Hauteurs et stratégies: le voyage en France du ministre Avakov

Hauteurs et stratégies: le voyage en France du ministre Avakov

702
Ukrinform
Quelles opportunités ouvre Airbus Helicopters pour l'Ukraine?

En fait, le mot « voyage » n’a rien de sacré. Ce mot est d'origine française et depuis que la délégation du gouvernement ukrainien dirigée par le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, s'est rendue en France, il est plus qu'approprié de rappeler que ce mot signifie littéralement voyager. En d’autres termes, le «voyage», ici, n’est ni la Riviera, ni les célébrités et les partis, mais quelque chose de diamétralement opposé: la route, les réunions, les négociations.

L'hélicoptère, auquel les dirigeants de la société Airbus Helicopters, située près de Marseille dans la ville de Marignane, ont confié la sécurité et la vie non seulement de  la délégation du ministère de l'Intérieur ukrainien, mais également les leurs, puisqu'ils ont embarqué à bord de cet hélicoptère avec des partenaires ukrainiens. Certes, c’était une présentation assez convaincante de la fiabilité des équipements que l’Ukraine devrait bientôt recevoir dans le cadre du contrat déjà signé pour près d’un demi-milliard d’euros.

Quelques mots sur le vol lui-même. Lorsque les délégations ukrainienne et française sont arrivées sur l'aérodrome de l'hélicoptère « Superpuma » H225, la presse s'est agitée. Il était évident qu'il n'y avait pas assez de place pour tout le monde dans cet appareil, qui était encombré de chaises confortables. Il n’y avait pas de rangées habituelles sur les côtés où il aurait possible, si nécessaire, de passer, tout comme il n’y avait aucun espoir que des membres de la délégation cèdent leur place.

NOS « H » À NOUS

En vertu du contrat avec Airbus Helicopters, l'Ukraine devrait recevoir les modèles suivants d’hélicoptères : 55 H-225 modernisés (modernes, mais pas nouveaux), 21 modèles bimoteurs de H-145 plus légers et maniables (nouveaux) et 18  modèles monomoteurs H-145 Et H -125. Ces véhicules sont conçus pour répondre aux besoins du service des urgences, de la Garde nationale, du service des frontières et de la police nationale. Selon l’accord signé, l'Ukraine devrait recevoir l'intégralité du volume de la commande d’ici 2023, mais les livraisons effectives dépendront de l'encaissement des paiements.

C’est à Avignon que la délégation ukrainienne est arrivée en premier lieu où 2 hélicoptères H-225 se trouvaient dans le hangar de la base aérienne locale. Ceux-ci sont déjà en cours de préparation pour leur transmission à la partie ukrainienne. Jusqu'à présent, il n'y a rien d'ukrainien dans ces hélicoptères, mais on peut déjà imaginer leur silhouette finale en observant  l'option de peinture et les symboles nationaux sur les affiches.

Mais l'essentiel de cette visite ne limitait pas aux  affiches, mais sur l'opportunité de voir et de toucher le « métal », toucher des hélicoptères eux-mêmes. Non seulement les membres de la délégation, mais également les journalistes ukrainiens présents ont eu un accès illimité à ces deux hélicoptères.

«Quel âge ont-ils ? » avons-nous demandé au représentant de la société. « Ces deux là ont été produits en 2009. Mais ne doutez pas, monsieur, ils ne seront pas pires que les nouveaux après leur  modernisation », a-t-il répondu.

Nous avons réussi à prendre des photos des nouvelles pales, posées juste à côté des hélicoptères.  Les pales sans lesquelles les hélicoptères ne volent pas et épuisent rapidement leurs ressources. Les entreprises ukrainiennes tentent de «moderniser» les pales usées des Mi post soviétiques, alors que toutes les entreprises de base pour la production de cet élément essentiel sont situées en Russie. Et ici, il n’y a aucun probléme. Les nouvelles lames restent allongées et attendent leur heure.

Comme Olivier Michalon, vice-président et président de la direction européenne d'Airbus Helicopters, l’a souligné au cours des discussions, les hélicoptères eux-mêmes ne sont que la partie visible de l'iceberg. Pour que ces machines puissent voler en toute sécurité, un nombre considérable de personnes travaillent: ingénieurs, techniciens, fournisseurs et agents responsables.

