La police s'est justifiée face aux polémiques liées à la destruction d'un camp de Roms à Kyiv

La police s'est justifiée face aux polémiques liées à la destruction d'un camp de Roms à Kyiv

Ukrinform
La police de Kyiv n'aurait reçu aucune plainte ni rapports concernant la destruction du camp de Roms sur la colline de Lysa Gora à Kyiv dimanche dernier.

Cette information figure dans un rapport de la direction principale de la police nationale de Kyiv, remis à la demande d'un correspondant d'Ukrinform :

"Jusqu'à présent, les informations concernant cet incident n'ont pas été incluses dans le registre unique des enquêtes préliminaires et aucune procédure pénale n'a été ouverte. Nous vous informons également que le département de la police du district administratif Golossievskiy n'a pas reçu de dépositions ni de rapports sur la destruction des tentes de l'avenue Naouky, au numéro 37", peut-on lire dans la réponse de la police nationale.

La police s'est justifiée en signalant qu'au contraire, elle avait reçu plusieurs plaintes relatives à "la présence et l'installation illégale de personnes" déposées par des habitants du quartier :

"Les requérants se sont plaints dans leurs appels des conditions inconfortables de résidence, car les membres du camp se livraient à des fouilles illégales, à des coupes de verdure, à une pollution de l'environnement", indique le document.

Lire aussi : Les nationalistes brûlent un camp rom à Kyiv

La police a également déclaré que le 17 avril dernier, à 10 heures du matin, des agents de police, avec des employés de l'administration du district de Golosiiyvsky de Kyiv et des employés de l'assistance sanitaire et familliale avaient visité le camp. Ils y ont identifié 30 résidents de la région de Transcarpatie,  avec leurs enfants, installés dans des tentes de fortune, les ont contrôlés et n'ont trouvé aucune violation relevant de la compétence de la police :

"En outre, la police a constaté que la plupart des membres du camp avaient des billets pour le 17 avril à bord d'un train pour Uzhgorod et prévoiyaient de partir ce jour dans la région de Transcarpathie. Nous vous informons que le 17 avril à 19h00 la police et employés de l’administration sont revenus à l'adresse indiquée, et ont constaté que la plupart des tentes avaient été démantelées, leurs résidents étant retournés vers leur lieu de résidence permanente dans la région de Transcarpatie".

Selon le rapport, 11 personnes seulement sont restées sur place, expliquant aux forces de l'ordre qu'ils comptaient quitter les lieux le 20 avril :

"Le 23 avril 2018, les policiers sont revenus à l’adresse mentionné ci-dessus et ont constaté qu’il n’y avait plus de tentes et que tous les habitants étaient partis", indique le rapport.

EH

Information importante: toute utilisation ou citation de données ou d’informations sur Internet nécessite la création d’hyperliens vers "ukrinform.fr" accessibles aux moteurs de recherche et situés au niveau du premier paragraphe et pas au-dessous. En outre, l’utilisation de traductions de materiaux des médias étrangers n’est possible qu’à la condition de créer des hyperliens vers le site http://www.ukrinform.fr/ et le site du média étranger. La citation et l’utilisation de materiaux sur les médias off line, les applications mobiles, SmartTV nécessitent une autorisation écrite d’”ukrinform". Les informations comportant la mention "Publicité" et "PR", ainsi que les matériaux situés dans les bandes annonces relèvent du droit de la publicité et le site ukrinform n’est pas responsable de leur contenu.

© 2015-2019 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»

Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-