensemble d'objectifs de partenariat, fixé pour 2018-2020, prévoyait le traitement de 219 normes. Au début de cette année, l'Ukraine a en fait traité environ 90 % de ces documents », explique Mme Fakhourdinova, soulignant que la mise en œuvre des normes de l'OTAN par l'Ukraine prouve que notre pays remplit ses obligations dans les délais.

Alyona Getmantchouk et Marianna Fakhourdinova

À son tour, Alyona Getmantchouk, directrice du centre « Nouvelle Europe », souligne la nécessité d'accélérer encore plus la mise en œuvre des normes de l'OTAN. « Le centre « Nouvelle Europe » a décidé de calculer combien de temps il faudrait à l'Ukraine pour atteindre au moins 90 % des normes mises en œuvre de l'OTAN (comme l'Allemagne l'a fait) au rythme que nous avions depuis un an et demi ou deux ans. Et il s'est avéré que cela prendrait 13-14 ans. Autrement dit, si nous voulons réaliser l'interopérabilité militaire avec les pays membres de l'OTAN dès que possible, nous devons accélérer encore plus ce processus, bien que nous ayons déjà un bon rythme », a informé Mme Getmantchouk.

Olena Tregoub partage cette opinion : « La vitesse et la qualité de la mise en œuvre dépendent entièrement des capacités et de la volonté de l'Ukraine ».

À propos du MAP et pourquoi l'Ukraine n'a pas été invitée au sommet de l'OTAN

Le prochain sommet de l'OTAN aura lieu à Bruxelles dans deux semaines. Seuls les pays membres y participeront. « Parce qu'il s'agit d'un sommet relativement court, d’un jour. La prochaine fois, nous consacrons peut-être plus de temps à ça, puis il y aura probablement des rencontres avec des partenaires à un niveau plus élevé », a fait savoir le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

Selon lui, l'OTAN continue de travailler avec des pays candidats comme la Géorgie et l'Ukraine.

« Notre message est que l'accent devrait être mis sur les réformes visant à moderniser les institutions de défense et de sécurité, parce que nous pensons que c'est la meilleure façon de progresser vers une intégration euro-atlantique plus poussée », a noté M. Stoltenberg.

Dans le même temps, le secrétaire général n'a pas précisé quand une renconre de haut niveau avec les partenaires pourrait avoir lieu. On se souviendra que les dirigeants des autres États n'étaient pas toujours invités aux sommets de l'OTAN. Par exemple, seuls (!) les membres de l'OTAN étaient présents au sommet de Londres de 2019 pour marquer le 70e anniversaire de l'Alliance.

Andriy Zagorodniuk

« Le fait que nous ne participions pas au sommet est présenté comme une grande tragédie. Cependant, je pense qu'il n'y a rien de spécial ici. Cette mesure n'est certainement pas dirigée contre l'Ukraine. Ce sera un sommet d'une journée. La transformation de l'OTAN et l’élaboration d'une nouvelle stratégie devraient être discutés. En fin de compte, nous devons comprendre que certains événements auront lieu sans nous jusqu'à ce que nous devenions membres de l'Alliance. Et c'est normal. Dans le même temps, de vaines attentes ont été suscitées pour une raison quelconque, affirmant que l'Ukraine recevra un MAP lors de ce sommet. Mais personne ne l'a promis. En fin de compte, ni les discussions ni les préparatifs appropriés n'ont eu lieu. Et tous les services qui coopèrent avec l'OTAN le savaient. Eh bien, vous ne pouvez pas avoir un MAP comme surprise. Nous devons encore adopter un certain nombre de lois et faire d'autres devoirs. En effet, beaucoup a été fait, mais il reste encore pas mal de travail à faire. Je pense que la situation autour du MAP est maintenant beaucoup plus dramatisée qu'elle ne devrait l'être », souligne l'ex-ministre de la Défense, Andriy Zagorodniuk.

En outre, l'ex-ministre a rappelé comment l'Ukraine avait reçu le statut de partenaire « nouvelles opportunités » de l'OTAN en juin 2020. Au fait, la Suède, la Finlande, l'Australie, la Géorgie et la Jordanie ont à ce jour le même statut. « Cela ne veut pas dire que nous ne recevrons jamais le MAP. Nous le recevrons, mais pas maintenant. Par ailleurs, nous devons tirer pleinement parti des opportunités antérieures, notamment dans le cadre du programme « nouvelles opportunités ». Que prévoit ce programme ? Consultations politiques avec l'OTAN (en particulier, au niveau des ministres de la Défense) ; plus grande compatibilité des armées et plus d'exercices conjoints (par exemple, accès à des exercices impliquant uniquement des membres de l'OTAN) ; échange d'informations et de données de renseignement ; service des militaires ukrainiens dans l'état-major des organes directeurs multinationaux de l'OTAN ; approfondissement de la coopération avec l'OTAN « en temps de crise et de préparation des opérations » de l'Alliance, etc. En fait, même sans MAP, sans être membre de l'OTAN, l'Ukraine peut recevoir les mêmes ressources que les membres à part entière de l'Alliance », a déclaré M. Zagorodniuk.

« Bien sûr, l'OTAN est disposée à promouvoir l'intérêt de l'Ukraine pour l'adhésion, mais n'est pas prête à l'offrir. Le MAP est un enjeu géopolitique », ajoute Olena Tregoub.

Елена Трегуб

Olena Tregoub

Selon elle, les représentants de la Bulgarie, de la Grande-Bretagne, du Danemark, du Canada, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Pologne, des États-Unis et de la France ont déjà pris note des progrès de la réforme de la défense en Ukraine, ainsi que des efforts de l'Ukraine pour se rapprocher des normes et des principes de l'OTAN. « Mais toute décision d'inviter un pays candidat à entamer des négociations avec l'OTAN pour « rejoindre la famille » euro-atlantique sera prise par les pays membres de l'OTAN au cas par cas, conformément au paragraphe 8 de la Déclaration de Madrid (1997) et à la Déclaration du Sommet de Washington. Et ici, il est important de comprendre que de telles mesures sont prises exclusivement par une décision consolidée de tous les membres de l'Alliance. À ce jour, il est douteux que l'Ukraine reçoive un soutien à 100 % pour l'adhésion de tous les membres de l'OTAN. Des pays comme la Hongrie, la République tchèque, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas sont les plus susceptibles de s'y opposer. Certains ont peur de la Russie ou veulent encore l'apaiser (France, Pays-Bas), certains attendent la campagne électorale (France, Allemagne), certains ne croient pas à la sincérité du choix euro-atlantique de l'Ukraine (Pays-Bas), certains sont surtout déçus par le rythme des réformes. En public, tous les pays membres de l'OTAN ne parlent que de ce dernier facteur », explique-t-elle.

En particulier, poursuit-elle, le « trio enchanté » qui comprend la réforme judiciaire, la réforme du Service de sécurité de l’Ukraine et le succès réel dans la lutte contre la corruption, c’est exactement ce que les partenaires de l'OTAN attendent de l'Ukraine. « C'est-à-dire que tout partenariat spécial avec l'OTAN, à l'exception du MAP, est en fait le même message sur la vision de l'Ukraine au sein de l'Alliance. Dans le cadre d'un tel partenariat, notre pays peut suivre le même chemin que dans le cadre du MAP, mais cela donne formellement à l'OTAN une « marge de manœuvre » d'un point de vue géopolitique », résume Mme Tregoub.

Myroslav Liskovytch, Kyiv

kh


Let’s get started read our news at facebook messenger > > > Click here for subscribe

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2021 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-