Nous avons pu le vérifier lors d'une visite à la base logistique de l'entreprise. Son cœur est une immense salle avec du personnel et des ordinateurs et un écran dynamique sur toute la surface du mur qui indique la situation actuelle en ce qui concerne le statut des hélicoptères, les demandes de fourniture de pièces de rechange et la situation concernant l’exécution de la commande. Ce centre emploie plus de 50 personnes qui travaillent sans interruption, en trois équipes. Vous pouvez imaginer la quantité d'informations qui passe tous les jours par ce centre.

« Si un hélicoptère tombe en panne, nous l’apprenons presque instantanément. Nous découvrons immédiatement la nature du dysfonctionnement et livrons des pièces de rechange. Nos clients reçoivent ces pièces partout dans le monde dans un délai de 24 heures, car nous avons trois centres logistiques en Europe, en Amérique et en Asie.

« Nous avons plus de 3 000 consommateurs dans le monde. Il s'agit pour la plupart de petites entreprises possédant entre 3 et 5 hélicoptères. En ce sens, la commande de l'Ukraine est l'une des plus importantes depuis des décennies. Nous ne ménagerons aucun effort pour satisfaire pleinement les besoins ukrainiens.  Selon le volume et la durée du contrat, nous vous considérons comme des partenaires et non comme des consommateurs ordinaires », a déclaré Olivier Michalon au cours de la réunion.

Les paroles du dirigeant de la société à propos du partenariat avec l'Ukraine doivent être interprétées telles quelles : il ne s'agit pas simplement d'un contrat entre une entreprise et le ministère de l'Intérieur, il s'agit d'un élément d'un partenariat entre deux États. De telles relations présupposent l'égalité avec les partenaires européens, droit que l'Ukraine a déjà confirmé et continue de prouver à bien des égards: lutte contre l'agression russe, réformes internes, renforcement des relations commerciales et réputation internationale. Airbus Helicopters est l'une des sociétés européennes ouvrant de nouvelles opportunités à l'Ukraine, tant pour la mesure des technologies que pour la philosophie commerciale et les relations internationales. Cela reflète notre croissance, en tant que société et en tant qu’État.

Il est clair que la partie française ne s'est pas limitée à une présentation statique de ses propres capacités dans la salle des négociations. Immédiatement après avoir appris l’influence de la société, le nombre de personnes qui y travaillent et la manière de maintenir un équilibre entre la production d’hélicoptères civils et militaires (la diversification est une demande du marché), les Ukrainiens se sont rendus dans les ateliers de fabrication des hélicoptères.

Toute la délégation, accompagnée de fonctionnaires locaux, n’avance qu’en suivant des pistes bleues particulières tout au long de l’atelier. Et si un journaliste cherchait un angle favorable pour photographier en sortant de cette ligne, il était renvoyé poliment mais fermement dans la « zone autorisée ».

« Vous voyez, monsieur, ceci est lié aux règles de sécurité, elles sont très strictes. Il est interdit d'approcher des sites de montage sans vêtements spéciaux. C'est un assemblage fin. Si la poussière ou la saleté arrive accidentellement dans les  mécanismes, alors ce sera dangereux pour les personnes qui utiliseront cet hélicoptère», nous a expliqué une femme du personnel qui l'accompagnait.

La délégation ukrainienne a pu observer toutes les étapes de l’assemblage des hélicoptères ; les représentants de l’entreprise ont fréquemment souligné que l’essentiel pour eux était la qualité et la fiabilité des produits. A chaque étape, un contrôle strict du travail effectué élimine toute surprise.

PILOTES ET HELICOPTERES: LES REVES DEVIENNENT RÉALITÉ 

Lors de la communication avec la presse, Arsen Avakov a exposé sa propre vision des défis auxquels l'Ukraine est confrontée dans le domaine de la sûreté de l'aviation, en particulier dans le contexte de l'utilisation d’hélicoptères. Premièrement, il s’agit de l’appui technologique, deuxièmement, de la formation du personnel et, troisièmement, de la création de l’infrastructure organisationnelle nécessaire en Ukraine.

