Kyiv et Bucarest s'accordent sur la question de la langue dans l'Education ukrainienne

Kyiv et Bucarest s'accordent sur la question de la langue dans l'Education ukrainienne

155
Ukrinform
L'Ukraine et la Roumanie prévoient la signature d'un protocole d'accord qui consolidera les positions sur la mise en œuvre de l'article linguistique de la loi ukrainienne "sur l'éducation". De son côté, les diplomaties hongroise et américaine se sont rencontrées pour aborder cette question, pierre d'achoppement des relations ukraino-hongroises.

La signature prochaine d'un protocole d'accord sur la mise en œuvre de l'article linguistique présent dans la nouvelle législation sur l'éducation ukrainienne a été annoncée à la sortie d'une réunion entre la ministre de l'Education et des Sciences ukrainienne, Lilia Grinevich, et le ministre de l'Education nationale de Roumanie, Valentin Popa, jeudi 24 mai à Paris, selon un communiqué du service de presse du ministère de l' Education et des Sciences de l'Ukraine :

"La "loi sur l'éducation" inclut les valeurs européennes dans le système éducatif national, en particulier les dispositions qui permettent aux minorités nationales d'étudier leur langue et dans leur langue. Dans le même temps, la loi garantit le rôle de la langue officielle en tant qu'instrument d'unité et d'intégrité sociales. Notre objectif est d'offrir des chances égales à tous les étudiants ukrainiens. La loi corrige la situation discriminatoire actuelle lorsque les enfants d'une minorité nationale ont un très faible niveau de compétence en langue ukrainienne. Cela signifie qu'ils n'ont pas accès à l'enseignement supérieur en Ukraine, n'ont pas accès au [marché du] travail, n'ont pas accès aux services sociaux de base dans tout le pays. Ils doivent soit déménager à l'étranger, soit rester enfermés dans leurs communautés", a déclaré Grinevich .

Le renforcement de la coopération entre les deux pays dans le domaine du développement de l'éducation numérique a également été discuté durant la réunion :

"Nous sommes très intéressés par l'expérience roumaine de développement des manuels électroniques. Vous avez fait des progrès significatifs dans ce domaine. Nous commençons tout juste à travailler dans cette direction. Cette année, l'argent alloué au niveau national est de 46 millions de hryvnias [1,5 million d'euros] pour l'achat de livres électroniques et 54,6 millions de hryvnias [1,8 millions d'euros] pour la création de plate-forme éducative nationale", a ajouté la ministre.

Comme indiqué en Février 2018 Le ministère de l'Education et des sciences a annoncé « la mise en œuvre de l'article 7 de la feuille de route sur l'enseignement des langues relatif à la nouvelle législation ukrainienne sur l'éducation, en tenant compte des recommandations de la Commission de Venise.

Lire aussi : Uniformisation de l'ukrainien en tant que langue étrangère

En octobre 2017, l'Ukraine et la Pologne ont également conclu un protocole d'accord à propos de cette modification des pratiques linguistiques dans l'éducation nationale et, en avril de cette année, les ministres de l'Education et des Sciences ukrainien et bulgare ont signé une déclaration sur la garantie des droits des personnes appartenant à la minorité nationale bulgare.

Lire aussi : L'Ukraine et la Bulgarie signent une déclaration sur la mise en œuvre de la clause linguistique

De son côté, la Hongrie, qui a plusieurs fois opposé son veto à des réunions entre l'OTAN et l'Ukraine pour protester contre la nouvelle législation a entamé des discussions avec les Etats-Unis pour discuter de ce différend qui s'est transformé en véritable pierre d'achoppement des relations Ukraino-hongroises.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a rencontré le secrétaire d'Etat adjoint américain aux affaires européennes et eurasiennes, Wess Mitchell, afin de discuter de cette question, selon le site internet du gouvernement hongrois :

"La Hongrie apprécie grandement l'aide des Etats-Unis pour résoudre le conflit qui s'est développé avec l'Ukraine en raison d'une législation qui viole les droits des minorités", a déclaré le ministre Szijjártó mercredi à Budapest après ses discussions avec le secrétaire d'Etat adjoint américain. .

Le chef de la diplomatie hongroise a déclaré avoir confirmé au dirigeant américain que la Hongrie n'avait pas intérêt à prolonger le conflit et qu'elle souhaitait au contraire trouver une solution au conflit :

"La Hongrie aimerait que les 150 000 Hongrois de Transcarpathie puissent vivre dans la paix et la sécurité juridique, et que l'Ukraine cesse de violer ses engagements internationaux et bilatéraux", a déclaré le ministre.

Budapest a déjà bloqué les réunions de la Commission OTAN-Ukraine de niveau ministériel à trois reprises, exprimant ainsi ses revendications à l'encontre de l'article sur la langue inclus dans la loi ukrainienne sur l'éducation. Un regain de tension avait été ressenti cet hiver dans la région ukrainienne de Transcarpathie où vit une forte minorité hongroise, soutenue politiquement et culturellement par le gouvernement hongrois. La mission de l'OSCE en Ukraine avait dans un premier temps décidé de renforcer ses effectifs à Oujhorod, avant d'estimer que la situation ne méritait pas de surveillance plus poussée de la part de l'Organisation internationale.

Lire aussi : La Hongrie a de nouveau bloqué la Commission Ukraine-OTAN

Pour information : Le 28 février 2018 la Cour constitutionnelle d’Ukraine a jugé contraire à la Constitution, et donc invalide, la loi sur les langues adoptée en 2012, dite «loi Kivalov-Kolesnichenko», qui autorisait une large présence des langues minoritaires dans l'enseignement en fonction des régions.

La nouvelle législation linguistique ukrainienne, adoptée en septembre 2017, soit avant la décision de la Cour constitutionnelle mais après sa saisie (2016) prévoit une augmentation du nombre de représentants d'une minorité dans une région pour que la langue de celle-ci puisse être enseignée, tout en obligeant à un partage maximum des matières de 60 – 40 % en faveur de l'Ukrainien et en introduisant l'obligation de la langue nationale dès 10 ans.

Cette nouvelle législation n'a pas été sans heurts puisqu'une partie de la population, russophone, principalement dans l'est et le sud du pays, s'estime directement visée par celle-ci.

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-