Comment Vladimir Poutine a-t-il remporté la demi-finale France-Belgique et comment va-t-il récidiver en finale?

Comment Vladimir Poutine a-t-il remporté la demi-finale France-Belgique et comment va-t-il récidiver en finale?

754
Ukrinform
La présence, sans conditions, d'Emmanuel Macron au match de demi-finale de la coupe du monde est-elle seulement une erreur diplomatique?

A la différence du contrat relatif aux navires Mistral dont plus de 60% des Français approuvaient la livraison, la majorité du pays a aujourd'hui une position défavorable à l'égard du Kremlin en ce qui concerne les prisonniers politiques ukrainiens détenus par la Russie. Tous les jours paraissent, en France, des articles s'émouvant de leur sort et, particulièrement, de celui d'Oleg Sentsov.

Benjamin Griveaux, porte parole du gouvernement français, a rappelé la position de la France comme le rapporte Ouest France, le 10 juillet 2018:"Emprisonnement d'Oleg Sentsov en Russie: "Les droits élémentaires n'ont pas été respectés". L'objectif n'était probablement pas d'influer sur le sort de Sentsov. Il s'agissait plutôt de montrer que les interventions de l'Elysée, souhaitées par l'opinion française, avaient déjà eu lieu. Elles n'étaient plus pertinentes. Probablement, l’objectif final de cet acte aurait bien été la justification d'une inaction lors de la visite du Président Macron à Saint Petersbourg, ce même jour, alors qu'il venait assister à la demi finale de la coupe du monde de football. Pour ceux qui continueraient à se méprendre sur son propos, Benjamin Griveaux se fait encore plus explicite: " peu de choses émeuvent" Vladimir Poutine. La communication du porte-parole du gouvernement aurait été, "en même temps", l'aveu d'une faiblesse à l'égard du Kremlin et une tentative pour sauver la face vis à vis d'une population sensible au respect des droits de l'homme.

Le Kremlin a fort bien compris le message puisque, toujours ce 10 juillet 2018, il produisait une provocation destinée à humilier son "partenaire" selon une pratique, issue de la pègre du goulag. Ce mode opératoire et sa récurrence ont été décrits, en détail, par Françoise Thom (historienne et soviétologue française) dans son ouvrage "Comprendre le Poutinisme". A 15:30, RT, instrument de la politique d'influence du pouvoir russe, publiait: "On risque l’insurrection» : des soutiens d'Emmanuel Macron alertent sur les inégalités". La veille, une vidéo, de ce même RT, montrait le peu d'égards, que le gouvernement russe avait pour son hôte "Réception au château". Cela n'a pas empêché l'avion du présidentiel de s'envoler vers la ville fondée par Pierre le Grand.

Finalement, ainsi que le souhaitait Vladimir Poutine, le Président Macron est venu honorer son évènement mondial. Poutine n'a rien dû concéder en ce qui concerne les otages ukrainiens et a pu se permettre, en toute impunité, une méprisante provocation, dont il est coutumier ainsi que friand à l'égard des chefs d'Etat. Il est le vrai vainqueur de cette demi-finale France-Belgique. Certes, le pays d'Hergé a perdu mais celui de Goscinny n'y a rien gagné en terme de dignité ni sur le plan international, ni sur le plan moral. Plus gravement, il y a perdu du respect et de la crédibilité.

Puisque la parole est vaine et révélation d'impuissance, il serait bon de passer à un acte fort du type de celui préconisé par Michel Eltchaninoff (spécialiste de philosophie russe, auteur de " Dans la tête de Vladimir Poutine" ). Dans le journal Le Monde il suggérait d'assujettir la présence d'Emmanuel Macron, en Russie, à la libération d'Oleg Sentsov. Il reste une deuxième chance, la finale du dimanche 15 juillet 2018. On est en droit de douter du fait que cette opportunité sera saisie. La victoire dans une coupe du monde, confortant systématiquement les pouvoirs en place, entre dix et quinze points de popularité supplémentaire, est très tentante. Dès lors encourager l'équipe nationale est probablement un investissement plus intéressant, pour Emmanuel Macron, que le sort des prisonniers politiques détenus à la Loubianka, dans les camps sibériens ou dans les geôles de Crimée. Pour cela, on est prêt à recevoir un trophée de la part d'un homme, dont les mains sont couvertes de sang.

À propos de l’auteur : Bernard Grua est un activiste français de Bretagne, il a participé aux manifestations sur Maidan fin 2013-début 2014, était en tête du mouvement contre la vente des navires de guerre Mistral en 2014. Il  participe à des manifestations en soutien à Oleg Sentsov après que le cinéaste ukrainien eu déclaré une grève de la faim. Bernard Grua écrit régulièrement sur l'Ukraine s'intéressant particulièrement au chantier de restauration, à Pont-Aven, de la tchaika cosaque, Presvyata Pokrova.

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. • Les informations avec la mention "Publicité" et "PR", ainsi que des matériaux du bloc "Communiqués" sont publiés en vertu des droits de publicité et le seul responsable de leur contenu est l'annonceur.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-