La réponse à la première question se trouve dans les services de production d’Airbus Helicopters. Nous avons vu comment résoudre le deuxième problème dans le centre de formation de la société où des pilotes ukrainiens d’unités d'aviation du service des urgences de l'État et de la Garde nationale suivent déjà une formation.

Le ministre s’adresse aux pilotes et note que ce premier groupe, qui étudiera à Marignane, est très important car il permettra d'acquérir une expérience et en ouvrir d’autres.

«Ce sera une avancée qualitative, en termes de sécurité, d'adéquation de ces machines, de salaires et de tout le reste. La maintenance sera effectuée en Ukraine. Nous passons à un niveau fondamentalement différent. Par conséquent, votre mission est très importante. Jusqu'à la fin de l'année, le Service des urgences de l'État  reçevra trois hélicoptères et la Garde nationale en recevra un autre », a-t-il expliqué.

Il a noté que le système de sécurité de l'aviation en cours de création en Ukraine serait unique pour ministère de l'Intérieur et  commun à tous ses participants.

« Nous avons parcouru tous les pays où un tel système fonctionne, de la France à la Turquie, en passant par les États-Unis. C'est l'approche intégrée qui fonctionne partout. Nous choisirons la meilleure expérience de nos partenaires », a ajouté Arsen Avakov.

Le président du Service d'urgence de l'État,  Mykola Chechetkin a, quant à lui, déclaré qu'à la fin du mois d'octobre, des techniciens ukrainiens devraient arriver au centre de formation de Marignane pour étudier le volet technique de l'affaire et participer à la maintenance des hélicoptères après leur arrivée en Ukraine.

Les journalistes n’ont pas résisté à poser une « question piège » aux futurs pilotes ukrainiens : « Avez-vous entendu parler de la catastrophe du « Superpuma » survenue en Norvège ? N’avez pas vous peur d’utiliser ces hélicoptères ? ».

Le pilote, un jeune homme, répond sans hésiter: « Oui, nous en avons entendu parler. C’est l’une des premières questions lors de notre formation. Concernant ce qui nous fait peur ... Vous savez, je pense que les hélicoptères Mi-8 sont tombés une centaine de fois. Quant aux « Pumas », il n’y en a qu’un seul qui soit tombé. Donc, non, cela ne nous fait pas peur. J’avais déjà vu des sauveteurs suisses travailler sur les « Superpuma » et je rêvais d’un jour où je pourrais piloter un tel engin. Mais là, mon rêve devient réalité ».

AVAKOV ET LE HOOLIGANISME AÉRIEN

Au cours de la visite, la délégation a visité le centre de simulation Airbus Helicopters. C'est difficile à décrire, il vaut mieux le voir. D'énormes installations de simulation, chacune de la taille d'une maison de trois étages qui pivotent sur des charnières et répètent tous les mouvements possibles de l'hélicoptère que le pilote est en mesure d’utiliser.

Lorsqu'on a proposé à Arsen Avakov d'essayer l'un des simulateurs, il n'a pas du tout résisté.

Les autres membres de la délégation se sont rendus au centre des opérations où ils ont pu observer le vol du ministre sur les écrans « de face et de profil ». Il était possible de tout observer sur les moniteurs : des lectures d'instruments jusqu’aux expressions faciales et réactions des pilotes.

« Regardez, il vole, votre ministre. Oh ... Vous voyez, il a volé sous le pont. Habituellement, cela est interdit par les règles de vol, car c'est dangereux. Mais ceci est un simulateur. Ici, vous pouvez simuler des conditions météorologiques ou des situations urgentes pouvant survenir autour d'un hélicoptère », a déclaré Christian Cochini, directeur général de XelySim.

Monsieur Cochini ajoute: les simulateurs créent une conformité totale avec le vol réel. Les heures travaillées à ces simulateurs sont crédités à l'expérience de vol des pilotes. Certes, le matériel et les logiciels sont coûteux car ils fournissent une simulation de vol complète sur sept types d’hélicoptères à la fois. Le coût d'une heure d'une telle formation dépasse 1500 euros. Dans le même temps, les simulateurs permettent d’économiser de l’argent. Dans toutes les conditions, les exercices pratiqués coûtent trois fois moins cher que de voler sur un véritable hélicoptère.

Selon le directeur général de XelySim, cet établissement est l'un des plus grands d'Europe et a déjà dépassé cette année 10 000 heures de «vols».

