Budapest ignore les positions de l'OTAN sur le "chantage linguistique" qui paralyse les relations ukraino-hongroises

Budapest ignore les positions de l'OTAN sur le "chantage linguistique" qui paralyse les relations ukraino-hongroises

137
Ukrinform
L'Assemblée parlementaire de l'OTAN a pris en considération les positions ukrainiennes concernant le "chantage" exercé par la Hongrie sur les aspirations euro-atlantiques de l'Ukraine et noté l'absurdité de la situation.

Cette déclaration a été faite par la cheffe de la délégation permanente de l'Ukraine à l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, Irina Fris, dans un commentaire exclusif à Ukrinform :

"Nous n'avons pas pris la parole, car la délégation hongroise n'était pas présente lors de la discussion sur cette question au sein de la commission sur la dimension civile", a déclaré Fris, précisant toutefois que les délégations parlementaires qui soutiennent l'Ukraine ont compris que les actions actuelles de la Hongrie visant à bloquer l'intégration euro-atlantique de Kyiv sont "purement un chantage" :

"Tout le monde comprend qu'il n'y a pas de restrictions à l'éducation des minorités ethniques dans leurs langues [maternelles]", a-t-elle déclaré.

Fris a souligné que l'Assemblée parlementaire de l'OTAN avait également reconnu l'Ukraine comme un partenaire fiable et cohérent de l'Alliance :

"Sur le plan politique, l'Assemblée parlementaire est prête à soutenir l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN", a déclaré la député.

Lire aussi : Kyiv et Bucarest s'accordent sur la question de la langue dans l'Education ukrainienne

L'Ambassadeur de l'Ukraine auprès de l'Alliance atlantique, Vadym Prystaiko, a pour sa part déclaré que l'OTAN considérait le positionnement hongrois comme "honteux", bien que Budapest maintienne son positionnement :

"Chaque intervenant a souligné que cette situation était pour le moins" honteuse "et que l'OTAN devrait faire tout ce qui est en son pouvoir pour assurer la réunion de la Commission OTAN-Ukraine au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement [sommet de l'OTAN du 11 au 12 juillet à Bruxelles]. Cela devrait être un signal pour les mêmes Russes sur l'unité de l'OTAN et le soutien à la souveraineté de l'Ukraine", a déclaré Vadym Prystaiko au correspondant d'Ukrinform à Bruxelles.

Selon lui, une réunion des ministres des Affaires étrangères ukrainien et hongrois est prévue mardi à New York, durant laquelle Pavlo Klimkine tentera de résoudre les blocages liés à l'article linguistique de la nouvelle législation ukrainienne sur l'Education.

Le diplomate a également déclaré que malgré l'opposition officielle de Budapest, le ministre de la Défense ukrainien, Stepan Poltorak, devrait participer à la réunion ministérielle de l'OTAN prévue le 7 juin prochain.

Vadym Prystaiko a également ajouté qu'une réunion de la Commission OTAN-Ukraine avait été convoquée hier de toute urgence pour convenir des positions à tenir avec la partie ukrainienne à la veille d'une réunion du Conseil OTAN-Russie, qui se tiendra en fin de semaine.

Ces rencontres ont eu lieu dans le cadre de la session de printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, qui se déroulait du 25 au 28 mai à Varsovie, en Pologne.

Lire aussi : Stoltenberg a la possibilité de résoudre le conflit Ukraine-Hongrie

Pour information : La nouvelle législation linguistique ukrainienne, adoptée en septembre 2017, soit avant la décision de la Cour constitutionnelle mais après sa saisie (2016) prévoit une augmentation du nombre de représentants d'une minorité dans une région pour que la langue de celle-ci puisse être enseignée, tout en obligeant à un partage maximum des matières de 60 – 40 % en faveur de l'Ukrainien et en introduisant l'obligation de la langue nationale dès 10 ans.

Cette nouvelle législation n'a pas été sans heurts puisqu'une partie de la population, les minorités ethniques présentes dans plusieurs régions de l'Ukraine, s'estime directement visée par celle-ci, à l'instar de la minorité hongroise de Transcarpathie (150 000 personnes), soutenue par le gouvernement hongrois, s'est également opposée à cette loi.

Ces tensions ont amené Budapest à contrecarrer à plusieurs reprises les réunions et conférences organisées entre l'Union européenne, l'OTAN et l'Ukraine en posant son veto et exigeant des amendements à la législation ukrainienne.

Rubriques

L'Agence

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. Les publications présentées comme des «publicités» relèvent du domaine de la publication.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-