Quant au ministre Avakov, il a tout fait. Il a volé sous le pont, éteint le feu sur l’un des moteurs et réussi à faire atterir l’hélicoptère avec un seul moteur restant dans des conditions de tempête de neige et de vent fort. Il a ensuite remercié le « deuxième pilote » pour son soutien, un instructeur, un ancien colonel de l'armée de l'air française. Et a conclu:

"C'est ce qu’il faut à nos pilotes pour acquérir de l'expérience. L'immersion est totale, comme si vous étiez dans un véritable hélicoptère. Notre contrat avec Airbus Helicopters comprend un simulateur de ce type. Il sera installé à Krementchouk. Nous avons besoin de tels systèmes », a déclaré le ministre ukrainien.

SUR LA TECHNOLOGIE, LA CONCURRENCE ET LA FIERTÉ NATIONALE

À l'issue du programme de visite, nous avons eu l'occasion de discuter avec Olivier Michalon, vice-président d'Airbus Helicopters. Diplomatiquement, il s'est abstenu de répondre à une question directe, posée par Ukrinform, au sujet des entreprises ukrainiennes que la partie française considère comme des partenaires potentiels pour la maintenance et la réparation de leurs hélicoptères en Ukraine. Cette décision dépendra de la décision du gouvernement ukrainien.

«Nous sommes prêts et ouverts à toute coopération dans ce sens», a répété Olivier Michalon en réponse à une question plus claire visant à savoir si l’entreprise ukrainienne « Motor Sitch » pourrait faire partie de ces entreprises.

En même temps, voilà ce qu’on pense. Le producteur national, c’est toujours bon. Mais dans le contexte de la mondialisation de l’économie, et en particulier des industries de haute technologie, telles que la production d’hélicoptères, aucune entreprise ne peut posséder indépendamment toutes les technologies et industries et se démarquer de la coopération internationale. Une autre question est de savoir à quel point une telle entreprise, quelle qu’elle soit, et pas seulement ukrainienne, puisse intéresser les partenaires internationaux, du point de vue technologique, logistique, du point de vue de la production, autrement dit, à n’importe quel point de vue.

Les hélicoptères post-soviétiques « Milya » toujours utilisés en Ukraine, quelles que soient les conditions, ne sont plus utilisables. La mise à jour de cette technologie en Ukraine n’est guère possible étant donné la guerre sévère que les « partenaires » russes mènent contre nous. Cela signifie que l'Ukraine a besoin d'une stratégie différente pour le développement technologique du secteur, d'autres repères qui leur permettraient réellement de se débarrasser de l’épine technologique russe. Cela concerne non seulement le ministère de l'Intérieur.

Il est juste de dire que le problème de la fiabilité du fonctionnement des hélicoptères n’est pas moins important, par exemple pour les forces armées ukrainiennes, où il existe un problème non seulement de transport, mais également d’accroissement de la puissance de l’aviation de première ligne. Il est clair que cette question fait l’objet de programmes distincts et de négociations entre États. Mais avant tout, l’idée doit mûrir et se transformer en stratégie. Le ministère de l'intérieur dispose déjà d'une telle stratégie. Et le ministre Avakov a fait une preuve d'une approche professionnelle pour résoudre un problème d'importance nationale.

Le contrat avec Airbus Helicopters ouvre de nouvelles perspectives pour l'Ukraine. Les voir et les soutenir serait la meilleure manifestation de la fierté nationale.

Lire aussi : Aviation : 15 bases d'hélicoptères seront créées en Ukraine (photos)

EH

Information importante : toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» sur internet nécessite de citer ukrinform.fr et d’indiquer via un lien comment consulter la source de l’information. Toute utilisation de données ou informations du site «ukrinform.fr» dans le cadre d’une publication destinée à l'impression nécessite une autorisation écrite de l’équipe d’ukrinform.fr. • Les informations avec la mention "Publicité" et "PR", ainsi que des matériaux du bloc "Communiqués" sont publiés en vertu des droits de publicité et le seul responsable de leur contenu est l'annonceur.

© 2015-2018 Ukrinform. Tous droits réservés.

La conception de site — Studio «Laconica»
Recherche avancéeMasquer la barre de recherche avancee
Par période:
-
*/ ?>